Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 22:56

UNIVERSITE PAUL CEZANNE

FACULTE DE DROIT ET DE SCIENCE POLITIQUE

 

Les dossiers doivent être envoyés par courrier au Professeur J.-Y. NAUDET

Centre de Recherches en Ethique – Faculté de Droit et de Science Politique

3 avenue Robert Schuman – 13628 Aix-en-Provence cedex 1 – tél : 04 42 17 28 73

(Ne pas oublier d’indiquer vos coordonnées personnelles, téléphone, et adresse e.mail)

 

 DU ETHIQUE ECONOMIQUE ET DES AFFAIRES

 

Responsable : Jean-Yves Naudet, Professeur d’économie à la Faculté de droit, Directeur du centre de recherches en éthique économique et des affaires.

 

Durée totale du DU : 90 heures DE COURS

 

Frais de formation : Formation initiale : 350 €                 -               Reprise d’études non financée : 500 € -

Formation continue : 1000 €

 

Equilibre et ouverture du diplôme à 24 étudiants – Capacité maximale d’accueil : 50

 

Date limite de dépôt des candidatures : 6 septembre 2010

 

DU ouvert à tous les étudiants de L3 et de Master 1 et 2 de la Faculté de Droit et de la FEA, ou d’autres composantes de l’Université, comme diplôme complémentaire (second diplôme) ou à des professionnels (reprise d’études non financée ou formation continue). Dans tous les cas, recrutement sur dossier. En formation initiale : relevé de notes et lettre de motivation ; pour les professionnels : CV et lettre de motivation.

 

Cours : Deux ou trois soirs par semaine (pour un cours de 2 ou 3 heures) à 18 h 00 (cours de septembre à avril).

 

Contrôle des connaissances : Un seul examen synthétique par module, en mai-juin (coefficient 1 par module), module 1 à l’oral, modules 2,3, 4  avec des écrits de 2 heures chaque, compensation entre les modules, pas de seconde session, redoublement autorisé sur décision du Directeur, mentions : passable (10), assez-bien (12), bien (14), très bien (16).

 

Moyens : Le DU bénéficie des moyens du Centre de Recherches en Ethique Economique et, en particulier, de son réseau et de sa bibliothèque (1600 livres et de nombreuses revues consacrés à l’éthique). Les étudiants peuvent aussi participer au colloque annuel d’éthique économique organisé par le Centre.

 

Exposé des motifs :

La question de l’éthique économique et des affaires se pose à tous les niveaux de l’activité professionnelle, que ce soit dans les entreprises, les associations  ou les administrations. Aucun étudiant sortant de l’université ne doit ignorer cette réalité.

Les conflits d’ordre éthique sont permanents dans les organisations publiques ou privées entre les diverses parties prenantes : en comprendre les raisons, savoir discerner les enjeux et les motifs, envisager des solutions, fait déjà partie du travail des cadres privés ou publics.

Dans toutes les organisations, se mettent en place des chartes éthiques, des codes de conduite, des politiques de développement durable, des comités d’éthique, etc. Il faut donc en comprendre le langage et connaitre les enjeux en cause, a fortiori pour participer à leur mise en place.

En outre, dans tous les concours administratifs, dans les recrutements de toute nature, le questionnement des candidats sur les sujets éthiques est permanent. Cela fait aussi partie de la culture générale, qui joue un rôle dans tout recrutement.

Enfin, au moment où il est question de moralisation du capitalisme, les étudiants doivent trouver dans l’université une formation complémentaire à leur formation principale, leur permettant de comprendre l’importance de ce débat et d’en tirer les applications pratiques pour leur vie professionnelle.

Dans le monde économique de demain, l’éthique sera non seulement un outil de gestion intégré dans les outils du management, mais encore un élément décisif dans le choix des cadres du secteur privé ou public. L’économie de marché a besoin d‘acteurs formés aux questions éthiques. Il existe une forte demande de la part des chefs d’entreprises pour recruter des diplômés en droit, ou en économie, ayant par ailleurs des connaissances en éthique économique et des affaires. C’est un « plus » indiscutable pour un recrutement

 

 

 

PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS

 

MODULE I : Les principes généraux de l’éthique économique (16 heures)

(Coefficient 1, un examen oral unique)

-     L’éthique : mode ou nécessité ; la responsabilité sociale de l’entreprise ; la moralisation du capitalisme (9 h 00)

-     L’éthique dans l’histoire de la pensée économique (4 h 30)

-     Analyse économique et jugements de valeurs (2 h 30)

 

MODULE II : Les fondements de l’éthique économique (22 heures)

(Coefficient 1, un examen écrit unique de 2 heures)

-     Les fondements philosophiques de l’éthique (10 h 00)

-     Religions et éthique économique (12 h 00 en tout)

            . L’éthique sociale chrétienne (4 h 00)

            . Le judaïsme et l’éthique économique (4 h 00)

            . Ethique économique et financière dans l’Islam (4 h 00)

 

MODULE III : Droit et éthique économique (26 heures)

(Coefficient 1, un examen écrit unique de 2 heures)

-     L’éthique consubstantielle au droit (4 h 00)

-     Ethique et droit des affaires (6 h 00)

-     Ethique et lex mercatoria (2 heures)

-       Responsabilité sociale de l’entreprise : le point de vue juridique (2 h 30)

-     Regard juridique sur l’éthique financière (3 h 00)

-     Ethique, droit et propriété (2 h 00)

-     Ethique et propriété intellectuelle (2 h 00)

-     L’éthique du dirigeant de société (2 h 30)

-     Ethique et droit international du développement (2 h 00)

 

MODULE IV : Ethique économique appliquée (26 heures)

(Coefficient 1, un examen écrit unique de 2 heures)

-     L’éthique financière (2 h 00)

-     Ethique et déontologie des médias (2 h 00)

-     Ethique et nouveaux médias (2 h 00)

-     Les chartes éthiques (2 h 00)

-     Ethique, environnement et développement durable (3 h 00)

-     L’éthique de l’entrepreneur (2 h 00)

-     Ethique et syndicalisme (2 h 00)

-     L’éthique des échanges et le commerce équitable (2 h 00)

-     Ethique, économie et propriété (2 h 00)

-     L’éthique, outil de gestion (2 h 00)

-     Analyse économique de la corruption (2 h 00)

-     Le mécénat, outil d’une économie éthique (3 h 00)

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 22:54

Le dimanche 11 avril 2010, l’ECF invite à une Journée exceptionnelle à la Mutualité. Deux faces, l’une au plus intime du jugement en jeu dans les perspectives de fin d’analyse quand elle produit un psychanalyste, l’autre examine l’acte le plus radical qui a entraîné un sujet à transgresser les lois sociales. L’institution judiciaire est en pleine mutation, accélérant l’affolement de la boussole que peut constituer la conception de la justice dans une société donnée.

 

BULLETIN D’INSCRIPTION 

 

QUESTION D’ECOLE 

La chose jugée 

11 avril 2010 

dimanche 10h-13h 15h-18h 

 

INSCRIPTION

- 30 € 

- 20 € (étudiant) 

 

NOM : --------------------------------------------------------------------------------

PRENOM : --------------------------------------------------------------------------

ADRESSE : -------------------------------------------------------------------------

EMAIL : -----------------------------------------------------------------------------

 

ÉCOLE DE LA CAUSE FREUDIENNE (ECF-11 AVRIL)

1, RUE HUYSMANS

75006 PARIS
Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 17:37

Un amendement déposé par le Sénat sera débattu jeudi 8 avril prochain, à l’occasion de l'examen du projet de loi sur l'entrepreneur individuel à responsabilité limitée. Il serait question de limiter la durée du régime de l’auto-entrepreneur à trois ans. L’Union des Auto-Entrepreneurs (UAE) s’oppose à « cette limitation, contraire à l’esprit de liberté professionnelle qui a prévalu à l’adoption de cette loi ».

 

Le Régime de l’Auto-Entrepreneur, mis en place en janvier 2009 à l’initiative d‘Hervé Novelli, Secrétaire d’Etat aux PME, est plébiscité par les faits : malgré un contexte de crise, il a été adopté par plus de 320.000 français en 2009 et que les inscriptions des premiers mois de 2010 continue au rythme de 1000 Auto-Entrepreneurs chaque jour.

Malgré ce succès très encourageant, le Sénat devrait examiner un amendement le jeudi 8 avril visant à limiter la durée du Régime à 3 ans. Pour François Hurel, Président de l’UAE, auteur du rapport au Gouvernement ayant conduit à l’adoption de ce régime: « cette proposition de limitation correspond à un amalgame de certains sénateurs qui considèrent souhaitable et possible de séparer les Auto-Entrepreneurs qui sont de véritables créateurs d’entreprise pour lesquels le Régime pourrait être temporaire et ceux pour lesquels le Régime donne accès à un complément de revenus. Or cette distinction ne correspond pas à la réalité du concept et aux pratiques constatée sur le terrain. »

François HUREL, s’inquiète également des conséquences de cette limitation : « Comment peut-on également expliquer que pendant trois ans un Auto-Entrepreneur pourra facturer ses prestations et devrait cesser ensuite une fois ce délai passé ? Certains opteront bien sûr pour le statut d’entrepreneur individuel et c’est déjà le cas de plusieurs milliers d’entre eux, mais d’autres verseront ou reverseront sans doute dans le travail au noir ou retrouveront leur statut de chercheur d’emploi. Limiter la durée du statut serait en quelque sorte ouvrir ou rouvrir une trappe au travail illégal et reconduire des demandeurs d’emplois à la case départ »

Pour François Hurel « Le régime aide bon nombre de Français à faire face à la crise et stimule l’initiative, ce dont notre pays a un urgent besoin. Hervé Novelli l’a bien compris en lançant en portant ce projet. Au delà, il ne faut pas oublier que ce régime génère des cotisations sociales et fiscales non négligeables. Dans une période où déficits publics, difficultés de financements des régimes de retraites et de protections sociales pèsent sur l’avenir, l’Auto-Entrepreneur reste une mesure exemplaire valorisant le principe d’Economie Positive. »

 

PETITION CONTRE L’AMENDEMENT

François HUREL indique « qu’au nom des dizaines de milliers d’Auto-Entrepreneurs qui ont démontré la pertinence de cette initiative et pour éviter de décourager ceux qui sont prêts à se lancer, l’Union des Auto-Entrepreneurs, comme l’a fait l’ADIE a décidé de s’opposer à cet amendement en lançant une pétition contre l’amendement su Sénat, Elle appelle tous les Auto-Entrepreneurs à la signer en se rendant sur son site Internet www.union-auto-entrepreneurs.com ».

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 07:29

Sorbonne / 10 avril 2010

Nous avons le plaisir de vous présenter le Forum de l’Education et de l’Enseignement Supérieur qui se déroulera le samedi 10 avril 2010 à la Sorbonne (Paris V) dans le cadre de la Cité de la réussite.

Organisé avec les ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la recherche, et avec le soutien de L’Étudiant et Educpros, cet événement a pour objectif de réunir des personnalités du monde de l’entreprise, de l’éducation, des sciences, de la politique et de la culture afin d’échanger avec le public sur les grands thèmes de société.

 

SAMEDI 10 AVRIL 2010 – AMPHITHÉÂTRE GUIZOT

11h00 à 12h30

L’école 2.0 : comment apprendre et enseigner à l’ère numérique ?

Ferran Ferrer, Professeur d’éducation comparée à l’Université Autonome de Barcelone

Roland Genet, Proviseur du Lycée Louis Armand à Villefranche-sur-Saône

Jean-Michel Fourgous, Député-Maire d’Élancourt, auteur du rapport « Réussir l’école numérique »

14h30 à 16h00

Orientation et formation : quelles clefs pour inventer sa vie professionnelle ?

Pascal Charvet, Directeur de l’ONISEP

Jean-Claude Daigney, Directeur de l’Union Nationale des Maisons Familiales Rurales

Bruno Magliulo, Inspecteur d’Académie honoraire, auteur-conférencier pour L’Étudiant

16h30 à 18h00

Grandes écoles et universités : comment progresser et se réinventer ?

Laurent Batsch, Président de l’Université Paris-Dauphine

Julie Coudry, Fondatrice de la MANU

Pierre Tapie, Directeur général du Groupe Essec

18h30 à 20h00

De l’École à l’Université : comment réinventer l’ascenseur social ?

Marcel Crahay, Université de Genève, auteur de « Peut-on lutter contre l’échec scolaire ? »

Nicolas Delesque, Secrétaire général de l’Association de la Fondation Étudiante pour la Ville (AFEV)

Gérard Willeme, Proviseur du Lycée Paul Eluard à Saint Denis

 

Si vous souhaitez vous y inscrire, cliquez sur ce lien.

Vous pouvez ainsi retourner le coupon-réponse à :

Cité de la Réussite - 13 rue de Grenelle - 75007 Paris

Ou par mail à inscription5@chk.fr

 

Pour tout renseignement complémentaire : 01.45.44.24.75 / inscription5@chk.fr

 

Lieu des débats :

Université de La Sorbonne

45, rue des Ecoles Paris 5e

17, rue de la Sorbonne Paris 5e

 

Métro/RER B : Cluny-La Sorbonne

Bus : 24, 47, 63, 86, 87

Parkings publics : Parking Soufflot ou Ecole de Médecine

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 18:59

Colloque international

 

De la Mer du Nord à la Méditerranée, les services de transport maritime et ses acteurs au cours de la période moderne

 

Université de Bretagne Occidentale – Brest

14 – 15 octobre 2010

 

Coordination : Pierrick Pourchasse (Université de Brest – CRBC), Werner Scheltjens (ENS Lyon – Université de Groningen)

 

Appel à communication

 

L’armement maritime est reconnu pour avoir été un moteur de la croissance économique en Europe occidentale et une force majeure dans le premier mouvement de globalisation qui se développe au cours de la période moderne. Une large historiographie s’est intéressée aux circuits commerciaux, aux produits d’importation et d’exportation, aux réseaux négociants et à l’incidence de ces facteurs sur le développement économique des États impliqués dans les activités maritimes. Par contre, alors que le développement des trafics a été largement étudié, le fonctionnement de l’armement lui-même l’a beaucoup moins été. De très nombreux aspects de la structure opérationnelle des transports restent encore à découvrir. La conception traditionnelle d’une organisation très flexible des routes maritimes, selon les opportunités les plus profitables aux navires, ne fonctionne pas toujours à l’exemple de l’activité la flotte hollandaise dans le golfe de Finlande au XVIIIe siècle. De plus, les trajectoires des individus impliqués dans l’organisation des activités d’armement et de transport sont essentielles pour comprendre la structure et l’évolution de systèmes mis en place. De nombreux champs de recherche restent à défricher pour obtenir une image plus précise du fonctionnement de l’armement maritime au cours de la période moderne.

 

Ce colloque donnera l’opportunité de collecter la connaissance existante sur le sujet et de discuter sur un certain nombre de thèmes se rapportant à la structure opérationnelle de l’armement maritime au cours de la période moderne. Quelques champs de recherche peuvent être envisagés :

 

1) L’analyse comparative du fonctionnement de l’armement maritime en Europe au cours de la période moderne. Est-ce que les pratiques sont les mêmes entre les diverses zones d’armement maritime ? Quelles en sont les caractéristiques ? Est-ce qu’une évolution peut-être constatée ? Quel est le rôle joué par les ports d’attache et les ports de commandement dans l’adaptation des armements aux particularités locales ? Est-ce que les moyens techniques différent selon les systèmes mis en place ?

 

2) L’organisation des trafics. Comment s’organisent les relations complexes entre commissionnaires, commettants, armateurs, capitaines ? Est ce que cette relation a des conséquences sur l’organisation spatiale des trafics ? Comment les acteurs collectent et gèrent l’information, élément essentiel pour une bonne profitabilité des trafics ?

 

3) Les régions prestataires de services. Quelques régions européennes développent d’intenses activités maritimes alors que d’autres ne le font pas. Quelles logiques spatiales et quels facteurs expliquent ce choix ?

Comment expliquer la polarisation qu’exercent certains ports ? Comment se structure l’espace autour de ces pôles d’activité ? De nombreux sujets peuvent être liés à ce thème : coûts de transport, relations avec la construction navale, dynamique du marché du travail…

 

Les propositions de communication sont à envoyer, avant le 7 mai 2010, par courrier électronique à Werner Scheltjens (Werner.Scheltjens@ens-lsh.fr) ou Pierrick Pourchasse (pierrick.pourchasse@univ-brest.fr). Rédigées en français ou en anglais, elles comporteront un titre et un résumé d’une quinzaine de lignes et devront être accompagnées de renseignements sur l’auteur (titre, fonction, établissement d’exercice, e-mail, n° de téléphone et adresse professionnelle). Une réponse sera donnée par le comité exécutif après avis du Conseil scientifique pour le 21 mai 2010. Les langues de communication du colloque seront le français et l’anglais. Les frais de  transport et de logement seront pris en charge par les organisateurs.

 

Comité scientifique

 

Silvia Marzagalli, Professeur, Université de Nice

Pierrick Pourchasse, Maître de conférences, Université de Bretagne Occidentale, Brest

Werner Scheltjens, post-doctorant, Ecole Normale Supérieure de Lyon

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Appels à comm.
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 22:12

DATE LIMITE : 30 AVRIL 2010

 

Dans le cadre du Cinquantenaire des indépendances africaines, le Secteur des sciences sociales et humaines de l’UNESCO (SHS) lance un « Appel à idées » autour de propositions prospectives favorisant le développement de l’Afrique dans les 10 ans à venir.

Parmi les propositions, qui devront être soumises avant le vendredi 30 avril 2010 à minuit (heure de Paris), 10 idées seront sélectionnées par un jury international et seront présentées par leur auteur(e) lors de 10 mini-conférences qui se tiendront au Siège de l’UNESCO, au mois de juin 2010.

Ces 10 contributions à la réflexion sur le devenir de l’Afrique seront également publiées sous la forme d’un numéro spécial du magazine SHSregards.

Chaque proposition devra développer 1 idée qui permettrait d’amplifier les effets positifs et de réduire, ou de contenir, les impacts négatifs des principales tendances observées en Afrique dans 1 des 10 domaines suivants :

 

Thème 1 :Economie et développement (environnement, sécurité alimentaire, nouvelles technologies de l’information et de la communication…)

Thème 2 : Gouvernance, politique, institutions, leadership

Thème 3 :Intégration régionale, population, migrations, urbanisation

Thème 4 : Identités culturelles (langues, religions…)

Thème 5 : Jeunesse

Thème 6 : Droits humains, genre et justice

Thème 7 : Diaspora

Thème 8 : Paix, sécurité et conflit

Thème 9 : Santé, éducation et développement social

Thème 10 : Relations internationales

 

Chaque proposition devra notamment détailler ce qui pourrait constituer « l’agent de changement » porteur de l’amplification des effets positifs d’une ou de plusieurs tendances avérées dans le domaine concerné et qui serait à même de mettre en œuvre l’idée soutenue.

Sur le plan formel, le (la) contributeur (trice) s’en tiendra à 1 seule idée dans 1 seul domaine en précisant clairement lequel.

Les textes, qui peuvent être rédigés en anglais, en espagnol ou en français, compteront un maximum de 4 pages de 1500 signes (caractères espaces compris) et ne pourront donc excéder 6000 signes au total (920 mots).

Chaque contribution reçue devra, par ailleurs, être accompagnée d’un Curriculum Vitae du (de la) contributeur (trice) qui n’excèdera pas 1 page de 1500 signes, ainsi que d’une photographie d’identité au format requis pour l’établissement de documents officiels du type passeport (scannée à + de 300 DPI si transmise par courrier électronique).

Au cas où un collectif d’auteur(e)s souhaiterait répondre à cet appel, il conviendra de résumer les Curriculum Vitae de chaque membre du collectif dans 1 page de 1500 signes maximum en commençant par celui du (de la) représentant(e) du collectif qui serait invité (e) à présenter l’idée soutenue au Siège de l’UNESCO, à Paris (France),si la contribution était sélectionnée. Une photographie d’identité de chaque membre du collectif sera également jointe selon les modalités mentionnées ci-dessus.

Les personnes ou collectifs désirant participer au concours « 10 idées pour l’Afrique de demain » sont invité(e)s à transmettre leur contribution, par courrier électronique ou postal, avant le vendredi 30 avril 2010 à minuit (heure de Paris), à l’adresse suivante :

 

UNESCO-SHS

Concours « 10 idées pour l’Afrique de demain »

1 rue Miollis

75732 Paris cedex 15 - France

Courriel : shs@unesco.org

 

Pour plus de précisions sur ce concours, merci de contacter :

M. Arnaud DROUET, a.drouet@unesco.org, tél. : +33 1 45 68 38 24

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Actu de gestion
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 22:12

Henri IV 2010

La Paix assassinée Le Panache retrouvé

Dans le cadre du quatrième centenaire de l’assassinat d’Henri IV, commémoration nationale sous le haut patronage

de Monsieur le Président de la République,

Madame Louise BLAIS, Directrice du Centre culturel canadien

vous prie d’assister à la conférence de

Monsieur Eric THIERRY

Henri IV et les débuts de la Nouvelle-France

LE JEUDI 8 AVRIL 2010 A 18H30 PRECISES

 

Centre culturel canadien 5 rue de Constantine, 75007 Paris, Métro Invalides

La conférence est placée sous la coprésidence effective de S.A.R le Prince Jean d’Orléans, de M. Jacques Perot, Président de la société Henri IV

et de M. Joël Broquet, président du Carrefour des acteurs sociaux.

A l’issue de la conférence un rafraîchissement sera offert par l’association Gens de France et M. Eric Thierry dédicacera son livre La France de Henri IV en Amérique du Nord. De la création de l’Acadie à la fondation de Québec paru aux éditions Honoré Champion, Paris.

 

Places limitées, inscription préalable obligatoire auprès des associations invitantes suivantes :

Gens de France secretariat@gensdefrance.com site : www.gensdefrance.com

Société Henri IV henri-iv.2010@orange.fr site : www.societe-henri-iv.eu

Carrefour des Acteurs Sociaux dircas@cas-france.org

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Colloques
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 22:12

 

Dispositif phare de politique régionale de recherche mis en place en 2005 par la Région Île-de-France, les domaines d’intérêt majeur (DIM) visent à fédérer des réseaux de laboratoires situés en Île-de-France, agissant sur des domaines labellisés ciblés.

A ce jour, 14 DIM ont été créés.

- Agrosciences, territoires, écologie, alimentation (Astrea).

- Cancérologie (Canceropole)

- Neurosciences et maladies neurodégénératives (Nerf)

- Maladies cardiovasculaires, diabète et obesité (Coddim)

- Maladies infectieuses, parasitaires et nosocomiales émergentes (Malinf)

- Médecine cellulaire et cellules souches (Stempole)

- Santé, environnement, toxicologie (SEnT)

- Atomes ultra-froids (Ifraf)

- Logiciels et systèmes complexes (Digiteo)

- Optique, microélectronique, nanosciences (C'nano)

- Problématiques transversales aux systèmes complexes (ISC)

- Développement soutenable (R2DS)

- Problématiques du genre (Institut Emile du Chatelet)

- Sciences économiques (PSE - Ecole d’Economie de Paris)

 

Vous trouverez de plus amples informations sur les DIM sur le site internet de la Région Île-de-France http://www.iledefrance.fr/recherche-innovation

L’Ecole d’Economie de Paris a été désignée comme coordonateur du réseau francilien de recherche en sciences économiques et a défini les axes de recherche prioritaires suivants :

 

-

 

Economie publique, économie des inégalités, économie sociale

-

 

Économie du travail

-

 

Macroéconomie internationale, économie du développement

-

 

Economie théorique, structures de marchés et économie des organisations

-

 

Economie de la santé

 

De plus, partant du constat que certains domaines porteurs de la recherche en économie se situent aux interfaces entre l’économie et d’autres sciences de la société (droit, populations et démographie, sociologie des grandes enquêtes) et sont soutenus par une demande sociale croissante, le réseau francilien des chercheurs en sciences économiques, porté par l’Ecole d’Economie de Paris, s’est fixé comme objectif le développement de nouveaux programmes d’interface dont les deux premiers portent sur les thématiques « Politiques Publiques et Développement » et « Sociologie et statistiques ».

Pour mener à bien ce programme scientifique, l’Ecole d’Economie de Paris publie des appels à projet annuels et reçoit et traite les demandes d’allocations doctorales, allocations postdoctorales et manifestations scientifiques financées par la Région Ile-de-France.

 

Allocations post-doctorales

 

1.1 Critères d’éligibilité du projet

-

 

Le projet est déposé par le laboratoire d’accueil.

-

 

Le laboratoire d’accueil doit être localisé en Ile-de-France et ne peut pas être celui dans lequel le candidat a effectué son doctorat.

-

 

Le projet proposé ne doit pas avoir été financé par la Région dans le cadre du soutien aux projets collaboratifs d’un pôle de compétitivité.

-

 

Le délai entre la soutenance de thèse et le début de l'allocation postdoctorale ne pourra excéder 5 ans, à l'exception des candidat-e-s justifiant d'un post-doctorat à l'étranger d'au moins 2 ans. Dans ce cas, le délai maximum entre la soutenance de la thèse et le postdoctorat pourra être porté à 7 ans.

 

1.2 Critères d’éligibilité du candidat

-

 

Le candidat devra être titulaire d’un doctorat ou d’un PhD avant le 1er janvier 2011.

-

 

Le candidat doit avoir obtenu son diplôme depuis moins de 5 ans.

-

 

Le candidat ne doit pas avoir reçu précédemment une allocation post-doctorale de la Région.

 

1.3 Composition du dossier de candidature

Le laboratoire d’accueil doit soumettre un dossier de candidature composé de :

-

 

une lettre de motivation du candidat

-

 

un projet de recherche (10 pages), indiquant de quelle manière les recherches du candidat s’inscriront dans les thématiques du laboratoire d’accueil

-

 

un Curriculum Vitae du candidat

-

 

une lettre de soutien de son laboratoire d’accueil

-

 

outre la lettre de soutien du laboratoire d’accueil, deux lettres de recommandation doivent être envoyées directement sur postdoc.idf@parisschoolofeconomics.eu avec en objet le nom du candidat.

 

1.4 Procédure de sélection

La sélection sera effectuée sur dossier par les membres du jury. Ce jury, composé de membres représentant la communauté scientifique Francilienne dans le domaine des sciences économiques quantitatives, est désigné par le Conseil Scientifique du DIM Sciences Economiques.

La décision du jury sera rendu publique à la fin du mois d’avril 2010.

 

1.5 Critères de sélection des candidats

Les projets soumis seront expertisés et jugés à l’aune des critères suivants :

-

 

Excellence scientifique du projet de recherche

-

 

Insertion du projet de recherche au sein du laboratoire d’accueil.

Tout dossier incomplet sera automatiquement écarté.

 

1.6 Modalités de financement

-

 

Les allocations post-doctorales sont financées à 100% par la Région sur la base de 4150 euros par mois pour une durée de 12 mois soit 49 800 euros pour un post-doctorant. La totalité des financements de la Région devront être utilisés et exclusivement consacrés à la rémunération de l’allocataire. Le salaire net mensuel minimum sera de 2100 euros.

-

 

Le candidat pourra effectuer, dans le cadre de ses obligations, des enseignements pour une durée maximale de 48 heures par année académique.

-

 

Les allocations post - doctorales ne sont pas cumulables avec un autre mode de financement.

-

 

Le candidat devra débuter son projet de recherche post - doctorale au plus tard le 1er janvier 2011.

-

 

Des rapports d’étape seront à produire tout au long de la période subventionnée. En fin de contrat un rapport d’avancement du projet sera fourni à la Région Ile-de-France via l’Ecole d’Economie de Paris.

-

 

Le cas échéant, une présentation publique pourra être demandée à l’allocataire.

 

1.7 Modalités de dépôt des candidatures

Les dossiers et toute demande d’aide ou information doivent être envoyés par courrier électronique à l’adresse suivante : postdoc.idf@parisschoolofeconomics.eu et par courrier postal à l’adresse suivante : Ecole d’Economie de Paris – 48 Boulevard Jourdan, 75014 Paris.

Ils devront comporter en objet la référence: PO2010IDF + Nom du candidat

La date limite de dépôt d’une candidature au présent appel à projets, cachet de la poste faisant foi, est fixée au

 

 

16 avril 2010.

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 20:12

A quelques heures du début de l’examen du projet de loi portant réforme du crédit à la consommation à l’Assemblée nationale, Christine LAGARDE, ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi,  a rappelé les principales avancées de la réforme :

 

Protéger les consommateurs en supprimant les points noirs du crédit à la consommation

 

  • mettre fin aux publicités trop agressives : le projet de loi encadre la publicité
  • mettre fin aux crédits qui ne se remboursent jamais : le projet de loi impose un amortissement minimum du capital dans chaque mensualité sur un crédit renouvelable
  • mettre fin au « tout renouvelable » dans les magasins : le projet de loi prévoit que pour les achats importants, les magasins auront l’obligation d’offrir aux consommateurs le choix entre du crédit amortissable ou du crédit renouvelable
  • mettre fin aux crédits sans garde-fous : le projet de loi oblige les banques à vérifier la solvabilité des emprunteurs, à consulter le fichier FICP des incidents de remboursement et à réaliser un point budget avec le consommateur à l’entrée en crédit sur ses revenus et son niveau d’endettement.

Le projet de loi responsabilise également les cartes de fidélité. Elles devront obligatoirement comprendre une fonction paiement au comptant qui sera activée en priorité. Le consommateur ne pourra plus entrer en crédit malgré lui comme aujourd’hui. L’entrée en crédit ne sera plus possible sans l’accord explicite du consommateur au moment du paiement.

 

Accompagner les personnes qui connaissent des difficultés d’endettement

  • les regroupements de crédits peuvent aider les consommateurs à résoudre des difficultés d’endettement à la condition qu’ils soient responsables : le projet de loi encadre les rachats de crédits. Il prévoit que la banque qui regroupe des crédits a l’obligation de proposer au consommateur d’effectuer pour son compte toutes les démarches pour fermer les crédits renouvelables regroupés.
  • continuité des services bancaires pour les personnes surendettées : des normes professionnelles obligeront les banques à maintenir les services bancaires en cas de dépôt d’un dossier de surendettement. Les banques auront l’obligation de proposer des services adaptés à la situation de ces personnes.
  • accompagner les personnes surendettées : le projet de loi prévoit la suspension des procédures de saisie/exécution dès la recevabilité d’un dossier de surendettement.
  • raccourcir la durée des procédures de surendettement : le projet de loi prévoit de diviser par trois la durée de 95% des procédures de rétablissement personnel.
  • faciliter le rebond des personnes qui ont connu des difficultés d’endettement : le projet de loi prévoit de réduire de 10 à 5 ans les durées d’inscription au fichier FICP des incidents de remboursement sur les crédits des particuliers.

L’ensemble des mesures du projet de loi sont détaillées dans le dossier consultable ici.
Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 20:10

A l’occasion de leurs récentes Assises nationales à Besançon, les Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (les EDC), réunis en assemblée générale, ont porté Robert Leblanc à la présidence nationale de leur mouvement, à compter du 22 mars 2010. Il succède à Pierre Deschamps, arrivé en fin de mandat.

Attaché au développement du mouvement dans la fidélité à sa nature et à sa vocation, Robert Leblanc se mettra à son service et poursuivra le travail de Pierre Deschamps pour témoigner publiquement des réflexions et travaux qui y sont menés et porter parfois une parole spécifique dans le débat public, le meilleur témoignage restant l’action au quotidien de chacun des membres.

Entré aux EDC en 1998 dans la section Paris-Assomption, Robert Leblanc en a été président de 1999 à 2001. Il a animé un groupe de travail sur les licenciements collectifs qui a donné lieu à une publication dans la collection « Les EDC s’engagent » en 2003 et l’a conduit à rejoindre la commission « Repères ». A la demande du président de l’époque, Pierre Lecocq, il a créé en 2004 la commission « Sources bibliques et théologiques » et il est devenu membre, à ce titre, du Bureau national.

Robert Leblanc est né le 15 mars 1957 à Casablanca. Avec son épouse Catherine Le Dily, secrétaire général d’une structure d’investissement en Afrique, ils ont cinq enfants. Ancien élève de l’École Polytechnique (X 76) et docteur en stratégie des organisations, il a commencé son parcours professionnel chez Arthur Andersen, devenu Accenture, et à la Bourse de Paris. Depuis 1990, il exerce des fonctions de direction générale, chez Meeschaert Rousselle, société de bourse filiale du groupe Axa, puis chez Uni Europe, société d’assurance du groupe Axa, puis chez Siaci, société de courtage d’assurance indépendante, maintenant chez Aon, leader mondial du courtage d’assurance et de réassurance, en qualité de président-directeur général d’Aon France.

Robert Leblanc a été élu président de la Fédération des Courtiers d’Assurances en 2005 et il est devenu co-président fondateur de la Chambre Syndicale des Courtiers d’Assurances en 2006. Il préside depuis 2008 le comité Éthique du Medef.

 

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif