Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 08:57

le doigt ou le classement de Shangai » (proverbe chinois)

 

Cet été semble ne pas connaître de trêve dans les polémiques qui, reprises par la presse étrangère, mettent en exergue ou au pilori, les relations entre le monde des affaires et celui de la politique. Il n’est évidemment pas question, ici, ce serait hors de propos, de prendre parti en quoi que ce soit dans un conflit où, à notre avis, l’amoralité, est bien plus criante que l’immoralité, qu’on connaît, elle, habituellement dans toutes ces questions depuis qu’il y a des gens riches et des gouvernants.

Amoralité ! N’est ce pas au fond ce qui de part et d’autre, et encore plus depuis « la Crise », est reproché au capitalisme dont il est pour plus d’un, et nous suivons en cela André Comte-Sponville1, l’essence même ? Rien d’étonnant donc à ce que certains avouent « ne pas avoir de problèmes avec la morale » puisque cela est consubstantiel au système même qu’ils servent avec zèle !

Ce n’est pas ce vaste sujet, rassurons-nous, qui sera notre propos. Sans vouloir entrer dans le grand débat pour savoir si le capitalisme peut être moralisé, il nous a semblé bon, et à notre portée d’hommes de terrain, de consacrer le premier dossier de ce numéro d’été, dans la logique pragmatique de Michel Camdessus ou d’autres, à la recherche de la bonne gouvernance que nous considérons comme un véritable facteur de croissance et qui induit des « méthodes et modèles d’organisation » ce qui constitue tout naturellement le dossier conclusif de ce numéro.

Dans cette actualité de l’été, l’on peut relever aussi et ce, depuis 2003, la publication de l’« Academic Ranking of World Universities » de l’Université Jiao Tong, plus connu sous le vocable de « classement de Shanghai ». Cette parution jette en émoi, chaque année, tous ceux que le proverbe chinois dit « regarder le doigt » plutôt que la lune.

L’on ne reviendra pas sur les critères plus que litigieux du classement dont l’objectif initial était somme toute modeste. Nous avons déjà souligné en son temps, son absence quasi-totale de scientificité, malgré son apparence quantitativiste, ou sa totale insignifiance dans le domaine qui est le nôtre : économie ou gestion. Nous ne soulignerons jamais assez combien il repose quasi exclusivement sur la comptabilité de revues dans le domaine des sciences dites exactes. Celles-ci reconnues malgré d’énormes canulars involontaires, mais publiés à grand renfort de publicité, comme le clonage sud-coréen, se devraient de disposer de Comités de Lecture moins monochromes, plus ouverts au monde. La Science invite tout le monde à la modestie. Insignifiant, une fois encore dans les autres domaines, ce classement ne considère quasi exclusivement que des revues en langue anglaise et tient pour rien, toutes les publications des colloques, des conférences, des congrès, de toutes ces réunions savantes et scientifiques en toutes langues, où s’échangent idées et connaissances, ce qui est, avouons-le, une curieuse analyse de la Recherche !

Il semble d’ailleurs que les étudiants chinois eux-mêmes, pour lesquels il fut inventé, n’attachent que peu de prix à ce classement qui hypnotise toujours nos trissotins officiels. S’il n’y avait « que » 18 000 étudiants chinois en France en 2007-20082 ce qui plaçait malgré tout la France au 5e rang mondial en ce domaine, on en dénombre plus de 35 000, répertoriés en 2009, selon l’ambassade de Chine en France, dont 85 % qui paient eux-mêmes leurs études3 ! Ce qui est plus que significatif.

 

Classement des classeurs ?

Dans le domaine Économie-Gestion qui est le nôtre, on peut citer également la récente initiative de Jean-Michel Courtault, professeur d’économie à l’Université Paris 13 qui vient de proposer un classement des établissements (Universités et Grandes Écoles) et des Enseignants-chercheurs à partir des citations des articles des professeurs qui les composent4. C’est une proposition à suivre sans doute, même si l’on peut légitimement s’interroger sur les « indices h » et « g » qui servent de base à cette analyse des réalités de 2008.

À l’inverse de la recherche de la grande taille qui obnubile toujours nos actifs trissotins officiels depuis Shanghai, et les font réinventer des monstres universitaires ingérables, « La calidad de las universidades en España », publiée en mai 2009 par l’université de la Complutense de Madrid se fonde sur un classement multicritères des universités espagnoles : 32 critères au lieu des 9 utilisés au maximum par les autres classements5. C’est révolutionnaire et peut être plus réel…

L’exploitation de ces classements comme le font notamment les Allemands, par un marketing agressif pour attirer les étudiants6 voire en créant des « marques » est-il encore dans l’esprit de ce que qu’est l’Université dans son essence.

On peut au moins s’interroger !

En tout état de cause, un colloque très instructif au Sénat, au titre volontairement provocateur : « Oublier Shanghai ! » 7a bien reposé les enjeux et les nécessités de se montrer vigilants, constructifs et ouverts dans ces classements qui en se multipliant, ont tendance à se dévaluer les uns les autres ce qui n’est pas non plus une solution.

Comme le soulignait à cette occasion, le professeur Patrick Hetzel, « Les classements doivent être positionnés comme des outils et doivent rester à leur place. Ils ne sont en aucun cas la stratégie. Ils ne peuvent être que des formes de représentation à un instant T de celle-ci. Il y a toute une pédagogie à faire pour les remettre à leur place, dans leur contexte, savoir que ce sont des outils pouvant être mobilisés par les étudiants pour faire leurs choix. » Nous ne pouvons que souscrire à cette déclaration du Directeur général de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle.

 

Comment évaluer la performance et quelle performance ?

Nous ne sommes bien sûr pas opposés loin de là, à l’évaluation des résultats ou des compétences. Le 2e dossier : « Évaluation de la performance » de ce numéro, qui s’inscrit dans le domaine des organisations, est tout à fait dans cette ligne de pensée.

Il est dans la nature même d’une revue comme la nôtre qui dispose de deux instances d’évaluation des contributions qui lui sont soumises : CIVIS et Conseil scientifique de lecture, que de croire à une évaluation saine et constructive pour l’Homme qui considère le quantitativisme simplificateur certes, mais fondamentalement simpliste et donc aussi faux qu’un sophisme voire un enthymème.

Notre souci également est, pour garder la valeur des avis et donc des publications, à la fois de chasser les bouffonneries des savants Cosinus de la gestion, plus nombreux qu’on ne le croit, ou d’éviter des travaux comme ceux d’Hwang Woo-suk, pourtant avalisés par une revue de la qualité de « Science » !

Notre souci enfin, est d’éviter cette plaie que génèrent encore plus les classements aux incidences financières dénoncées plus haut, qu’est le plagiat. C’est une autre forme de ce que l’on appelle dans le domaine des entreprises la contrefaçon. Une remarquable exposition sur le sujet à la Cité des Sciences de Paris8, accompagnée d’un ouvrage très pédagogique d’Olivier Quezada9, rappelle notamment cette vérité que si l’imitation est la base de l’éducation et de la transmission du savoir, la contrefaçon, elle, « cherche à tromper l’acquéreur et à déposséder le créateur de ses doits ». On peut s’amuser que des « penseurs » comme Alain Minc ou Jacques Attali, ténors des plateaux de télévision et autres cénacles où se forme l’opinion et considérés comme « coutumiers du fait10 » d’emprunter aux autres leurs textes et leurs idées, au point d’avoir été condamnés par la Justice, ne soient pas choisis ici, pour illustrer cette collection de fausses valeurs où l’amoralité des hommes et du système trouve là encore, son expression.

Nul donc n’est à l’abri, industriels, auteurs ou revues.

C’est pour cela que pour ce qui nous concerne, la vérification de chaque ouvrage cité en bibliographie par nos relecteurs nous a permis, et continue à nous permettre d’éliminer

les tricheurs et de traquer les emprunts un peu longs, inspirés souvent des interventions de colloques inédits.

Internet secrète aussi ses propres moyens de parer aux indélicatesses. C’est une lourde tâche qui explique parfois à nos auteurs le temps mis à publier leurs travaux. Nous mettons tout en oeuvre pour ne pas tomber dans les affres du plagiat que Walter Enders et Gary Hoover pour ne citer que leurs recensions impressionnantes dont nous étions fait l’écho déjà en 200711, dénoncent à propos des revues économiques américaines (celles que comptabilisent précisément et sans vergogne, nombre de classements dont celui de Shanghai !).

Soulignons avec insistance, le remarquable travail que fait depuis l’université de Genève, Michelle Bergadaà dont nous présentons « le vade-mecum du plagieur ». Le phénomène a toutefois pris suffisamment d’ampleur pour rendre plus que suspecte toute cette comptabilité d’apothicaire à propos du nombre de citations relevées par tel ou tel moteur de recherche. C’est une comptabilité d’attaché de presse, profession utile sans conteste, mais à laquelle jusqu’à présent, on ne demandait pas d’évaluer recherche et chercheurs…

C’est comptabilité encore sans aucune notion de la qualité de la recherche ou de son impact réel, fonctionne comme si le fait divers scabreux ou le scandale que la presse va développer à l’envi, et c’est son rôle, valait plus par son nombre de passages dans les colonnes, sur les ondes ou par les images que la découverte de travaux de l’équipe de Christine Balsdeschi sur les cellules souches pour ne citer que cet exploit thérapeutique des laboratoires de l’Université d’Evry. Quantité n’est que rarement qualité et l’on ferait bien de s’en ressouvenir !

Ne nous y trompons pas, en effet, en mélangeant sans discernement le qualitatif et le quantitatif des publications on génère, à la fois le copinage, (certains classements de revues en sont le témoin éloquent), le copiage, mais aussi la publication inutile, y compris dans des sujets comme les nôtres, souvent tellement « hors-sol » qu’elle n’est qu’un enfumage de mots et plus souvent de chiffres pour faire accroire à la scientificité.

Le scientisme revient au galop, et avec lui des valeurs matérialistes qui font de l’Homme un objet et non la finalité de toute chose. Le grand scientifique que fut Condorcet, avait cette phrase toujours actuelle : « Toute société qui n'est pas éclairée par des philosophes est trompée par des charlatans. »

Prenons garde à ce que les sages continuent bien à regarder la lune et pas le doigt ou… le classement de Shanghai !

 

 

1. Le capitalisme est-il moral ? Albin Michel (ISBN 978-2226142207) ; rééd. Le  Livre de Poche, 2006 (ISBN 978-2253117223) ; rééd. avec une postface inédite, Albin Michel, 2009 (ISBN 978-2226192912).

http://www.lemonde.fr/economie/article/2009/03/28/kant-et-les-parachutesdores_1173803_3234.html

2. Source EDUCPRO, http://www.educpros.fr/detail-article/h/4dac1c6294/a/etudiants-chinois-en-mobilite-la-france-au-5eme-rang.html, 15 janvier 2009.

3. Source : M. Kong Quan, ambassadeur de Chine en France. http://french.peopledaily.com.cn/Sci-Edu/6870375.html 15 janvier 2010.

4. Source EDUCPRO, http://www.educpros.fr/detail-article/h/f5132b007b/a/recherche-en-eco-gestion-un-nouveau-classement-des-ecoles-et-universites.html, 4 juin 2010.

5. Source EDUCPRO, http://www.educpros.fr/detail-article/h/2ecfd6a52a/a/un-ranking-revolutionne-le-classement-des-universites-espagnoles.html, 17 juin 2009.

6. Source EDUCPRO, http://www.educpros.fr/detail-article/h/61e82132e6/a/les-universites-allemandes-s-offrent-au-marketing.html, 24 février 2010.

7. Actes du colloque organisé au Sénat, le 6 mai 2010, http://www.senat.fr/rap/r09-577/r09-5771.html.

8. Contrefaçon, la vraie expo qui parle du faux, du 20 avril 2010 au 13 février 2011, à la Cité des sciences et de l’industrie. Paris. www.cite-sciences.fr/contrefacon

9. Contrefaçon, la vraie livre qui parle du faux, Universcience, Palette, 48 pages, 2010. 13.

10. Source : Evaluation de la Recherche en SHS « La question du plagiat », 29 juin 2010, http://evaluation.hypotheses.org/940

11. La Revue des Sciences de Gestion, Direction et Gestion n° 226-227, p. 5 – Éditorial : Graecia capta ferum victorem cepit… ou "Messieurs, il est cinq heures, le cours est terminé" ! DOI : 10.1051/larsg:2007031.

Partager cet article

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans n° précédents

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif