Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 13:17

50% des salariés en difficulté dans le cadre de leur travail, 1/3 des étudiants en dessous de la moyenne et 2/3 des demandeurs d’emploi confrontés à l’anglais dans le cadre de leur recherche.

Alors que l’anglais était récemment au cœur de l’actualité avec la loi Fioraso, Wall Street Institute dévoile les résultats de son enquête annuelle sur le niveau d’anglais des étudiants, salariés et demandeurs d’emploi.

Leader de la formation en anglais en France avec 61 centres et 25 000 stagiaires formés chaque année, Wall Street Institute a réalisé, comme chaque année, durant l’été 2013, une étude globale sur les Français et l’anglais, en partenariat avec le Meilleur Site Carrière 2012, StepStone, le 1er réseau de sites emploi en France. Malgré l’importance primordiale d’une langue qui fait référence à l’international, le niveau des Français se révèle toujours aussi moyen et l’on constate peu d’évolution par rapport à l’année précédente.

Des salariés en difficulté mais qui ont envie de réagir !

Comme l’année dernière, les entreprises sont toujours aussi concernées par le problème de l’anglais avec un niveau moyen des salariés qui n’évolue que très faiblement. Selon les résultats du baromètre, un salarié sur deux évalue toujours son niveau en dessous de la moyenne (note inférieure ou égale à 5/10).

Cela se révèle d’autant plus alarmant lorsque l’on constate dans cette même enquête que 51% des salariés ont déjà été confrontés, dans le cadre professionnel, à une situation en anglais où ils se sont retrouvés en difficulté. Ces situations sont d’ailleurs de plus en plus fréquentes comme nous pouvons le constater par rapport aux résultats de 2012 :

- Appel téléphonique en anglais : 71% (60% en 2012)

- Présentation orale : 65% (43% en 2012)

- Rédaction d’un email/document : 31% (38% en 2012)

- Compréhension d’un document écrit : 39% (38% en 2012)

Si les difficultés sont réelles pour les salariés, ces derniers ne demandent qu’à s’améliorer. Ainsi près de 70%des sondés souhaiteraient accéder à une formation en anglais dans le cadre du DIF pour se perfectionner, notamment à l’oral pour 60% d’entre eux.

Les résultats de cette enquête confirment que la situation ne tend pas à l’optimisme et que les salariés français ont plus que jamais besoin d’améliorer leur anglais, notamment à l’oral. Conscients de cela, ils sont prêts à réagir en étant demandeurs de formation.

Des étudiants désarmés face à l’Education Nationale

Selon les résultats du baromètre, la situation des étudiants s’améliore légèrement mais ne fera pas oublier notre réputation de mauvais élève en anglais d’ici peu avec 1/3 des élèves qui évaluent leur niveau en dessous de la moyenne (note inférieure ou égale à 5/10).

L’anglais reste pourtant indispensable selon les sondés qui pensentà 88% que parler la langue est un atout important aussi bien au niveau professionnel que personnel.

Pourquoi un tel écart existe-t-il alors entre la réelle volonté d’apprendre cette langue et le niveau des étudiants ? L’Éducation Nationale est à nouveau pointée du doigt par les élèves : 63% des sondés estiment ainsi ne pas avoir assez pratiqué l’oral en classe.

Les raisons données sont autant de points qui devraient faire réfléchir l’Éducation Nationale :

- Peu d’occasions d’intervenir à l’oral : 62%

- Différence de niveau importante au sein des classes : 59%

- Classes surchargées : 44%

Les étudiants sont ainsi de plus en plus confrontés à des contextes où l’anglais leur fait défaut :

- Lors d’un stage / emploi : 58% (55% en 2012)

- Divertissements - films, musique, articles, etc. : 51% (40,5% en 2012)

- En voyage : 35% (31% en 2012)

- Lors d’une rencontre - dans la rue, avec des amis : 24% (30% en 2012)

 

Des demandeurs d’emploi testés en anglais

Alors que le secteur de l’emploi connaît toujours autant de difficultés, les candidats pour un poste sont nombreux et les critères de sélections très poussés. Selon les résultats du baromètre, les demandeurs d’emploi sont ainsi de plus en plus confrontés à une évaluation de leur niveau d’anglais : 65% contre 40% en 2012. L’anglais devient désormais indispensable pour émerger sur le marché de l’emploi.

Ces résultats semblent inquiétants alors que près de 60% des sondés jugent leur niveau égal ou inférieur à 5/10. 1/3 des candidats estiment son niveau inférieur ou égal à 3/10 !

Tout comme les salariés, les demandeurs d’emploi restent cependant conscients qu’apprendre l’anglais est désormais indispensable pour émerger sur le marché de l’emploi avec 95% des personnes interrogées qui considèrent que l’anglais est aujourd’hui un véritable atout pour trouver un emploi.

Natanael Wright, Président de Wall Street Institute France : « Les résultats de notre baromètre sont très inquiétants car l’on constate très peu d’évolution par rapport à l’année précédente. Le problème de l’anglais concerne toujours l’ensemble des Français, que cela soit les étudiants, les demandeurs d’emploi ou les salariés. Les difficultés subsistent à tous les niveaux alors que l’anglais reste la langue incontournable du monde professionnel, du commerce, de la science et de la technologie. L’anglais est désormais encré dans la réalité du monde du travail en France et devient de plus en plus un atout incontournable pour faire une vraie différence lorsque l’on recherche un emploi. Que l’on soit étudiant ou jeune diplômé, se former à l’anglais devient vital. De même, si vous souhaitez faire avancer votre carrière ou votre entreprise à l’international, savoir parler anglais est une priorité.

La lecture de ce baromètre est particulièrement représentative de la démission de l’Éducation Nationale concernant la formation des langues. Cette démission, Wall Street Institute y répond par le biais de sa méthode d’apprentissage reconnue et à travers de nombreuses formations. Les étudiants ont la possibilité d’accéder à nos offres avec une réduction de 15% tandis qu’il existe par exemple une formation spécialisée pour les demandeurs d’emploi spécifiquement conçue pour les besoins des Contrats de Sécurisation Professionnelle «CSP». Chez Wall Street Institute, nous ne laissons personne de côté et mettons en place des offres répondant à tous les besoins. »

 

Données statistiques recueillies par www.stepstone.fr du 1er juin au 15 août 2013

Wall-Street-Institute.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Social

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif