Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 06:56

par Philippe NASZALYI
Directeur de la rédaction et de la publication

 

Programme d’une vie, revendication sans cesse renouvelée, cette injonction du Père Teilhard de Chardin, jésuite et chercheur, à la pensée parfois hétérodoxe pour sa hiérarchie, a été reprise pour en faire son credo par Jean Orcel, scientifique lui aussi, et naguère vice-président de l’Union rationaliste. De même que non sans clin d’œil, à Paris, la rue Teilhard de Chardin voisine avec celle de Jean Calvin, près de la Montagne Sainte-Geneviève, la concordance entre « celui qui croyait au ciel et celui qui n’y croyait pas »1, ouvre la réflexion, le fil conducteur, on dit parfois, le fil rouge, que nous avons choisi de poursuivre.

 

Savoir plus… car notre objectif de travail est de mettre en place, à notre mesure, une réflexion pour penser à une nouvelle, à de nouvelles formes de croissance économique.

Puisque « Tout se gère »2, comme nous le constations naguère, il n’est pas illégitime que le manageur, le gestionnaire, celui qui est le stratège, mais aussi l’acteur du management de toute organisation prenne sa juste part conceptuelle.

Si l’expression « homme de terrain » fleure plus la démagogie ambiante que la valorisation de celui qui agit, il n’en demeure pas moins que plus que d’autres, et au moins à égal à tous les autres, celui qui pratique et anticipe ses actions, soit appelé à tirer profit de ses connaissances et de ses expériences pour contribuer à concevoir de nouvelles formes d’organisation. Car savoir plus, n’est pas confiné à la personne et à son enrichissement personnel, il est aussi le moyen de pouvoir plus.

Une journée de recherche, inspirée par une jeune équipe de management le L@rem, a choisi cette thématique « Gérer autrement »3 qui signifie concevoir et mettre en pratique des idées innovantes, pour pouvoir plus et mieux trouver un nouveau modèle de croissance4. Dans un domaine, ô combien sensible, celui de la finance et dans une démarche qui enjambe l’Atlantique, un groupe de recherche franco québécois s’interroge sur « l’évolution des modèles d’affaires de la sphère financière »5. C’était déjà dans cet esprit, celui d’un colloque qui posait une question impertinente : « Existe-t’il une alternative à la banque capitaliste ? »6 dont nous publierons sous peu les meilleures contributions, que nous avions souhaité marquer clairement notre déréliction pour un système totalitaire qui vise à conserver tout ce qui valorise l’avoir sur l’être, la rente sur le travail et la réflexion, et qui conduit à l’échec.

 

Être plus !, avec cette « impertinence » des idées, la seule qui vaille à côté des sentiers battus. Longtemps l’impertinent a incarné l’arrogance ou ce qui ne convient pas, « le fat outré » de La Bruyère. L’arrogance a changé de camp en ce XXIe siècle.

Ce qui ne convient pas désormais, est bien de maintenir ce qui est. Quelques beaux esprits, plutôt tournés vers le passé, se sont mis à promouvoir et à rendre « positif », ce mot plus usité dans la langue classique, en décernant un prix des impertinents7. Plus proche de nos sujets d’intérêt, « le Cercle des entrepreneurs du futur », animé par Michel Godet8, a lancé aussi, un Prix de l’Impertinence9. On s’étonnera juste que l’édition 2011, soit dédiée à l’historien et économiste, Jacques Marseille10, à l’évidence talentueux et brillant, mais qui se place plutôt dans une lignée bien définie et peu impertinente de penseurs. Ceux qui flirtent davantage avec les idées économiques et financières dominantes qui nous ont amené là où nous en sommes, sont-ils les modèles d’une réelle volonté de réinventer le monde avec des concepts innovants ?

On reprendrait mieux pour eux, cette tirade de Crispin, en « rival de son maître », qui, triomphant, s’exclame qu’« au lieu de les rebuter par mes manières impertinentes, j’ai eu le malheur de leur plaire ».11

Autrement dit, il y a peu de chance que le « prix des impertinents » ne soit jamais décerné à un lauréat du « prix de l’Impertinence » et réciproquement, ce qui ne manque ni de saveur ni de pertinence !

Notre propos n’est pas ici, de courir derrière le succès immédiat ou les reconnaissances académiques, canoniques ou officielles, mais bien de proposer des idées impertinentes pour déranger, bousculer, faire réfléchir… et agir.

C’est, nous dit-on souvent avec agacement, cette impertinence que ressentent, en nous lisant, certains thuriféraires des choses, des évaluations, des classements, bien établis, en un mot, ces tenants des « traditions » qui, si j’en crois Jean d’Ormesson, répondant naguère à la première académicienne française, « sont faites pour être à la fois respectées et bousculées »12.

« Savoir plus, pour pouvoir plus, pour être plus », est donc une vaste ambition. Nous ne prétendons pas que ce premier numéro de l’année 2011 y réponde totalement. Ce serait aussi présomptueux que prétentieux et vain. Nous ne cessons de le dire et l’écrire, il n’y a pas qu’un seule voie, ni une seule voix, dans le domaine complexe du management des structures, de leurs stratégies et de leur conduite, car toutes sont d’abord faites d’hommes qui utilisent des ressources variées, mais plus souvent limitées qu’inépuisables !

 

Deux dossiers ouvrent donc notre programme : Innovation, innovateur, recherche et développement, commence par une étude que d’aucuns pourront qualifier de plus économique que « gestionnaire ». Grand bien leur en fasse !

La réflexion de son auteur, Patrice Noailles pose des principes, énonce une thèse et propose des pistes pour comprendre et faire comprendre qu’il n’y pas un effet mécanique à la transformation d’une invention en une innovation. Il y faut un homme particulier et si possible, fonctionnant dans un environnement favorable. Bien des politiques, sûrs de leur fait, s’appuyant sur une sorte de benchmarking d’autant plus mal compris, qu’il ne propose au fond aucune vue d’ensemble, feraient bien de s’y attarder. Et pourtant, l’imitation est à coup sûr, indissociable de l’innovation, encore faut-il qu’elle réponde à des objectifs cohérents et non à des modes oratoires qui ne sont même plus des effets de manche. L’industrie agro-alimentaire française ainsi que la gestion des marques en Chine, procèdent, elles, d’une vraie réflexion. Les articles qui composent ce dossier analysent la difficulté de sortir de méthodes archaïques ou de tirer profit d’une analyse post mortem après un échec.

L’innovation dans une économie fondée sur la connaissance, s’étudie dans des institutions financières, ici en Algérie, tout en découlant aussi de la R&D dans les industries en France comme au Japon. Ce dernier pays, meurtri, nous inspire toute la compassion. Sa triste expérience dans le domaine nucléaire démontre, s’il en était besoin, (hélas, il en est encore besoin, au moins à Bruxelles et auprès de ses sectateurs français) le danger de confier la sécurité de ses habitants voire de la planète, à une logique qui, par nature même, intrinsèquement, aurait-on dit naguère, fait passer le profit avant toute considération.

Qu’on ne voit là aucune condamnation, mais le constat d’une réalité consubstantielle à l’entreprise privée dans le système économique qui prévaut aujourd’hui. C’est ce que ne peut pas faire, s’il est fidèle à sa vocation, un état démocratique et par conséquent une entreprise publique qui en dépend.

Le deuxième dossier de ce numéro prolonge la réflexion entamée par le premier, en plaçant la Responsabilité sociale et le développement durable.

L’un et l’autre de ces domaines ont une existence propre que nous tenons à réaffirmer. Si nombre d’« investisseurs socialement responsables » (ISR) par commodité de notation -toujours ces fameuses notations ! – et absence de conviction, réduisent la responsabilité sociale à un « développement vert », en éliminant tous les facteurs humains, ils ne peuvent être considérés ni comme socialement responsables, ni comme réellement innovants. Le premier article de ce dossier, confié à des spécialistes de l’innovation, Dimitri Uzunidis et Blandine Laperche, pose bien les enjeux de la RSE pour l’entreprise et la société. Là encore, sans épuiser le sujet, les quatre contributions qui s’ensuivent, abordent différentes applications : le développement durable, « fruit » de la réglementation pour les grandes entreprises, « fruit » de l’engagement dans les PME, mais aussi « fruit » du financement bancaire, voire qui s’exprime davantage en « développement équitable » dans le cas du Cameroun, pays où le rôle des tontines populaires est souvent considéré comme le facteur d’une croissance autofinancée qui méritera tout notre intérêt.

Être une « préface de l’espérance13 », mais instructive, raisonnée, argumentée pour « penser la croissance » !


* Pierre Teilhard de Chardin, cité par Jean Orcel, préface à « Teilhard de Chardin », Ernest Kahane, Publications de l’Union Rationaliste, Paris, 1960, page 2.

1. Louis Aragon, La Rose et le Réséda, 1943.

2. Éditorial, Direction et Gestion des entreprises n° 159-160, 1996, p. 5 DOI :10.1051/larsg:1996017.

3. Colloque organisé par le L@rem, 24 juin 2011, voir page 12 de ce numéro et http://www.univ-evry.fr/larem

4. Voir page 80.

5. Voir page 38.

6. La Revue des Sciences de Gestion, Direction et Gestion n° 243-244, 2010, page 34.

7. Créé en 2009, le prix des Impertinents récompense un ouvrage s’inscrivant à contre-courant de la pensée unique. Décerné au début de chaque année, il est remis au restaurant Montparnasse 1900. Le jury est composé ainsi : Christian Authier, Bruno de Cessole, Jean Clair, Louis Daufresne, Chantal Delsol, de l’Institut, Paul-François Paoli, Jean Sévillia (président), Rémi Soulié (secrétaire général), François Taillandier et Eric Zemmour.

8. Professeur titulaire de la chaire Prospective stratégique du Conservatoire national des Arts et Métiers de Paris (Cnam).

9. Le Grand prix de l’impertinence, créé en 2007, vise « à récompenser des réflexions et actions impertinentes et innovantes en relation avec le développement durable, l’entrepreneuriat, le développement, les territoires et les services ». Son édition 2011 aura lieu le 18 mai.

10. Décédé le 4 mars 2010.

11. J.-R. Lesage, Crispin rival de son maître, Paris, 1707.

12. J. d’Ormesson, Réponse au discours de réception à l’Académie française de Madame Yourcenar.

13. Selon la belle formule de Jean d’Ormesson.

Pour consulter le numéro http://www.cairn.info/revue-des-sciences-de-gestion-2011-1.htm

Partager cet article

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans n° précédents

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif