Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 08:00

L’économie sociale dans le mouvement des idées
Paris - 22 octobre 2013 

«  Nous sommes convaincus qu’on exagère grandement
la force des intérêts constitués, par rapport à l’empire
qu’acquièrent progressivement les idées. »
J.M. KEYNES, 1936, Théorie Générale

Depuis sa première manifestation en 1983, l’ADDES a principalement centré son activité scientifique sur la collecte de données sur l’économie sociale, sur la rigueur des méthodologies suivies, sur leur articulation avec la Comptabilité Nationale et sur leur intégration au sein du système statistique français. Des progrès sensibles ont été réalisés dans ce sens. Par la suite, son champ d’analyse s’est progressivement étendu aux diverses sciences humaines et sociales, notamment à l’histoire, pour développer les connaissances scientifiques sur l’économie sociale.

A l’occasion de son trentième anniversaire, l’ADDES souhaite, lors de son 25e colloque, faire le point sur la doctrine et les discours qui ont fait et qui continuent à construire et animer aujourd’hui l’économie sociale.

Un objet de réflexion critique pour l’Économie sociale

En forçant le trait, on pourrait dire que l'économie sociale (et avant elle le mouvement coopératif), n'existe que par ce que l'on en dit, et par ce que l'on en écrit. S'il ne s'imposait pas, à son propos, de discours utopique fédérateur, à tout le moins d'appel récurrent à lui conférer un pouvoir de transformation sociale, elle se réduirait vite à une collection disparate d'unités économiques dont le secteur d'activité resterait, pour chacune d'entre elles, le seul et unique déterminant.

L’absence d’un consensus sur la pertinence d’un concept d’économie sociale au plan international, les tendances réductrices ou transverses des approches alternatives utilisées (Tiers secteur, Nonprofit Sector, Volontary Sector, économie solidaire, etc.) et plus récemment l’émergence de l’entrepreneuriat social rendent encore plus nécessaires l’approfondissement et l’actualisation des fondements qui spécifient l’identité propre aux entreprises de l’économie sociale.

On le voit bien : dès lors que leurs liens identitaires collectifs se distendent, les grands groupes coopératifs ou mutualistes prennent une posture qui réduit, banalise ou passe sous silence leurs principes particuliers de gouvernance ; et lorsque, car cela arrive aussi, elles les conservent et les entretiennent, ceux-ci sont intégrés à la « culture d'entreprise » et n'ont pas toujours une portée externe.

À l'inverse, que ces mêmes liens se raffermissent comme on a pu l’observer au cours des deux dernières décennies, et chaque unité constituante se déclarera porteuse d'une parcelle de l'utopie commune. Pour autant, la vitalité de ce sentiment d’appartenance a besoin, pour se consolider, de fondements doctrinaux clarifiés et de mises en œuvre concrètes pour donner non seulement une identité visible à ses membres mais également une représentation de l’économie sociale favorisant sa reconnaissance, son observation et son analyse en tant que telle. Pour éviter un caractère exclusivement formel et un écart aux pratiques réelles qui décrédibilise, il est clair qu’une interaction entre les savoirs des responsables en charge de l’économie sociale et les travaux conceptuels et empiriques menées par le monde de la recherche est indispensable sur des questions aussi cruciales. L’ADDES, grâce à sa culture particulière depuis longtemps mise à l’épreuve au sein de son comité scientifique, pense être en mesure d’apporter une contribution à ces débats. Tel est l’objectif poursuivi par ce colloque qui en constitue une étape.

Il est donc légitime de faire, du discours sur l'économie sociale, des représentations qu'elle suscite, de la place qu'elle occupe dans le mouvement des idées, un objet d'étude en soi. Cependant une approche trop statique, qui en resterait à l'histoire et à l'analyse des termes employés et des références utilisées dans les résolutions des congrès, les éditoriaux des revues, les opinions émises par des observateurs extérieurs, ou les jugements des penseurs et des politologues, n'atteindrait qu'une faible partie de son but. C'est au contraire dans une approche dynamique, passant des faits aux idées puis des idées aux faits, que l'on saisira toute la portée structurante du « discours » et qu’il deviendra possible d’affiner les concepts pertinents pour consolider les analyses scientifiques.

Importance donc à donner aux faits, c'est à dire aux pratiques et à leur observation; à cela il nous faut ajouter, conformément à la vocation de l'ADDES, une attention particulière aux faits représentatifs, corroborés par des pratiques spécifiques statistiquement significatives.

Un objet d’étude au croisement des idées et des faits

Les registres dans lesquels s’inscrivent les interactions mutuelles entre faits et idées concernant l'économie sociale peuvent être regroupés en quatre grandes catégories non exlusives :

L'utopie, qui vise à une transformation significative de la société à travers un projet globalisant, mis à l'épreuve dans des expériences alternatives de type phalanstérien. Si l’on a souvent associé la genèse de l'économie sociale aux différents « socialismes utopiques » d'il y a bientôt deux siècles, il convient également de revisiter les dernières décennies et d'évaluer le « besoin d'utopies nouvelles » qui semble poindre de nos jours.

L'exemplarité, dans un contexte – géographique ou historique - particulier qui permet dans certains cas la reproduction d'innovations sociales réussies, parfois sur une large échelle, jusqu'à créer de toutes pièces de vastes pans de nos économies. Les banques coopératives, entre autres, sont nées de l'action quasi missionnaire de quelques précurseurs convaincus. Mondragon est dans le même cas. De tels scénarios sont-ils encore envisageables de nos jours ? Et sinon, qu'est-ce qui peut en tenir lieu ?

La reconnaissance, c'est à dire la pleine intégration de l'économie sociale dans une société ouverte à toutes les formes d'entreprendre : elle en devient « normale », c'est à dire que tout le monde reconnaît sa légitimité et ses spécificités, et les accepte comme chose naturelle. C'est sa revendication actuelle. Elle y gagne en sécurité ; mais elle renonce de ce fait à son côté utopique, comme à son côté héroïque.

L'instrumentation, qui vise à la réduire au rang de simple moyen d'action, soit au service des politiques publiques, soit à celui du capitalisme libéral (terme employé ici faute de mieux). Elle y perd une grande partie de son autonomie, et se voit alors le plus souvent affectée à des missions de secours, de réhabilitation, de prise en charge de populations dépourvues des « capabilitités » leur permettant de s'insérer dans le train d'enfer de la compétition.

Le terme de banalisation, qui est généralement utilisé pour désigner l'effacement des caractères spécifiques de l'économie sociale et l'alignement de celle-ci sur les modes de fonctionnement de l'économie capitaliste ou de l'économie publique, ouvre peut-être sur une cinquième catégorie d'interactions entre faits et discours. On utilise aussi, pour exprimer le même phénomène, le concept d'isomorphisme institutionnel.

Si la banalisation peut avoir une origine interne dans l’évolution même des pratiques, elle apparaît surtout comme transversale aux deux dernières catégories, reconnaissance et instrumentation. Elle accompagne dans certains cas l'une, ou l'autre; mais on ne peut sans doute pas affirmer qu'elle mène obligatoirement vers l'une, ou vers l'autre. D'autre part, il peut y avoir reconnaissance ou instrumentation sans qu'il y ait banalisation.

Cette classification laisse de côté certains discours plus négatifs sur l'économie sociale. En général, ils proviennent  de l'extérieur, et ne sont pas toujours assis sur des faits. Cependant, qu'il s'agisse d'une hostilité déclarée, de la négation de l’idée même d’économie sociale ou d'une simple méconnaissance pouvant conduire à des erreurs de compréhension, il y a là aussi matière à des travaux stimulants plus critiques qui peuvent trouver leur place dans la réflexion envisagée.

Dans diverses circonstances, l'économie sociale a subi des dissensions, des déchirements ; elle s'est  aussi montrée rétive à l'intégration d'organisations pourtant proches, pouvant aller parfois jusqu'au sectarisme ; elle n'a pas toujours su correctement répondre aux attaques ; enfin, à côté de ses succès, elle a connu aussi des échecs, des dérives, des crises, des défaillances d'entreprises, tous événements qui ont eu des incidences sur les discours et les représentations, et laissé des traces dans les comportements.

Un appel à communication très ouvert

En choisissant cet ensemble de thématiques pour son colloque 2013, l'ADDES a bien conscience de sortir quelque peu des limites de son rôle traditionnel de promotion de la connaissance quantitative de l'économie sociale. Elle s'ouvre également à toute une variété de disciplines qui sont utiles pour une réflexion approfondie croisant les angles d’analyse : histoire, science politique, sociologie, sciences du langage et de la communication, etc. C'est pourquoi il est utile de mettre en place des garde-fous permettant de conserver au cœur de la problématique du colloque l’articulation des faits et des pratiques avec les idées et les doctrines. Dans le choix des communications retenues, le comité scientifique de l’ADDES attachera une grande importance à la qualité de la documentation recueillie : celle-ci devra être à la fois pertinente, exhaustive, présentée avec objectivité, et convenablement contextualisée.

Par ailleurs, le comité scientifique privilégiera les enjeux actuels, surtout s'ils mettent plusieurs pays ou plusieurs expériences en parallèle, ce qui n'exclut en rien de plonger ses racines dans l'Histoire profonde, même ancienne, dès lors que c'est pour en dégager des paradigmes à valeur permanente.

L’ADDES attend donc des propositions de communications originales, portées par des chercheurs ou par des acteurs et s’appuyant sur des disciplines variées (économie, sciences de gestion, sciences politiques, histoire, sciences de la communication, sociologie, etc.) et visant à illustrer, à clarifier et à mettre en débat la place effective qu’occupe l’Économie sociale dans la société contemporaine et ses apports dans le mouvement général des idées.

En pratique :

Adressez  votre réponse sous format électronique avant le 20 octobre 2012 à  Véronique LAROSEE, déléguée générale de l’ADDES (addes@coopanet.com), à partir du document ci-dessous.

Une réponse sera donnée avant la fin du mois de novembre aux auteurs. Conformément à son habitude, le comité scientifique de l’ADDES invitera les communicants retenus à présenter l’état de leurs travaux à l’occasion d’une ou de deux de ses séances au premier semestre 2013 afin d’échanger sur leur contenu, d’articuler les différentes communications et de préparer l’organisation du colloque. Les articles devront être écrits en français, comprendre un résumé en français et en anglais et une bibliographie.

Les communications retenues feront l’objet d’une publication dans la Revue internationale de l’économie sociale (RECMA).

http://www.addes.asso.fr/IMG/logo2.gif

Partager cet article

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Appels à comm.

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif