Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 04:56

La Société Française d’Histoire Urbaine (SFHU) ouvre, au titre de l'année 2013, un concours de thèses qui s'adresse aux jeunes docteurs en histoire urbaine. Par cette initiative, la SFHU vise à encourager de jeunes chercheurs et à favoriser la plus large diffusion possible de leurs travaux.


1. Objet du concours

Le lauréat du concours sera récompensé par une somme de 2000 euros.


2. Conditions de participation

Le prix est ouvert aux docteurs ayant soutenu une thèse d’histoire urbaine rédigée en français durant l'année 2012. Les thèses d’habilitation à diri­ger des recherches et les thèses de l’École nationale des chartes ne seront pas retenues.

Sont recevables toutes les thèses qui abordent le fait urbain dans son historicité, quels que soient la période, l’espace et la discipline académique (histoire, droit, urbanisme, architecture, histoire de l'art...) concernés.


3. Constitution du dossier de candidature

Pour s’inscrire, le docteur doit faire acte de candidature en envoyant à la SFHU (voir ci-dessous), un dossier dématérialisé qui comprendra les éléments suivants :

– le formulaire de candidature (ci-dessous, à télécharger sur le site ou copier) dûment rempli (en version électronique) ;

– un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes (en version électronique) ;

– un curriculum vitae (en version électronique) ;

– une version électronique de la thèse au format pdf (volume maximum par fichier 10 Mo).


4. Procédure d’attribution du prix

Le jury sera composé des membres du bureau de la SFHU. Il examinera l’ensemble des thèses recevables et pourra s’adjoindre des experts extérieurs, français et étrangers.


5. Calendrier

Les candidatures seront enregistrées jusqu'au 31 mars 2013 minuit, délai de rigueur (par voie électronique, à l'adresse Jean-Pierre.Guilhembet@wanadoo.fr).

Les résultats seront proclamés en novembre 2013 au plus tard et le prix remis lors de l’AG annuelle et de la journée d’étude de la SFHU en janvier 2014.


6
. Prix de thèse SFHU 2013 - Fiche de candidature

(merci d’enregistrer votre nom dans le titre du fichier avant transmission)


NOM :

Prénom :

Adresse :

Téléphone :

E-mail :

Situation professionnelle :

---------------------------------------------------------------------------------------------

Intitulé de la thèse :

Date de soutenance :

(rappel : la thèse doit avoir été soutenue durant l’année 2012)

Université ou établissement de rattachement :

Nom du directeur de recherche :

Membres du jury de soutenance :

--------------------------------------------------------------------------------------------

Pièces à joindre :

- un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes, espaces compris (en version électronique) ;

- un curriculum vitae (en version électronique) ;

- une version électronique de la thèse (fichier(s) pdf, volume maximum de 10 Mo).

Formulaire et pièces demandées à envoyer, avant le 31 mars 2013 minuit, délai de rigueur, à : Jean-Pierre.Guilhembet@wanadoo.fr

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 04:25

Université d’Evry Val-d’Essonne / Bâtiment SHS
2 rue du Facteur Cheval / Amphi 1

Le jeudi 14 février 2013 de 14h15 à 18h00

Conférence et débats : Amour, désamours et médiation

Philippe NASZÁLYI, Professeur à l’Université d’Evry-Val-d’Essonne
« La médiation à l’université d’Evry : une rencontre féconde ». 

Stephen BENSIMON, Philosophe, médiateur AME, Directeur.de l’Ifomene
«Genèse de la médiation : les liaisons dangereuses de la justice et de l’amour »

Catherine EMMANUEL, médiatrice entreprise / famille à Ecoute & Médiation
« La médiation humaniste : aimez-vous les uns les autres ? »

Hirbod DEHGHANI-AZAR & Abraham ZEINI, avocats & médiateurs AME
« L’avocat et la médiation : entre développement durable et ruptures brutales »

Avec comme invitées :

Gabrielle PLANÈS, médiateure généraliste, Présidente de l'ANM
« Médiation et conflits de proximité : plus facile d’aimer son prochain  que son voisin »

Isabelle AOUSTIN-HERCÉ, médiateure en entreprise auprès du CMAP
« La médiation et les conflits dans l’entreprise » 

Shabname MONNOT, avocate, médiateure HALDE
« La médiation et le handicap : je suis Homme : rien de ce qui est humain ne m’est étranger. Térence, devise de l’ifomene » 

Inès SAID-ALOUANI, étudiante diplômée de l’UEVE en 2e année de médiateur à l’Ifomene
« C’est l’esprit qui cherche, et c’est le cœur qui trouve » George Sand

IFOMENE La Maison des Humanités
http://www.univ-evry.fr/fr/index.html

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Conférences
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 11:34

La Revue Internationale d’Intelligence Economique (R2IE), éditée par Lavoisier, a le plaisir de vous transmettre son dernier appel à communication sur le thème « Systèmes d'aide à la décision et Big Data ». 
L'appel vise à recenser les derniers développements en sciences humaines (droit, économie, gestion, etc.) relatifs à l'impact du Big Data sur le management stratégique des organisations et la protection des données personnelles. Il s'inscrit dans le cadre d'un programme de recherche transversal et indépendant visant à établir un dialogue fertile entre le monde de la recherche et celui des décideurs ou experts confrontés à cette problématique sur le terrain. 
Vous trouverez sur
www.revue-r2ie.com la version complète de l’appel à communication. La date limite de dépôt des intentions de contribution sous forme d'abstract détaillé est fixée au 15 mars 2013. 
N’hésitez pas à diffuser ce document auprès des chercheurs de votre organisme ou département de recherche. L'ensemble des informations complémentaires sont disponibles sur le site web de la revue
www.revue-r2ie.com. 

Romain Zerbib 
Secrétaire Général Adjoint de la R2IE 
redaction.r2ie@gmail.com

http://www.veillemag.com/photo/art/default/4900153-7311292.jpg?v=1352383393

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Appels à comm.
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 15:15

Les 20, 21 & 22 mars 2013, l'EUM Clermont Ferrand (ex IAE Clermont-Ferrand) organise les Olympiades nationales de Gestion.

Durant trois jours, plus de 100 étudiants des établissements de l’enseignement supérieur membres du réseau des IAE mettent à l’épreuve leurs connaissances et leurs compétences en sciences de gestion à travers une compétition unique en France : les Olympiades de gestion.
Il s’agit d’un concours national au cours duquel une compétition de simulation de gestion d’entreprises oppose les équipes inscrites.
Ces trois jours studieux sont également l’occasion de développer les relations entre les IAE tout en mettant l’accent sur la découverte culturelle dans l’université d’accueil : visites d’entreprises ou de sites touristiques, organisation de conférences avec des chefs d’entreprise locaux …
Bulletin d'inscription, téléchargeable à l’adresse ci-dessous, pour les étudiants :

http://management.u-clermont1.fr/actualites/les-20-21-22-mars-20113-l-eum-organise-les-olympiades-nationales-de-gestion.html

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 08:11

4e Conférence Internationale sur l’Environnement Institutionnel et Technologique de la Microfinance

ITEM 4

Inclusion financière : Leçons croisées entre le Sud et le Nord

Le Comptoir Général, 80 quai de Jemmapes, 75010 Paris, France
11-12 avril 2013

  

La 4ème Conférence Internationale sur l’Environnement Institutionnel et Technologique de la Microfinance (ITEM4) sera organisée par la Chaire Banque Populaire en Microfinance du Groupe ESC Dijon Bourgogne les 11 et 12 avril 2013 à Paris, France.

La conférence réunira des participants professionnels et issus du monde académique, qui travaillent sur l’inclusion financière dans les pays développés et en voie de développement. Les participants tenteront d’identifier quelles leçons le Nord peut tirer du Sud et inversement. D’autres thèmes relatifs à la microfinance seront discutés en parallèle et en sessions plénières.

La conférence acceptera des contributions en cours de processus de publication dans les revues partenaires de l’événement ITEM 4 aussi bien que dans d’autres revues. Les conférenciers recevront une notification si leurs travaux peuvent faire l’objet d’une publication dans un des journaux indiqués ci-dessous.

Des sessions parallèles se tiendront en anglais et en français.

 

KEYNOTE SPEAKER:

Dr. Jean-Michel Servet, Professeur d’études du développement à l’Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement (IHEID) à Genève.


SOUMISSION ET REVUE DES CONTRIBUTIONS:

La date limite de soumission des contributions a été étendue au 15 février 2013. Les communications seront reviewées anonymement et les auteurs recevront une notification de décision au plus tôt. Les contributions devront être envoyées à microfinancechair@escdijon.eu. Nous invitons également tous les volontaires à devenir discutants et présidents de session.

 

SUJETS RECOMMANDÉS

Voici des exemples, non limités, de sujets traités durant les sessions :

Gestion des coûts en Microfinance

·         Coûts de transaction en microfinance

·         Coûts sociaux de la microfinance

·         Gestion des coûts opérationnels en microfinance

·         Gestion des coûts stratégiques en microfinance

·         Innovation et gestion des coûts en microfinance

·         L’utilisation de la technologie pour réduire les coûts de la microfinance

o       MIS (SaaS , cloud computing)

o       Financement en ligne

o       Mobile banking            

Management de la performance en Microfinance

·         Performance économique et besoin de soutenabilité financière (indépendance vis-à-vis des donateurs)

·         Performance sociale des Institutions de Microfinance

·         Difficultés des mesures de la double bottom line pour la  microfinance

·         Conceptualisations en performance totale ou performance globale pour la microfinance

·         Co-création et besoin d’alliances pour améliorer la performance de la microfinance

Microfinance entre État et Marché

·         Impact des politiques publiques sur le développement de la microfinance

·         Outils publics d’inclusion financière

·         Impact des initiatives privées sur le développement de la microfinance

·         Outils privés d’inclusion financière

·         Question de la réglementation des acteurs de la microfinance

o       Réglementation spéciale contre absence de règlementation dans le secteur de la microfinance

o       Réglementation spéciale  du secteur de l’économie sociale et solidaire

o       Impacts de la règlementation

·         Microfinance: cœur de la mission sociale des acteurs économiques

·         Approches “Welfaristes” et institutionnelles de la microfinance

Microfinance comme outil de réduction des inégalités

·         Emancipation des femmes grâce à la microfinance

·         Développement du Social Business

·         Microcrédit professionnel contre microcrédit personnel

·         La microfinance peut-elle demeurer un outil social malgré ses dérives capitalistes?

·         La microfinance comme outil de cohésion sociale

·         L’année internationale des Nations Unies pour la Coopération en matière d’eau

 

Numéros spéciaux :

Cinq revues (trois anglophones et deux francophones) ont planifié des numéros spéciaux consacrés à la conférence ITEM 4 : la revue Cost Management (avec Arvind Ashta, titulaire de la Chaire Banque Populaire Chair en Microfinance du Groupe ESC Dijon Bourgogne, comme éditeur invité), la revue Strategic Change, la revue International Journal of Technology and Human Interactions, La Revue des Sciences de Gestion (LaRSG) (avec Laurence Attuel-Mendès, comme éditrice invitée) et la revue EurOrient (avec Djamchid Assadi comme éditeur invité). Lors de l’envoi de vos communications, merci d’indiquer à quel journal vous destinez vos travaux pour une éventuelle publication.

 

Davantage d’informations concernant la conférence sont disponibles sur : http://item4.weebly.com/

 

Comité académique

Dr. Azizah ABDULLAH, Lecturer, Universiti Teknologi Mara, Malaysia

Dr. Arvind ASHTA, Professor (Finance), Holder of the Banque Populaire Chair in Microfinance, Burgundy School of Business, France

Dr. Djamchid ASSADI, Professor (Marketing and New Media), Burgundy School of Business, France

Dr. Laurence ATTUEL-MENDES, Professor (Law), Burgundy School of Business, France

Dr. Charles VINCENT, Professor and Principal Research, CENTRUM Catòlica Graduate School of Business, PUCP, Peru

Dr. Mawuli COUCHORO, Faculty of Economics and Management, Université de Lomé, Togo

Prof. Louis DE KOKER, Chair of Law, Deakin University, Australia

Prof. Karl DAYSON, Deputy Head of Humanities, Languages and Social Sciences School, University of Salford, UK

Dr. Glòria Estapé DUBREUIL, Professor, Universitat Autònoma de Barcelona, Spain

Dr-HDR Pascal Glémain, ESSCA CeRESS and CIAPHS Rennes 2 Ueb, France

Dr. V. GOPAL, Dean (Academics) and Professor of finance, IMT Nagpur, India

Dr. Abdelillah HAMDOUCH, Professor, Polytechnic School - University François Rabelais of Tours, France

Dr. Samanthala HETTIHEWA, University of Ballarat, Australia

Dr. Marek HUDON, Professor (Microfinance), Université Libre de Bruxelles, Director CERMi, Belgium

Dr. Fredj JAWADI, Professor (Economics), University of Evry, France

Dr. Frank LENTZ, Researcher (IT), Burgundy School of Business, France

M. Onafowokan OLUYOMBO, Coordinator, Banking and Finance, Redeemer's University, Nigeria

Dr. Philipp OTTO, Researcher, European University Viadrina, Germany

Dr. Yvon PESQUEUX, CNAM, LIPSOR, France

Dr. Pritam SINGH, Director, Postgraduate Programme in International Management and International Relations, Oxford Brookes University, UK

Dr. Dimitri UZUNIDIS, Université of Greece, Université Littoral, France and University of Seattle, USA

Dr. Chris WRIGHT, Business School, Faculty of the Professions, University of Adelaide, Australia

 

Comité professionnel

Dr. Mostaq AHMMED, Managing Director, Green Housing and Energy ltd., Bangladesh

M. Mikhail CHERKAS, Director, Business Development CIS, Central and Eastern Asia, Microfinance Strategy sarl, Switzerland

M. Puspadhar DAS, Head of IT division, Asomi Finance Pvt Ltd, India

M. Ryan EDWARDS, Adviser, Australian Public Service, Australia

M. Saleh KHAN, Manager, advisory services, MF sector, PWC, Luxembourg

Ms. Maria Jesus MARIÑO GOMEZ, Microfinance Consultant, Spain 

Dr. Nzilu MUSYOKI, Director Marketing, Brand Kenya Board, Kenya

Ms. Marianne NOWAK, Consultant: Transaction Advisory Services - Financial Services, New York, USA

M. Krishna NYAPATI, Managing Director, Microsense Software Pvt Ltd, India

M. Paul SHARMAN, Editor in Chief, Cost Management, Canada

Ms. Isabelle ZIGLIARA, Partnership and sponsorphip, Fédération Nationale des Banques Populaires, France

 

Comité d’organisation de la conférence au Groupe ESC Dijon Bourgogne

Dr. Stéphan BOURCIEU, Professeur (Stratégie), Directeur Général (Président du comité)

Mrs. Marie-José ALBERT-BATT, Directeur des Relations Internationales

Mrs. Isabelle DEMAY, Directeur Entreprises et Carrières

Mrs. Christine MARTIN, Directeur de la Communication

Dr. Sophie REBOUD, Professeur (Innovation) et Directeur de la Recherche

Dr. Arvind ASHTA, Professeur (Finance), Titulaire de la Chaire en Microfinance

Dr. Djamchid ASSADI, Professeur (Marketing et nouveaux média)

Dr. Laurence ATTUEL-MENDES, Professeur (Droit)

M. Vitalie BUMACOV, Chercheur associé

M. Hayyan ALIA, Chercheur assistant

M.Yves LEGRAND, Webmaster

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Appels à comm.
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 06:08

AFEPC (ASSOCIATION FRANÇAISE D’ECONOMIE POLITIQUE)

Contact : Bernard Chavance chavance@ehess.fr

"Nous, économistes de l’AFEP, mais aussi sociologues, historiens, juristes, spécialistes des sciences de gestion, et des sciences politiques réclamons la création d’une nouvelle section d’économie.

Où va notre système économique ? Où vont nos sociétés qui subissent si violemment les soubresauts de la crise ? Comment en est-t-on arrivé là ? Comment réagir ?

Les signataires de ce texte considèrent que la situation actuelle ne révèle pas seulement une crise de l’économie, mais également une crise intellectuelle profonde, celle de la pensée économique. Les causes de cette crise sont nombreuses, et les solutions à y apporter se situent entre autres dans l’inventivité théorique et pratique. Mais nous souhaitons pointer ici une cause institutionnelle qui bloque cette inventivité, et à laquelle une réponse politique, simple et rapide, pourrait être apportée. Une solution qui redonnerait immédiatement du souffle à la réflexion sur les affaires économiques et sociales de notre temps.

La production de la science n’est en effet pas qu’affaire de pensées individuelles éthérées. Elle s’inscrit toujours dans un cadre institutionnel. En science économique, ce cadre a failli : il faut le changer. C’est ce que s’emploie à faire depuis maintenant plus de deux ans l’Association française d’économie politique (AFEP) qui plaide pour le pluralisme des idées, des méthodes et des objets au sein de sciences économiques qu’elle souhaiterait voir replacées dans le cadre général des sciences sociales.

Le constat de l’AFEP, regroupant aujourd’hui plus de 500 adhérents, est simple : la pensée économique s’est progressivement nécrosée au fur et à mesure qu’elle s’écartait de sa posture originale de « science sociale » pour se calquer artificiellement sur les pratiques, les modalités d’organisation et de formalisation, et sur les critères de scientificité supposés être ceux des « sciences normales » fondées sur l’existence de régularités naturelles. Cette dérive, profonde, est allée trop loin pour espérer que la simple bonne volonté de quelques-uns (il n’en manque sans doute pas) suffise pour parcourir le chemin inverse.

La réalité du paysage scientifique des économistes aujourd’hui, en France, mais aussi au niveau international, est celle d’un rétrécissement considérable des méthodes et des concepts tolérés par la communauté scientifique comme « véritablement scientifiques ». Les cadres du milieu universitaire (les « professeurs des universités »), qui encadrent des thèses, président des jurys, dirigent des masters ou des laboratoires, appartiennent presque tous aujourd’hui à un mainstream fondé sur un mixte constitué de méthodes mathématiques (assorties fréquemment d’une validation économétrique) et de la conceptualisation abstraite d’un homo œconomicus maximisateur ayant vocation, a priori, à expliquer toutes les interactions sociales.

Faute d’une réforme institutionnelle, à horizon d’une dizaine d’années, la profession des économistes en France ne produira plus aucun économiste s’inspirant de la solide et longue tradition de l’économie politique (classique, marxiste, keynésienne, institutionnaliste, hayékienne, walrassienne, etc.). Déjà aujourd’hui, la voix de l’économie politique peine à se faire entendre dans un débat public saturé de références au seul mainstream. L’appauvrissement actuel des programmes de lycée consacrés à l’étude des sciences économiques et sociales apparaît ainsi comme une véritable répétition de cet assèchement en marche de la réflexion sur nos économies.

Or, jamais plus qu’aujourd’hui nous n’avons eu besoin de débattre du fonctionnement concret de nos économies et de leur possible réforme. Pour que la démocratie respire à nouveau, le débat économique et social en son sein doit être nourri d’une pluralité d’analyses entre lesquelles il convient aux citoyens, et aux politiques qu’ils élisent, d’arbitrer. Pour que la pensée économique marche à nouveau sur ses deux pieds, l’approche formelle, qui a sa pertinence, et l’approche institutionnaliste, qui renvoie à l’idée d’une construction sociale des faits, y compris des faits économiques, doivent pouvoir cohabiter. Il en va de la formation d’économistes conscients de l’imbrication étroite des phénomènes économiques et sociaux. Il en va aussi de la remise en marche, par la recherche, de la boîte à idées que les économistes peuvent et doivent fournir au débat public.

Ce constat, longuement étayé depuis deux ans par plusieurs rapports et articles accessibles en ligne (voir cette page), nous conduit à demander la création, au sein de l’institution qui organise la formation supérieure et la recherche en France, le Conseil national des universités (CNU), d’une nouvelle section intitulée « Économie et Société ». La création d’une soixante dix-huitième section du CNU, qui relève d’une décision ministérielle, ne ferait pas sans doute pas grand bruit, et ne constituerait certes pas, en soi, une révolution. Mais elle redonnerait immédiatement de l’oxygène à une pensée sur l’économie qui en a cruellement besoin. Elle fournirait les conditions institutionnelles pour qu’un vrai pluralisme existe dans la vie des idées, dans la pensée économique et sociale, et in fine, dans les pratiques de l’économie dans la société.

Nous, économistes, philosophes, sociologues, historiens, juristes, spécialistes des sciences de gestion ou des sciences politiques, qui signons cet appel, réclamons cette nouvelle section. Pour celles et ceux d’entre nous qui se définissent d’abord comme économistes, nous y demanderions immédiatement notre rattachement et nous y assurerions un renouvellement en profondeur de la pensée et de la formation en économie. Tous, nous pensons que c’est là un enjeu décisif pour les sciences sociales et, beaucoup plus généralement, un enjeu de société.

Nous sommes prêts à expliquer au Président nouvellement élu pourquoi la création d’une section « Economie et société » aiderait à sortir de la crise intellectuelle qui affecte nos sociétés, menacées, comme le souligne Jürgen Habermas, de devenir « post-démocratiques »."

Premiers signataires :

- Membres du CA de l’AFEP

André ORLÉAN (président de l’AFEP, Directeur de recherches CNRS), Alain CAILLÉ (Professeur de sociologie, université Paris-Ouest), Bernard CHAVANCE (Professeur d’économie, université Paris-Diderot), Olivier FAVEREAU (Professeur d’économie, université Paris-Ouest), Florence JANY-CATRICE (Professeure d’économie, université Lille 1), Agnès LABROUSSE (Maîtresse de conférences en économie, Université de Picardie - Jules Verne), Thomas LAMARCHE (Maître de conférences, université Paris-Diderot), Edwin LE HERON (Maître de conférences en économie, Sciences Po Bordeaux), Dany LANG (Maître de conférences en économie, université Paris 13), Philippe LÉGÉ (Maître de conférences en économie, Université de Picardie - Jules Verne), Claire PIGNOL (Maîtresse de conférences en économie, Université Paris1), Nicolas POSTEL (Maître de Conférences en économie, Université Lille 1), Gilles RAVEAUD (Maître de conférences en économie, université Paris 8 Saint-Denis), Michel ROCCA (Maître de conférences en économie, université Pierre Mendès France, Grenoble), Richard SOBEL (Maître de conférences en économie, université Lille 1), Bruno TINEL (Maître de Conférences en économie, université Paris 1), Bernard VALLAGEAS (Maître de Conférences en économie, université Paris Sud).

- Universitaires, enseignants et chercheurs français en sciences sociales :

Michel AGLIETTA (Professeur d’économie, université Paris-Ouest), Olivier BEAUD (Professeur de droit public, université Panthéon-Assas), Stéphane BEAUD (Professeur de sociologie, Ecole Normale Supérieure), Luc BOLTANSKI (Sociologue, directeur d’études à l’EHESS), Robert BOYER (Economiste, directeur de recherches au CNRS, directeur d’études à l’EHESS), Barbara CASSIN (Philosophe, directrice de recherches au CNRS, présidente de la section 35 « Philosophie » du CNRS), Pascal COMBEMALE (Professeur de sciences économiques et sociales au Lycée Henri-IV), Alain DESROSIERES (Statisticien, Centre Koyré d’histoire des sciences), Claude DIDRY (Sociologue, directeur de recherches au CNRS), Jean-Pierre DUPUY (Philosophe, université Stanford) , Julien FRETEL (Professeur de science politique, université d’Amiens, président de l’AECSP, Association des enseignants et chercheurs de science politique), Marjorie GALY (Professeure de science économiques et sociales, Lycée Fustel de Coulanges, Strasbourg, présidente de l’APSES, Association des Professeurs de Sciences économiques et sociales), Michel LALLEMENT (Professeur de Sociologie, CNAM), Romain LAUFER (Professeur de marketing, HEC), Jean-Louis LAVILLE ((Professeur de Sociologie, CNAM), Christian LAZZERI (Professeur de philosophie, université Paris-Ouest), Danilo MARTUCCELLI (Professeur de sociologie, Université Paris-Descartes), Philippe MINARD (Professeur d’histoire moderne, université Paris-8, directeur d’études à l’EHESS), Roland PEREZ (Professeur émérite en gestion, université de Montpellier-1), Philippe ROLLET (Professeur d’économie, président de l’université Lille-1), Robert SALAIS (Directeur de recherches au CNRS), Philippe STEINER (Professeur de sociologie, université Paris-Sorbonne), Alain SUPIOT (Professeur de droit, directeur de l’Institut d’Etudes Avancées de Nantes, membre de l’Institut Universitaire de France), Laurent THEVENOT (Sociologue, directeur d’études à l’EHESS, administrateur de l’INSEE).

- Universitaires et chercheurs étrangers. Premiers signataires provenant de 10 pays : Allemagne, Australie, Belgique, Brésil, Canada, Danemark, Etats-Unis, Irlande, Italie, Royaume-Uni

Ricardo ARAUAJO, université de Brazilia (Brésil) ; Christian ARNSPERGER, université catholique de Louvain (Belgique) ; Isabelle CASSIERS, université catholique de Louvain (Belgique) ; Paul DAVIDSON, université du Tennessee (États-Unis) ; Amitava Krishna DUTT, université de Notre Dame (États-Unis) ; Gerald EPSTEIN, université du Massachusetts (États-Unis) ; Ben FINE, université de Londres (Royaume-Uni) ; Peter FLASCHEL, université de Bielefeld (Allemagne) ; Nancy FOLBRE, université du Massachusetts (États-Unis), Duncan FOLEY, New School for Social Research (États-Unis) ; Giuseppe FONTANA, université de Leeds (Royaume-Uni) ; Nancy FRASER, New school for Social Research, New York (États-Unis) ; Edward FULLBROOK, éditeur de la Real-World Economics Review (Royaume-Uni) ; James GALBRAITH, université du Texas (États-Unis) ; Geoffrey HODGSON, université d’Hertfordshire (Royaume-Uni) ; Jesper JESPERSEN, université de Roskilde (Danemark) ; John KING, université de La Trobe (Australie) ; Marc LAVOIE, université d’Ottawa (Canada) ; Tony LAWSON, université de Cambridge (Royaume-Uni) ; Fred LEE, université du Missouri (États-Unis) ; Stephen MARGLIN, université Harvard (États-Unis) ; Terrence Mc DOUNOUGH, université de Galway (Irlande) ; Richard R. NELSON, université Columbia (États-Unis) ; José Antonio OCAMPO, université Columbia (États-Unis) ; Luigi PASINETTI, université catholique de Milan (Italie) ; Michael PIORE, MIT (États-Unis) ; Theodore M. PORTER, université de Californie (États-Unis) ; Malcolm SAWYER, université de Leeds (Royaume-Uni) ; Bertram SCHEFOLD, université Goethe (Allemagne) ; Juliet SCHOR, Boston College (États-Unis) ; Tom STANLEY, Hendrix College (États-Unis) ; Diane TREMBLAY, université du Québec (Canada) ; Till Van TREECK, IMK (Allemagne).

http://www.assoeconomiepolitique.org

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Innovation et recherche
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 05:42

Dans le cadre des XXXIIIes Journées de l’Association d’économie sociale

« Les nouvelles frontières de l’économie sociale et solidaire »

organisées par la Chaire d’économie sociale et solidaire de l’UPEMLV et l’Unité de recherche Érudite (ÉA 437, Université Paris-Est)

Prix Jacques Tymen de l’Association d’économie sociale

L’Association d’économie sociale décernera au cours de son colloque annuel, qui se tiendra à Marne-la-Vallée les jeudi 12 et vendredi 13 septembre 2013, le prix Jacques Tymen. Ce prix récompensera les meilleurs travaux individuels, de type universitaire, non encore publiés, soutenus entre le 1er janvier 2012 et le 1er mars 2013, de jeunes chercheurs oeuvrant dans le champ de l’économie sociale (emploi, revenus, travail, protection sociale, santé, éducation et formation, culture, logement, famille, pauvreté, . . .).

Un prix de 1 400 e récompensera une thèse ou un travail équivalent.

Un prix de 700 e récompensera un mémoire de M2 ou un travail équivalent.

Les travaux proposés au concours doivent être adressés en deux exemplaires (les thèses devant être accompagnées du rapport de soutenance) à :

Centre d’économie de la Sorbonne

Secrétariat axe Institutions - Prix Jacques Tymen

Maison des sciences économiques

106-112 boulevard de l’Hôpital

75647 Paris Cedex 13

La date limite de réception des travaux est fixée au vendredi 15 mars 2013.

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 12:01

Arnaud MONTEBOURG, ministre du redressement productif, Benoît HAMON, ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire, et Guillaume GAROT, ministre délégué à l’Agroalimentaire se félicitent de la décision du Tribunal de commerce de Poitiers d’attribuer aux salariés constitués en SCOP la reprise de l’entreprise ARFEO-BUROFORM de Château-Gontier (53).

 

ARFEO-BUROFORM est un spécialiste de la fabrication de mobilier de bureau dont le siège est situé à Château-Gontier (53) où travaillent 180 de ses 315 salariés.

Face à la liquidation judiciaire de leur entreprise, décidée en novembre dernier, les salariés ont choisi de se constituer en SCOP (Société Coopérative de Production) pour relancer collectivement l’activité et sauver 211 postes de travail, sur les deux sites de Château-Gontier (Mayenne) et Valdivienne (Vienne).

Le tour de table nécessaire à la reprise a réuni 2.2 millions d’euros grâce à la mobilisation conjointe des banques, des acteurs et financeurs publics et de l’Economie sociale et solidaire via notamment les fonds de la Confédération générale des SCOP. Le gouvernement a participé au financement de cette solution en apportant une aide à la réindustrialisation sur les fonds du programme des investissements d’avenir.

Cette décision de la justice commerciale marque une victoire pour l’emploi, là où sans la solution de reprise en SCOP portée par les salariés, une saignée de plusieurs centaines d’emplois aurait pu frapper durement des territoires où les emplois perdus sont difficiles à recréer.

La loi pour l’économie sociale et solidaire qui sera proposée au Parlement au second semestre 2013 par Benoît HAMON, en lien avec Pierre MOSCOVICI, ministre de l’économie et des finances, visera notamment à créer un « choc coopératif » pour faciliter les reprises en SCOP par la mise en place d’un droit de préférence pour le rachat d’entreprises par les salariés et en faire un des outils de lutte contre la désindustrialisation des territoires.

Une démarche d’appui se met en place pour accompagner les salariés licenciés, et une démarche est engagée, à l’initiative de l’Etat et des collectivités locales pour la mise en valeur des potentialités du site de la Pommeraye (Maine et Loire) qui n’a pas été repris.
Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 11:56

À l’heure où les partenaires sociaux puis le législateur se penchent sur la « sécurisation de l’emploi », les entreprises doivent constamment relever le défi de l’adaptation et de la réactivité au marché. Comment procéder à cette adaptation face à la profusion des décisions de justice rendues en matière de restructuration (appréciation du motif économique, du contenu du PSE, responsabilité des «co-employeurs», suspension ou modification des projets de restructuration pour tenir compte des normes de sécurité, y compris en lien avec les risques sociaux), quelles sont les marges de manœuvre laissées aux entreprises qui entendent se réorganiser ?

Nous vous proposons un retour d’expérience pour appréhender les «bonnes pratiques» à adopter en cas de nécessité de mettre en œuvre une réorganisation au sein de vos entreprises et faire en sorte de mener un dialogue constructif tant avec les représentants du personnel qu’avec l’Administration tout en maitrisant la communication et l’image de l’entreprise pour anticiper les risques de contentieux.

Dans ce cadre, aborder le sujet de la flexibilité nous conduira à évoquer d’autres pistes et/ou alternatives que celle du PSE (Plan de départs volontaires, mobilité professionnelle, modification de l’organisation du temps de travail et de la rémunération, mais aussi…, chômage partiel, placement de l’entreprise en procédure de sauvegarde sous l’égide du Tribunal de Commerce…).

LE 22 JANVIER 2013
DE 9H A 10H30 AU 6-8 AVENUE DE MESSINE
75008 PARIS

Matinée d'information animée par :

Marie-Hélène Bensadoun, avocat associé, August & Debouzy
Catherine Le Manchec, avocat associé, August & Debouzy

Inscription et informations pratiques
http://www.august-debouzy.com/fr/formation/22/01/2013/00732-peut-encore-restructurer-une-entreprise-en-2013.html

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 04:31

Nous avions mis en ligne un appel spécifique pour ce colloque organisé par ISEG Group/ISERAM lors d'un dernier billet.
Compte tenu du retour des vacances de Noël, le comité d'organisation du colloque international - Le désordre : une vertu créatrice ? - a décidé de prolonger le délai d'envoi des intentions de communication jusqu'au 20 janvier 2013


Appel initial présenté sur http://larsg.over-blog.com/article-appel-a-com-iseg-group-iseram-colloque-international-le-desordre-une-vertu-creatrice-113566431.html 
Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Appels à comm.

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif