Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 18:04

Voici la vidéo de la conférence-débat sur le thème Quels modèles économiques pour sortir de la crise ? avec Daniel BACHET et Philippe NASZALYI du samedi 6 octobre à 20h30 réalisée au Château de Fontenay les Briis.

Daniel Bachet a été directeur du département « Entreprise » au Centre d’études des systèmes et des technologies avancées (CESTA), puis chargé de mission au Commissariat général du plan. Chargé de mission à l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT) jusqu’en 1996, il est aujourd’hui professeur de sociologie à l’université d’Évry et chercheur au Centre Pierre-Naville.
Pour sa part, Philippe Naszàlyi, docteur en sciences économiques, est directeur de La Revue des Sciences de Gestion depuis 1990. Il est professeur associé à l’université d’Évry, où il dirige des formations en alternance, et membre de l’équipe de recherche en management.

Ils ont récemment rédigé ensemble « L'autre finance », un ouvrage qui pose la question de l’alternative à la banque capitaliste, démontrant que la finalité des banques et des entreprises n’étant pas de répondre aux impératifs de la Bourse mais de se mettre au service du développement de l’économie réelle.
 
Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 16:54

Décernés par les Dirigeants Commerciaux de France – DCF
Date limite pour les dépôts de candidature : lundi 22 octobre 2012

Les Dirigeants commerciaux de France (DCF) lancent les premiers Trophées du Meilleur Vendeur de France afin de valoriser le travail des vendeurs les plus performants.
Pour Claude Chartrain, secrétaire général national des DCF et responsable de cette première édition, « Plusieurs prix existent pour souligner la performance commerciale des entreprises mais à notre grand étonnement aucun n’est dévolu aux vendeurs eux-mêmes alors qu’ils contribuent étroitement à la santé économique du pays. C’est donc pour récompenser ces hommes et ces femmes qui insufflent leur dynamisme à la vie des entreprises et leur apporter une reconnaissance méritée que nous créons ces prix. »
Les managers peuvent présenter leurs candidats dans 5 catégories :

  • Vendeur Itinérant
  • Vendeur Grand Compte
  • Vendeur Sédentaire
  • Vendeur Junior
  • Relation Agent commercial - Mandat

Cette édition est placée sous le parrainage de Gérard BAILLARD, Directeur de Mercuri International Business Partners. La remise des prix se déroulera à l’occasion de la seconde édition du Salon Vendre!, mercredi 7 novembre à 17h.

Dépôt en ligne de candidature : http://www.reseau-dcf.fr/Articles/Actions/Trophee-du-Meilleur-Vendeur/554
Renseignements : Pierre Bouzin 01 45 25 84 30 – pierre.bouzin@dcf-france.fr

DCF - Dirigeants Commerciaux de France
Le réseau des managers de la performance commerciale
Les DCF sont une Fédération regroupant 2 500 chefs d’entreprises et managers commerciaux et comptant 10 000 sympathisants, répartis dans 80 villes et 21 régions. Ils œuvrent depuis 1930 pour le développement et la promotion de la fonction commerciale, ainsi que l'amélioration des résultats de ses entreprises.
Site : http://www.reseau-dcf.fr

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 07:25

Le Comité Richelieu, en tant qu’association représentative des Entreprises d’Innovation et de Croissance (EIC) se doit de poser cette question dérangeante au regard de la dernière annonce du PLF 2013 sur l’imposition au titre de l’impôt sur le revenu des plus-values de cession mobilière.

Concrètement, lorsqu'un entrepreneur voudra revendre sa société, il devra payer 45% de taxe au titre de l'Impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP) et 15,5% de Contribution sociale généralisée (CSG) et de Contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS), soit 60,5% sur la plus-value de cession. Actuellement, la taxation est de 19% pour l'IRPP et de 13,5 pour la CSG/CRDS, soit 32,5%. Le rendement de la mesure est estimé à 2 milliards d'euros en 2013 puis 1 milliard d'euros à compter de 2014.

Les entrepreneurs ont, une nouvelle fois, le sentiment qu’ils ne sont pas reconnus en tant qu’acteurs essentiels de la compétitivité de l’économie nationale, comme si le fruit de leur travail et de leur engagement était illégitime. En clair, qu’elle est aujourd’hui la contrepartie du risque pour l’entrepreneur, même si certaines dispositions sont censées corriger l’effet confiscatoire de la mesure annoncée?

Prenons un exemple concret : une cession à 2 millions d’euros, d’un PLF à l’autre, avec les nouvelles dispositions, entrainera un supplément d’imposition qui peut aller jusqu’à 450 K euros !

Force est donc de constater, qu’en dépit de choix rassurants comme la création d’un Crédit d’Impôt Innovation (CII) ou le maintien de l’ISF- PME, la mesure sur l’imposition des plus values de cession mobilière, si elle est adoptée, sera forcement perçue comme un désaveu profond de l’engagement de l’entrepreneur, alors que ce dernier a besoin de signaux stables et motivants.

Pourquoi des entrepreneurs qui créent de la croissance et de l’emploi et qui souvent se rémunèrent modestement, dans l’espoir d’une cession future, partielle ou totale, qui vienne opportunément compenser leurs efforts et leur manque à gagner, seraient-ils surtaxés par rapport à ceux qui mènent des carrières dans des grands groupes ou dans des postes à statut protégé ?

Les interrogations aujourd’hui sont déjà lourdes quant aux conséquences d’une telle disposition : faut-il créer en France, alors que l’urgence dans notre pays est de faire émerger une génération nouvelle d’entrepreneurs? Quel message d’avenir leur est  adressé ? Le principal danger qui guette le dynamisme de nos entrepreneurs n’est-il pas le découragement ? Comment comprendre que des investissements à risque dans l’appareil productif puissent être plus fiscalisés que ceux sans risque et improductifs (œuvre d’art, DOM-TOM…) ?

Par ailleurs, pourrons-nous transformer nos PME en ETI dans de telles conditions d’investissement, cette mesure pouvant même représenter un frein dans des stratégies de développement et de consolidation ?

Enfin, le Comité Richelieu relève que les principaux acteurs de l’entreprise innovante, celle que le gouvernement disait vouloir mettre au centre de sa politique de croissance, sont donc les premiers pénalisés : les fondateurs de start-up, notamment ceux qui détiennent à sa création plus de 25% de leur entreprise, les business angels qui investissent en dehors des véhicules collectifs d’épargne et les gestionnaires de fonds d’investissement qui opèrent prioritairement sur le territoire national.

Nous restons mobilisés comme nous l'avons été sur le CIR, la JEI, l'accès au marché et le financement direct dans les PME pour que soit préservé un cadre législatif et fiscal cohérent sur lequel construisent entrepreneurs et investisseurs de l'innovation. Nous nous assurerons en particulier dans les semaines qui viennent que les promesses de préserver les PME innovantes du rabot fiscal seront respectées, et que l'on valorise, enfin, le rôle et l’image de l’entrepreneur dans notre pays.

www.comite-richelieu.org

http://www.comite-richelieu.org/images/comite2/logo_s2.png

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Politique économique
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 07:20

Le Groupe de Recherches International du CNRS (GDRI) -
“Crises and Changes in the European Countryside"
(CRICEC)


vous invite à une rencontre : 
LE PAYSAN ET SA TERRE

Samedi 20 octobre de 14h à 19h30

INTERVENANTS : Gérard BÉAUR, directeur d'études à l'EHESS, Fabrice BOUDJAABA, chargé de recherches au CNRS, John BROAD, Visiting Academic de l’université de Cambridge, Rosa CONGOST, professeure à l’université de Gérone, Antoinette FAUVECHAMOUX, maître de conférences à l’EHESS, Danilo GASPARINI, professeur à l'université de Padoue, Anne-Lise HEAD-KÖNIG, professeure à l’université de Genève.

Amphi vert, Campus de la CCI

www.rdv-histoire.com

http://www.rdv-histoire.com/local/cache-vignettes/L600xH240/arton323-742c7.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Politique économique
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 04:03

http://www.carrefouruncombatpourlaliberte.fr/wp-content/uploads/2012/10/IAE_Ecole-universitaire-de-management.jpg

29 et 30 novembre 2012 à l’IAE Lille
Créé en 1998 par l’Association « Rencontres Etienne Thil – Université – Commerce », le colloque met l’accent sur la transdisciplinarité et l’échange, il est le forum annuel des universitaires et professionnels passionnés par l’étude et les mutations du commerce. Comme chaque année, le colloque est l’occasion de les réunir autour du thème du commerce et de la distribution.

Une co-organisation renouvelée
Organisé sous l’égide de l’Association Etienne Thil, le colloque regroupe dans le cadre d’un consortium : l’IAE Lille - Université Lille 1, le PICOM - Pôle des Industries du Commerce, l’IMMD - Université Lille 2 et le LEM - Lille Economie & Management (laboratoire associé CNRS).

L’écho de la 15e édition : 200 participants (120 responsables académiques, 60 dirigeants d’entreprise, 20 doctorants)
La participation des nombreux professionnels régionaux mais également nationaux et internationaux permettra de donner une dimension nouvelle à la manifestation.

La journée du 29 novembre
Y seront présentées les recherches aux implications managériales les plus fortes (dont le Prix PICOM), les ouvrages parus au cours de l’année, deux tables rondes sur des sujets d’actualité : les nouvelles sociabilités sur le point de vente et les apports pour les distributeurs de l’économie de la fonctionnalité. Pour complémenter votre information, visitez le site : http://thil-memoirevivante.prd.fr
Pour les chercheurs, le lien pour l’appel à communication

http://www.carrefouruncombatpourlaliberte.fr/wp-content/uploads/2012/10/rencontre_etienne_thil_universite_commerce-150x69.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Colloques
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 03:56

Didier Bensadon, Université Paris-Dauphine
Nicolas Praquin, Université Paris-Sud
Béatrice Touchelay, Université Lille Nord de France (Lille 3)
Philippe Verheyde, Université Paris VIII-Saint Denis

 Vous invitent à proposer une contribution à la 3e journée d’étude
« Histoire, Entreprises et Gestion – HEG »

consacrée à
« La fiscalité des entreprises au XXe siècle »
et organisée à l’Université Paris-Sud (Sceaux) le vendredi 7 juin 2013

Le groupe de travail « Histoire, Entreprises et Gestion » mêlant historiens et chercheurs en sciences de gestion organise chaque année un cycle de journées d’études autour d’un thème central.

La première journée, organisée à l’Université Paris VIII-Saint-Denis en juin 2011, sur le thème : « Comptabilités d’entreprises et Histoire XIX-XXe siècles : objets, pratiques et enjeux », a été l’occasion pour des historiens, des juristes, des sociologues et des spécialistes de sciences de gestion d’examiner la manière dont la comptabilité et la gestion se sont imposées au sein des organisations privées. La deuxième journée consacrée à « L’argent des entreprises » s’est déroulée à l’Université Lille 3 le 8 juin 2012 ; elle a montré le rôle et les utilisations des sources de financement, son impact sur la gestion en période d’abondance ou de carence, et plus généralement la façon dont il pouvait déterminer – ou pas – la reddition des comptes et la production d’information financière tant pour les entreprises que pour leurs partenaires privés.

Nous souhaitons prolonger ces réflexions et ces échanges sur les réalités et les interprétations du concept d’entreprise, appréhendée à la fois comme une construction et un vécu, comme un objet d’histoire et comme un système d’organisation inscrit dans le temps et dans l’espace en élargissant cette année la réflexion à leurs relations avec l’Etat. Nous cherchons à susciter une réflexion collective auprès des chercheurs confirmés, mais également auprès des doctorants et des professionnels des sciences humaines et sociales qui s’intéressent à l’entreprise comme acteur économique, social et politique, voire culturel.

Le thème de la troisième journée que nous proposons porte sur « les entreprises et la fiscalité ». Cette thématique nous parait particulièrement propice à une approche mêlant tant les échelles spatiales que temporelles et s’appuyant sur des sources et des fonds d’archives diversifiés. Il s’agira ici de mêler les réflexions des spécialistes en sciences de gestion, des historiens, des juristes, voire des sociologues et des économistes pour évaluer les réactions des entreprises aux profondes réformes de la fiscalité introduites depuis le début du XXe siècle en France : création de l’impôt sur le revenu en 1914, puis de l’impôt cédulaire sur les bénéfices en 1917 et, plus généralement de toutes les différentes formes de taxation opérées au cours du siècle. La question de l’organisation du contrôle fiscal construit par l’administration, souvent combattu par les contribuables ou les parlementaires, constitue également un axe d’approche à retenir.

Cette thématique peut être déclinée en quatre niveaux :

Celui du système d’informations comptables : comment la fiscalité a-t-elle pu modeler et façonner les règles comptables tout au long du XXe siècle ? Comment vers la fin du XXe siècle, l’évolution de l’environnement économique et financier a pu délier le lien qui associait comptabilité et fiscalité ? Les approches historiques comparatives sont particulièrement bienvenues dans ce cadre dans la mesure où elles permettent d’éclairer la singularité du système français.

Celui de l’entreprise elle-même : comment les entreprises s’adaptent-elles à ces changements qui les obligent à déclarer leurs revenus et à nouer des relations régulières et directes avec les agents du fisc ? Quel est l’impact de cette fiscalité directe sur leur gestion ?

Celui de l’entreprise confrontée à l’Etat fiscal : dans quelle mesure ces évolutions transforment-elles les relations entre les entreprises et l’Etat ? La généralisation tardive de la normalisation comptable et la persistance du forfait sont-elles le signe de résistances de la part des entreprises ? Comment l’entreprise aborde-t-elle ses relations avec les agents du fisc ? Quels sont les rôles des comptables ou des conseillers fiscaux ? Comment les contentieux permettent-ils d’éclairer les relations que les entreprises entretiennent avec le fisc ?

Celui de l’Etat, de l’administration fiscale et ses agents : comment s’adaptent-ils à ces transformations ? De quels moyens disposent-ils (formation des agents à la comptabilité, répression des fraudes, etc.) ? Quelle est leur efficacité ? Dans quelle mesure, comment et quand l’amélioration des contrôles des comptabilités des entreprises atténue-t-elle la fraude ?

Les propositions de communications avec titre (1 page) et un court CV sont à envoyer pour le 31 décembre 2012 à Nicolas Praquin (nicolas.praquin@u-psud.fr) en indiquant dans le sujet du mail : « 3e journée HEG » ; une notification d’acceptation ou de refus sera adressée courant janvier 2013.
Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Appels à comm.
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 03:26

En janvier dernier, BEM et Euromed Management annonçaient leur rapprochement pour constituer un pôle de formation d'excellence au niveau européen. L’objectif : s’installer d’ici 5 ans dans le Top 15 des meilleures écoles européennes.

Cette fusion permet à la nouvelle école de se positionner au meilleur niveau des standards internationaux nécessaires pour conserver les trois accréditations et se doter d’une réelle dimension mondiale. KEDGE Business School a pour vocation de relever les défis internationaux en matière de recherche, de développement de programmes et d’innovation pédagogique.

Les équipes de recherche ainsi regroupées deviendront le 1er groupe de recherche français en sciences de gestion. Une stratégie de développement sur les marchés émergents sera mise en place en particulier vers l’Asie. De nouveaux modes d’apprentissage et de développement des compétences seront déployés.

2013

BEM & Euromed Management

2015

BEM & Euromed Management

2017

BEM & Euromed Management

 CA (M€)

90

105

150

 Nombre étudiants

9 200

10 200

12 000

 Nombre profs permanents  et d’étoiles

170 produisant 150 à 200 étoiles

212 produisant 200 à 250 étoiles

250 produisant 300 à 375 étoiles

 Budget Recherche (M€)

6,5

8,8

14,2

 Internationalisation

30 % étudiants étrangers

40 % professeurs étrangers

40 % d’étudiants étrangers
50 % Professeurs étrangers

50 % d’étudiants étrangers
60 % Professeurs étrangers

 

KEDGE Business School : une marque en rupture, ambitieuse et ouverte

Pour soutenir cette nouvelle école et porter ses ambitions à l’international, il était nécessaire de trouver un nom et une identité visuelle répondant aux critères d’une marque mondiale.

Les gouvernances et les directions d’Ecoles ont choisi de travailler avec l’agence de communication Le Public Système et une des meilleures agences de « naming » française : Nomen.

KEDGE Business School est une marque en rupture qui ouvre vers de nouveaux horizons et de nouveaux territoires ; un nom prononçable et positif dans des cultures et des langues très différentes. Ce nouveau nom donne l’opportunité à d’autres écoles de rejoindre KEDGE Business School.

Le terme anglais «kedge » désigne une ancre à jet utilisée en navigation pour faire bouger ou tourner les bateaux. KEDGE indique donc une nouvelle direction, un nouveau cap, un tournant d’exploration. Ce nom symbolise le lien entre les écoles, mais aussi entre les individus et l’ancrage nécessaire à chacun dans son territoire, et donc sa responsabilité face à son environnement.

La fusion juridique de BEM et Euromed Management sera effective le 1er juillet 2013.

KEDGE Business School aura pour support une Association avec pour président François PIERSON, Président d’Euromed Management, et un Vice-président désigné par la CCI de Bordeaux.

Les grandes échéances du calendrier KEDGE Business School
Septembre 2013 : Première rentrée des étudiants
Fin 2013 : Ouverture d’un nouveau campus Europe
Fin 2014 : Ouverture d’un nouveau campus hors Europe


http://www.lefigaro.fr/medias/2012/10/02/cbde3da8-0cac-11e2-bea4-8e3f2c65ad4d-150x75.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Enseignement
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 03:46

Sylvia PINEL, Ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, a reçu aujourd’hui à Bercy, l’Union des auto-entrepreneurs (UAE) et la Fédération des auto-entrepreneurs (FEDAE) pour leur confirmer le lancement imminent de la mission d’évaluation du régime et préciser les mesures prévues dans le PLFSS 2013.
A cette occasion, la Ministre a rappelé que le relèvement des taux forfaitaires de cotisation des auto-entrepreneurs prévu dans le projet de loi de finances 2013 est une mesure d’équité qui vise à rapprocher les niveaux de prélèvement sociaux des différents régimes de protection sociale. En effet, à niveau de revenu identique, il est pleinement légitime que les auto-entrepreneurs contribuent au même titre que les autres acteurs économiques aux efforts de redressement des finances publiques. La Ministre a tenu à préciser qu’il s’agit là de mesures fiscales et sociales qui ne modifient en rien la nature du régime, son articulation ou son fonctionnement.
Le taux des cotisations continuera d’être calculé sur la base du chiffre d’affaires et non pas sur le salaire [sic !], comme c’est le cas pour les travailleurs indépendants.
Par ailleurs, les auto-entrepreneurs qui ne réalisent pas de chiffre d’affaires sur leur activité continueront à bénéficier d’une exonération de charges et le montant de leurs cotisations restera proportionnel au chiffre d’affaires. La Ministre a réaffirmé que le gouvernement n’a pas l’intention de supprimer le régime d’auto-entrepreneur. La mission confiée à l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et l’Inspection générale des finances (IGF) vise à dresser un état des lieux objectif du dispositif pour l’améliorer et corriger ses dérives.
La mission évaluera le coût de ce dispositif pour les finances publiques et mesurera son impact réel sur la création d’entreprises. Elle abordera les facteurs qui conduisent à une concurrence déloyale entre les auto-entrepreneurs et les artisans et formulera des propositions pour que l’ensemble des professionnels exercent leurs activités dans des conditions équitables. Elle s’attachera également à proposer des mesures pour que les auto-entrepreneurs, dont beaucoup sont dans une situation de précarité, bénéficient d’une meilleure protection sociale. En outre, la mission dégagera des propositions pour empêcher les pratiques frauduleuses, notamment le recours au salariat déguisé. Une large consultation va donc s’ouvrir avec les organisations professionnelles, les associations d’auto-entrepreneurs mais aussi avec les parlementaires et les organismes consulaires.
La Ministre réaffirme ainsi sa volonté de poursuivre le dialogue avec l’ensemble des acteurs concernés. Les conclusions de la mission seront remises à Sylvia PINEL en décembre 2012.

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 00:36

Jeudi 25 octobre 2012 au Palais des Congrès de Paris

Europe, gouvernance, financements, ressources humaines, innovation sociale…

Dans un contexte de fortes mutations du secteur associatif, la 7ème édition du Forum National des Associations & Fondations sera l’occasion de faire un point complet sur les enjeux de ce secteur, notamment en matière de gestion, de développement et de financementdes associations.

Avec près de 4 000 responsables et dirigeants d'associations et fondations attendus le 25 octobre au Palais des Congrès, cette journée d'information et de formation doit permettre à chaque visiteur de faire un véritable check-up de son projet associatif, de connaître les moyens d'action, les solutions concrètes et les derniers dispositifs disponibles pour traverser la crise... notamment celle des financements !

« Au-delà des thématiques liées au financement, au développement et à la gestion quotidienne des associations et fondations, le Forum 2012 connaîtra une dimension politique toute particulière. Il permettra notamment de faire un état des lieux précis des engagements du nouveau gouvernement et des grands chantiers du quinquennat en cours » précise Xavier Kergall, Directeur Général du Forum. Ainsi, Benoît Hamon (Ministre de l'Economie sociale et solidaire et de la Consommation) et Valérie Fourneyron (Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l'Education populaire et de la Vie associative) participeront à cette 7ème édition.

Parmi plus de 60 débats, conférences techniques et ateliers pratiques, plusieurs grands thèmes seront mis à l’honneur cette année :

La place et le rôle des associations & fondations en France et en Europe

LA PLENIERE D’OUVERTURE

- L’Europe : chance ou menace pour les associations et fondations françaises.

Plus que jamais, le monde associatif a pris conscience du rôle déterminant de l’Europe dans son avenir. Comment les associations et fondations françaises se situent-elles au niveau européen ? Quelles sont les actualités et les perspectives de la politique européenne ? Comment maintenir la spécificité des associations et fondations françaises en Europe, tout en respectant nos engagements européens ?

Plénière N°P01 - de 11h15 à 12h45

En présence de Benoît Hamon (Ministre de l’Economie sociale et solidaire et de la Consommation), Hugues Sibille(Vice-président du Crédit Coopératif), Edith Archambault (Professeur à l'Université de Paris I Panthéon-Sorbonne - Fondatrice et vice-présidente de l’Association de Comptabilité Nationale), Nadia Bellaoui (Présidente de la Conférence Permanente des Coordinations Associatives - CPCA), Yannick Blanc (Président de la FONDA), Francis Charhon(Directeur général de la Fondation de France), Grégoire Scholler(Membre du cabinet et assistant personnel de Michel Barnier, Commissaire européen pour le marché intérieur et les services), Marie-Christine Vergiat(Députée européen)…

Les associations au coeur de la République

Conférence N°C03 - de 9h00 à 10h30

Les associations ont longtemps cherché leur place dans le paysage institutionnel de la République. Aujourd’hui, 3 pôles peuvent être identifiés : la Conférence permanente des Coordinations Associatives, le Groupe des Associations au Conseil économique, social et environnemental et le Haut Conseil à la Vie Associative, présidé par le Premier ministre. Cette conférence sera l’occasion de faire le point sur le rôle et l’utilité de ces 3 pôles (chacun ayant connu d’importantes réformes au cours de ces dernières années) auquel le Forum Civique Européen apportera son éclairage sur les activités qu’il développe au niveau européen concernant les enjeux du dialogue civil.

La gouvernance et la mobilisation des ressources humaines

Un nouveau schéma de la gouvernance dans le milieu associatif

Conférence N°C12 - de 11h15 à 12h45

Le monde associatif doit faire face à des mutations et évolutions économiques et politiques importantes. Devant ce constat, la gouvernance doit évoluer et s’adapter pour faire face aux risques de mise en responsabilité et à la complexité de gestion des associations. Quelle sera la gouvernance de demain ? La conférence offre des pistes de réflexion pour la mise en place d’une gouvernance efficiente, qui convienne à chacun.

Bénévolat ponctuel, événements, e-bénévolat : quand le web et les réseaux sociaux boostent la mobilisation

Conférence N°C07 - de 9h00 à 10h30

Une stratégie digitale a-t-elle une incidence sur la sensibilisation au bénévolat et sur l’évolution des formes qu’il prend (permanent, ponctuel) ? Aujourd’hui, le buzz autour d’un événement associatif peut donner envie de découvrir une association et constituer une première étape avant un bénévolat régulier. Comment pérenniser ce passage à l’action ? Des acteurs engagés témoignent et le public sera invité à partager ses propres pistes de réflexion.

Quelle continuité du projet associatif face aux départs à la retraite des salariés et au renouvellement des dirigeants bénévoles ?

Conférence N°C18 - de 14h00 à 15h30

Les associations vont être confrontées dans les cinq prochaines années à des départs massifs de leurs salariés et de leurs dirigeants bénévoles. Après un état des lieux de la pyramide des âges dans le secteur, nous vous proposons de revenir sur les enjeux de renouvellement des salariés et bénévoles associatifs et de partager les bonnes pratiques mises en place par les associations en matière de transmission des compétences et d'anticipation du risque financier.

Les nouveaux modèles & sources de financements pour les associations

Association en difficultés : solutions et moyens d’actions face à la crise

Conférence N°C11 - de 11h15 à 12h45

La vie d’une association est rythmée par des phases de croissance mais aussi de difficultés économiques et financières, que la crise et la contraction des financements semblent accentuer. Devant cet avenir incertain, les associations doivent plus que jamais être en capacité de savoir identifier la nature de leur difficulté, d’anticiper et de mettre en place les solutions adaptées à leur situation.

Les facteurs de fragilité des associations. Etat des difficultés et pistes d’action

Conférence N°C02 - de 9h00 à 10h30

Des principales difficultés rencontrées par les associations, aux moyens de prévention de ces dernières, une présentation exclusive des résultats d’une enquête menée par Deloitte et Viviane Tchernonog (CNRS) en 2012, portant sur les incidences de la crise économique sur les associations, illustrée de chiffres et commentée par la Fondation de France.

L'évaluation des projets, enjeu majeur pour les fondations et les associations

Conférence N°C20 - de 14h00 à 15h30

Comment mesurer l'impact des actions menées par les fondations et les associations et sur quels critères ? Les résultats attendus peuvent être de plusieurs natures, bénéfices immédiats pour la société, impacts économiques ou effets à plus long terme sur la qualité de vie, l'intégration, la protection de l'environnement... L'enjeu de l'évaluation, c'est de savoir déterminer ses objectifs, les actions à mettre en œuvre pour les atteindre, les résultats attendus et les indicateurs choisis pour mesurer ces résultats.

L’innovation sociale : la relation associations/entreprises en devenir

Du mécénat à l’innovation : comment bâtir des partenariats gagnants/gagnants entre associations et entreprises ?

Conférence N°C01 - de 9h00 à 10h30

Du mécénat à l’innovation sociale, de nombreuses formes originales de collaborations associations-entreprises se mettent en place, et le passage à l’action n’est pas pour autant aisé. Cette conférence présente un état des lieux des différents partenariats existants (mécénat, coopération économique, innovation sociale), identifie les freins éventuels à des relations associations/entreprises pérennes et propose quelques clés pour convaincre votre partenaire potentiel.

LA PLENIERE DE CLOTURE

Comment mettre l’innovation sociale au cœur des relations associations/entreprises ?

Plénière N°P02 - de 11h15 à 12h45

Considérée par les acteurs publics et privés comme le principal remède anti-crise en Europe, l’innovation sociale est au cœur des pratiques des associations et des entreprises dans des domaines aussi variés que l'emploi, l'éducation, l'accès aux biens et services fondamentaux, le logement, la santé, la culture… Comment peuvent-elles ensemble y contribuer et favoriser son essaimage ? Comment enfin évaluer l'innovation sociale et changer d'échelle pour passer d'expériences locales à des solutions globales ?

En présence de Valérie Fourneyron, (Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative), Marianne Eshet(Déléguée générale de la Fondation SNCF), Virginie Seghers (Spécialiste de l'entrepreneuriat social - Fondatrice d’Almaviva Conseil), Olivier Deguerre (Président de Phitrust), Michel Laborie (Directeur général de Cultura), Clémence Patureau (Responsable du pôle Recherche de la Chaire « Social Business / Entreprise et Pauvreté » à HEC), Arnaud Poissonnier (Président et Fondateur de Babyloan), Gilles Vermot-Desroches(Directeur Développement Durable de Schneider Electric), Charles-Edouard Vincent (Dirigeant d’Emmaüs Défi)...

 

Programme complet & inscriptions sur www.forumdesassociations.com

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Conférences
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 15:35

En tant que salariés, consultant, enseignants, chercheurs ou étudiants, nous sommes tous concernés par la photocopie d'articles : ce que l’on appelle le droit de copie. cfc centre français d'exploitation du droit de copieAujourd’hui, la quasi-totalité des entreprises et des établissements de l’enseignement supérieur disposent des autorisations nécessaires pour que chacun puisse photocopier en toute tranquillité et en respect de la législation.

Soutenir une diffusion libre et autonome de la revue
Pourquoi s’impliquer personnellement alors ? Parce qu’ainsi, vous pouvez soutenir la diffusion libre et autonome en déclarant les reproductions de La Revue des Sciences de Gestion.

Avez-vous pensé à le faire dernièrement ?
Cette déclaration dite de « droit de copie » ne coûte rien, n’engage personnellement à rien… sauf à signaler les œuvres reproduites.

Soutenir la diffusion des informations de ce site est possible simplement en complétant le document à télécharger mis à votre disposition ici qui doit être retourné par courriel à l’adresse unique enseignement-superieur@cfcopies.com ou par courrier à :

Centre Français d’exploitation du droit de Copie-CFC
Enseignement supérieur
20, rue des Grands-Augustins
75006 Paris

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter http://www.cfcopies.com

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif