Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 17:35

L’argent tranquille !

http://www.whoswho.fr/doc/whoswho/photos/valide/456/65032-4fd865fed0747.jpg par Philippe NASZALYI
Directeur de La RSG

Consulter le dernier n°258 sur Cairn

Au milieu des vicissitudes d’un monde financier dévoyé depuis plus de trente ans qui engendre extrême richesse et extrême pauvreté, les coopératives financières qui font l’objet du cahier franco-canadien de ce numéro consacré à la finance, sont un havre de paix si elles se montrent fidèles à leur valeur !

En effet, l’année 2012 achevée, a mis en exergue, sous l’égide de l’ONU, les coopératives et par elles, les principes de « lucrativité » limitée, de développement local et responsable, de souci du terme moyen ou long, de la démocratie…

Un des points saillants de cette aventure coopérative est, en effet, sans conteste la démocratie : un principe qui n’a aucun sens dans le domaine de l’économie banale dite néolibérale.

Jean-Louis Laville rappelle à juste titre que « les théories économiques privilégient certaines dimensions d’analyse au détriment d’autres… et, ce faisant, négligent leur dimension plus politique… mais aussi plus fondamentalement, la quête de démocratie au sein de la sphère économique(1) ». L’étude de Sonia Novkovic, menée auprès de coopératives de l’Est du Canada, illustre bien cette thèse que, pour les coopérateurs eux-mêmes, la valeur la plus importante devant l’égalité, la responsabilité individuelle et même la solidarité, est celle de la démocratie(2).

Il y a donc autre chose que l’appât du gain et de l’intérêt individuel comme moteur de l’organisation de l’économie.

Et pourtant ce modèle peine à se développer. Il est vrai que pour avoir entendu une « présidente » de tribunal d’une ville de la banlieue sud de Paris, forte de son ignorance économique, usant (abusant) de son pouvoir arbitraire de magistrat, dire à une représentante des salariés d’une association en redressement judiciaire, que « la solution coopérative était une forme archaïque », on ne peut plus s’étonner de rien, en pleine année 2012. Inculture, méconnaissance, paresse de la réflexion devant une idéologie dominante qui fait accroire que l’efficacité est sienne et que tout le reste est billevesée.

Et bien non, l’efficacité n’est pas du côté de ceux qui la proclament si fort et depuis si (trop) longtemps. Si l’on objecte quelques rares malheurs coopératifs, il en est comme dans toute entreprise humaine, l’on ne fera pas croire que c’est aux coopératives, aux associations « mangeuses » de subventions, aux dépenses publiques mêmes, que l’on doit la formidable crise financière qui détruit l’économie de la planète. C’est « l’autopsie d’une faillite économique », selon le remarquable titre de l’ouvrage de Serge Raynal et Frédérique Vermersch(3) qui présente « …les éléments d’une mort avancée ».

Lehman Brothers, créée en 1850, était bien une banque d’investissement multinationale proposant des services financiers diversifiés dont le siège se trouvait à New-York. Elle a fait faillite en septembre 2008.

American International Group (AIG), fondé en 1919, l’un des fleurons mondiaux de l’assurance, a été renfloué par environ 85 milliards de dollars étasuniens venant de la Réserve fédérale des États-Unis en septembre 2008. L’État de ce pays détient désormais près 80 % de ce géant de la « libre-entreprise triomphante ».

Et l’on pourrait multiplier les noms de ces hérauts du système capitaliste financier, nous le distinguons bien de celui du modèle entrepreneurial, qui depuis que les vannes du désordre monétaire international ont été ouvertes par le « libéral » Richard Nixon, entendent et réussissent, même dans l’enceinte d’une modeste chambre de justice de la « grande couronne » parisienne, à faire croire que le système financier est celui du développement, la règle unique de la mesure de l’efficacité économique et finalement la seule forme d’organisation.

Ces tenants du marché et de la « concurrence libre et non faussée » sont en fait, les vrais zélateurs de la pensée unique et du monopole ! Paradoxal non ?

Or ce système se délite partout. Avec 19 millions de chômeurs, chiffre officiel qui masque bien des réalités plus cruelles, l’Union européenne a trahi ses objectifs et ses valeurs initiales. Les politiques qui visent à payer une dette qui n’existe pas et qui a été créée pour l’enrichissement de circuits financiers plus ou moins opaques, sont un échec cuisant. La Grèce a vu son chômage augmenter de 5 % pour atteindre 26,4 % de sa population active, à peine plus que l’Espagne (26,3 %) quelques points encore au-dessus du Portugal (17,3 %) qui voit le nombre des « sans-travail » s’accroître de 2,7 % !

Eurostat qui publie ces données, ne précise évidemment pas que la potion européenne, qu’on inflige désormais à la France, est d’abord et quasiment due à cette idéologie mortifère qui, érigeant le lucre en moteur universel, a entraîné les dispositions monétaristes du traité de Maastricht de 1992 et le veau d’or des 3 % dont aucun économiste ne peut apporter la justification.

Ce n’est pas l’euro qui est en cause, ni la monnaie unique, ni même une quelconque idée de politique économique commune !

C’est ce traité dont le choix idéologique initial est de favoriser la rente, utile à la vieillissante Allemagne. On y voit les effets sur le chômage et la croissance, abandonnés pour la lutte contre l’inflation, terreur des rentiers ! On y voit la méfiance contre la démocratie et l’État qu’elle incarne, par l’indépendance de la banque centrale, placée au service exclusif des intérêts financiers qui sont la cause des maux de l’Europe et des entreprises. En fait, un choix de vieillards qui obère l’avenir !

L’alternative coopérative ne peut proposer la suppression de cette ineptie économique et historique qu’est la perte par le pouvoir politique, du pouvoir monétaire au nom de la plus grande efficacité qu’aurait la gestion privée. Elle peut en revanche, apporter à l’économie, la valeur et la pratique de la démocratie.

Nous savons ce qu’il faut penser de l’efficacité des experts ès finances qui, de Lehman Brothers à Dexia en passant par Natexis et bien d’autres, sont autant d’échecs de cette gestion qui se disait exemplaire. Cela veut dire, ô paradoxe, des fonds publics au secours du « si bon gestionnaire » qu’est « le Privé ».

Un faux endettement, payé par les citoyens à qui l’on a retiré tout pouvoir de décision avec la complicité de « gouvernants de rencontre ». Certains affichent même qu’ils ont fait leurs classes dans ce monde interlope des agences de notation ou des banques faillies ; d’autres d’en être les mercenaires, en adoptant leurs pratiques mafieuses ! Les pires encore, car les fautes contre l’Esprit sont les plus graves, sont ceux qui ont  capitulé, car ils sont sans courage et sans idéal. Décidément, Marcel Déat a bien des héritiers !

Il ne faut pas moraliser la finance, comme certains, dont on aura la pudeur de taire le nom, le prétendent, il faut simplement l’ordonner au service du « bien commun ». Recentrée sur l’entreprise et ses finalités, notre approche de la finance, puise aussi ses fondements autour des « déterminants de la maturité de la dette », adaptés au « cas français » comme l’analyse ici, Eric Séverin qui ouvre ce numéro consacré aux « approches de la finance ».

« À temps et à contretemps », (2 Tm 3, 14-4), comme nos auteurs, nous entendons démontrer que l’entreprise, cette noble activité de l’être humain, doit être dirigée comme « une institution, où s’élabore une finalité commune à l’ensemble de ses parties prenantes et non comme un objet de droit de propriété(4) ». Nous savons, comme Jean-Marc Robé notamment que le droit de propriété est, en matière économique, une évidente question à revoir et à redéfinir. De sorte que comme le dit Claude Béland, « la formule coopérative réussit » elle, « pour deux raisons principales : en premier lieu, parce que la coopérative est richesse, solidarité et responsabilité des uns à l’égard des autres, autant de valeurs incarnées par la pratique des règles démocratiques(5) ».

Cela peut se faire notamment comme le suggèrent des groupes de diverses origines, réunis autour de la proposition de l’Ap2e de créer en France, un droit prioritaire des salariés à la reprise des entreprises sous une forme coopérative(6). Nous appuyons cette proposition d’avenir à laquelle nous avons participé. Elle peut concerner nombre de salariés dans les années à venir comme les travaux d’Aude d’Andria, notamment, le démontrent(7).

Il semble que le Ministre délégué à l’Économie sociale, Benoît Hamon qui s’était engagé à introduire ce dossier, ait repris dans la loi-cadre qu’il prépare les éléments innovants de cette initiative. Nous n’avons à ce jour qu’à l’espérer, car nous ne pouvions, par respect pour nos auteurs et nos lecteurs différer davantage, la parution de ce numéro en attendant le Ministre et son introduction…

Le cahier qu’Andrée De Serres, de l’université de Québec à Montréal et Michel Roux de l’Université Paris 13, ont dirigé sur les « banques coopératives et mutualistes », clôture cette année internationale onusienne. Les études connexes sur l’ISR de Christophe Revelli, tout comme l’interrogation sur les « actions gratuites, les dividendes et les microstructures du marché » de deux auteurs tunisiens complètent, dans son approche multiculturelle notre présentation de la finance.

Ainsi, cette idée de la participation des salariés, déjà prévue, pour les fruits de l’entreprise, par le Général de Gaulle, doit-elles’étendre au-delà de la présence symbolique de représentants au sein des conseils d’Administration, à la prise de décision effective à la gestion et par-delà à la propriété. « Cette avancée démocratique devrait également se traduire dans la gestion de l’épargne collective, de manière à réduire l’instabilité macro-financière.

C’est à cette double condition qu’il est possible de remettre le capitalisme contemporain dans la voie du progrès social(8) »… C’est ce que nous avons appelé « l’argent tranquille », cette finance qui produit des biens utiles et durables…

_______________________

1. Jean-Louis Laville, in La gouvernance des associations, sous la direction de C. Hoarau et J.-L. Laville. ERES, Paris, 2008, 297 pp., p. 50.
2. Sonia Novkovic, Cooperative business : What is the role of cooperatives principles and values ? Papier présenté à la conférence de recherche de l’Alliance coopérative internationale à Cork, Irlande 2005, 22 pp.
3. Serge Raynal et Frédérique Vermeersch, « L’autopsie d’une faillite économique », Elzévir, Paris 2012, p. 42.
4. Michel Aglietta et Antoine Rébérioux, Dérives du capitalisme financier. Albin Michel, Paris 2004, 396 pp.
5. « L’Universalité du mutualisme et du coopératisme » par C. Béland, ancien président du mouvement des Caisses Desjardins du Québec : Notes pour une intervention au Congrès national de la Confédération nationale de la mutualité, de la coopération et du Crédit agricole, Poitiers, 15-16 mai 2003. Cité par Philippe Naszályi : « La nouvelle mutualité utopie ou refondation ? Essai d’analyse de la gouvernance de la FNIM (Fédération nationale interprofessionnelle des mutuelles) », Éditions Universitaires Européennes, 2011, page 426. ISBN : 613156891X
6. http://www.ap2e.info
7. Aude d’Andria, « La transmission des PME, Entreprendre autrement ? », communication à TPE-PME, regards croisés – Journée PRIMAL, 19 octobre 2012, Paris Ouest – Nanterre.
8. Michel Aglietta et Antoine Rébérioux, op. cit.

Partager cet article

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans n° précédents

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif