Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 03:21

La Revue des Sciences de Gestion, Direction et Gestion n° 245-246 – Éditorial

 

« La valeur d’un général réside dans sa stratégie et non dans son courage*. »
par Philippe Naszalyi
Directeur de la rédaction et de la publication

 

La Stratégie, « l’art de faire face à son destin », selon la formule de Peter Ferdinand Drucker, est aussi l’un des mots du vocabulaire militaire qui s’est le plus banalisé dans tous les domaines de la vie, économique, politique, sociale… Ne fut-elle pas aussi un élément important de la carte du Tendre, lorsque les femmes étaient une conquête qu’on se devait de mériter ?

Mais pour élaborer une stratégie, y compris amoureuse, il faut avoir un but, autre que le gain immédiat. Nombre de stratèges en politique ou en économie ne sont au mieux que des tacticiens. On pourrait y inclure le gestionnaire ou le manageur qui, bien souvent, le « nez dans le guidon », comme on le dit de manière populaire, n’aspire à rien d’autre ou n’a été formé, ce qui est plus grave, à rien d’autre.

Or, il y a dans la gestion d’une organisation, que ce soit l’Etat, l’entreprise ou les différentes formes d’organisation que l’esprit humain génère pour faire émerger de la connaissance, produire des biens ou des services, assurer une cohésion sociale, urbaine ou communautaire au sens le plus générique du terme, une véritable obligation de penser en terme de stratégie et de mettre en application une réflexion à long terme.

Nous militons, autant que ce mot puisse être signe d’un engagement fort, dans le domaine de la recherche et de sa publication, et cela depuis l’origine de cette revue, pour que « quelles que soient ses fonctions, un Cadre de Direction, a fortiori un chef d'entreprise, […] s'il n'a de ces problèmes qu'une vue partielle ; limitée à son champ de responsabilité, … ne peut jouer pleinement son rôle car… l'action doit être solidaire, intégrée et coordonnée dans un plan d'ensemble… »(1).

Prenons garde toutefois à ne pas nous confondre avec ceux qui pensent que l’Etat ou la puissance publique, incarné dans des services ou des autorités locales ou particulières, est réduit pour être « moderne », à copier, disons singer, les pratiques managériales des sociétés de capitaux.

Il faut vraiment ne rien avoir compris à la richesse du mot « management » qui « désigne tout ce qui est nécessaire pour mener à bien une affaire qu’elle soit, petite ou grande, indépendante ou non ». Ce terme « englobe donc toutes les fonctions de direction : l'administration au sens de Fayol, l'organisation, le fonctionnement, les prévisions, etc. […] », comme le souligne l’excellent traducteur de l’ouvrage fondateur de Peter Drucker « The Practice of Management »(2).

Cette ignorance se combine souvent chez les « dirigeants politiques » et manageurs improvisés ou élus, avec cette croyance que l’asservissement de l’Etat aux intérêts privés et son dépérissement sont signes de croissance.

Les faits, toujours têtus, viennent cruellement de leur prouver leur erreur et l’inanité de leurs idéologies économiques ! Il faudra qu’un jour, ils s’en aperçoivent !

Ce dernier numéro de 2010 paraît au début de l’année suivante, par suite de retards, bien involontaires, dûs à des difficultés de joindre, pour ajuster avec eux leurs contributions, certains de nos auteurs en Tunisie. Les événements qui secouent leur pays en sont la cause.

Pour présenter les thèmes que propose ce numéro, les trois dossiers, comme il y a 45 ans, à notre création, s’inscrivent dans « une perspective globale, non seulement (des) problèmes de l'entreprise, mais également, (des) méthodes permettant de les résoudre. »

 

Une stratégie de diffusion

 

Toutefois, cette constante ne doit pas cacher que nous veillons aussi à ce que nos publications soient le plus largement accessibles par toutes les techniques et sur tous les sites pour bien illustrer notre place de « 1re revue francophone de management ». Ce numéro l’illustre une fois de plus, par la variété des auteurs et des sujets que nous avons choisis.

Par ailleurs, la liste des revues, publiée par l’AERES(3) en « Economie et Gestion », le 16 juin 2010(4), a consacré l’internationalisation des publications retenues. Cette ouverture que nous ne pouvons que saluer, permet aux chercheurs de voir la juste reconnaissance de leurs travaux qui se situent bien dans le monde multiculturel contemporain. L’histoire qui se déroule devant nous, en témoigne assez. Cette liste n’est plus limitée aux étoiles pâlissantes d’un monde figé par la culture étriquée et partielle de certains gourous dépassés, souvent issus des mêmes origines que ceux qui rejetèrent jadis les remarquables travaux d’Henri Fayol.

Si nous avons intégré la liste en question en 2010(5), lors de sa refonte fondamentale, nous nous inscrivons naturellement dans cette autre constante de collaboration avec tout ce qui compte dans la diffusion internationale de la recherche et de la pensée francophones en rejoignant l’A.R.S.C. Association des Revues Scientifiques et Culturelles (voir page 12).

L’année 2011 qui a commencé inaugure également notre partenariat de diffusion avec CAIRN, la référence pour tout ce qui est sciences humaines et sociales au sens le plus large : http://www.cairn.info/revue-des-sciences-de-gestion.htm est désormais un adresse incontournable pour tous ceux qui veulent consulter nos publications depuis 2005.

Notre blog qui est ouvert à tous déjà, compte plus de mille chercheurs et universitaires qui reçoivent régulièrement les informations grâce à la libre (et gratuite) adhésion aux « Amis de La RSG » : http://larsg.over-blog.com.

Les offres de postes, appels à communication et informations sur les publications, les ouvrages et les revues amies, sont une constante de nos numéros depuis plusieurs années.

Notre rubrique « Info » s’est toujours donnée pour vocation de présenter des informations choisies et commentées qui nous paraissent dignes d’intérêt. Cela est d’autant plus manifeste qu’elle ne répond pas à des critères commerciaux de commanditaires de publicité comme chez nombre de nos confrères.

Elle ne répond pas non plus aux impératifs du buzz, devenu le nouveau et fallacieux critère de l’information pour beaucoup (page 49).

Remercions enfin et particulièrement Jean-Louis Chambon, Président de la Fédération Nationale des Cadres Dirigeants (FNCD) et du Prix Turgot, auquel nous sommes également associé, de nous apporter ses sagaces et éclairantes chroniques bibliographiques (page 59).

 

Trois dossiers thématiques

 

La « gestion de la connaissance », titre du premier dossier de ce numéro s’inscrit dans cette économie du savoir que nous entendons analyser. Elle nécessite que les choix managériaux et les dispositifs de formation comme le développe Corinne Baujard, s’inscrivent dans une stratégie globale qui fait du droit et de l’ingénierie juridique, une nouvelle approche managériale décryptée par Boualem Aliouat car nous sommes depuis longtemps, persuadés que le droit est une partie prenante de la gestion. Gérer la connaissance, c’est aussi parer au risque de la surinformation que les nouvelles technologies comme Internet font courir aux décideurs ou chercher à contrôler l’information pour un Conseil d’administration. Les articles qui continuent ce dossier s’en font l’écho.

Cinq études choisies illustrent, sans l’épuiser non pas « les », car nous ne croyons toujours pas contrairement à Alain Minc et à ses sectateurs à l’univocité, mais bien « Des … méthodes de gouvernance » qui constituent le deuxième chapitre de ce numéro 245-246. Le choix de la diversité des origines des auteurs et des sujets traités montre qu’il existe bien un autre management plus respectueux des hommes, des cultures et des organisations et donc plus efficace. Entreprises familiales, administrateurs indépendants des entreprises françaises, contrôle des implantations bancaires à l’étranger, analyse du changement micro-économique, ou gouvernement d’entreprises franco-camerounaises sont développés ici.

« Approches normatives et gouvernance », titre du troisième dossier, s’inscrit enfin, dans cette logique de la stratégie ouvrant sur le contrôle et l’organisation. La finance ou les finances d’entreprise et les méthodes de comptabilisation dans les sociétés françaises sont disséquées par des auteurs canadiens, français et tunisiens permettant une approche ouverte et complémentaire de cette question. Les comparaisons de ces applications normatives tant aux PME, ce qui pose toujours problème, qu’aux entreprises du continent africain au nord comme dans la partie sub-saharienne, étoffent la culture nécessaire pour « étendre son horizon au-delà des frontières », comme le souhaitait en 1965, le créateur de la revue.

On parle tant de mondialisation et l’on oublie aussi que dans mondialisation, il y a « monde » et que cela ne peut se borner à quelques zones géographiques. L’innovation, l’économie de la connaissance et le développement « soutenable » s’inscrivent dans cette logique que nous promouvons ici, car « l’intelligence du monde », comme le rappelait Jean-Paul Fitoussi(6), « est une valeur en soi !».

 

* Sun Tzu, L’Art de la Guerre, traduction du RP Amiot (sj) 1772.

1. Editorial du n° 1 de direction et gestion des entreprises, mars-avril 1965.

2. La Pratique de la Direction des Entreprises, Bibliothèque du management - 1969, Note du traducteur.

3. AERES : Agence d’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche française.

4. http://www.aeres-evaluation.fr/content/download/14116/232839/file/100616_ListeEcoGestion.pdf.

5. Page 31.

6. http://www.idies.org/index.php?post/Lintelligence-du-monde-est-une-valeuren-soi.

 

septembre-décembre 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans n° précédents

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif