Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 06:45

26-27 septembre 2012
Université Paris Diderot-Paris 7
(sites Grands Moulins et Olympiades) 

Comité d’organisation : Petia Koleva, Thomas Lamarche et Yorgos Rizopoulos (LADYSS), Liliane Pérez (ICT)

Dans le cadre du Projet interdisciplinaire « Evolution du rôle sociétal de l’entreprise en Europe du XIXe au XXIe siècle », les laboratoires LADYSS et ICT de l’Université Paris 7 Diderot organisent un workshop autour des concepts et des pratiques de l’entreprise sociale et de l’économie sociale et solidaire. Cette manifestation s’inscrit dans le programme de travail du LADYSS (site de Paris 7) visant à proposer une réflexion sur les nouveaux modèles de développement qui caractérisent le capitalisme actuel. Elle participe aussi des problématiques de recherche développées par les spécialistes en histoire économique et en histoire des savoirs et des représentations du laboratoire ICT qui analysent l’entreprise comme un fait sociétal, soumis à des interprétations et des stratégies variables en fonction du contexte historique et territorial. L’objectif de cette manifestation est triple : 1°/ initier un échange sur les définitions et les pratiques des entreprises sociales et solidaires dans une perspective pluridisciplinaire, comparative et internationale, en s’interrogeant à la fois sur leurs formes historiques et actuelles ; 2°/ soulever les difficultés que ce type d’entreprise doit affronter du point de vue institutionnel et organisationnel ; 3°/ étudier l’accueil de ces pratiques par des acteurs sociaux spécifiques (syndicats, associations…).

PROGRAMME

septembre matin : amphi 5C, site Grands Moulins, HALLE AUX FARINES (3ème étage)

8h30-9h : Accueil des participants

9h : Ouverture du workshop (P. Koleva, Ladyss et L. Pérez, ICT)

Entreprise sociale et capitalisme : éclairages historiques

9h15-10h45 : S1. A l’heure du capitalisme marchand :

Présidente de séance : Liliane Crips, ICT - Discutante : Marie-Louise Pelus-Kaplan, ICT

- Koji Yamamoto, British Academy/ICT : The early modern capitalism as social enterprise

- Tijl Vanneste, ERC « Sailing into Modernity » Exeter University/ICT : Sociabilité et solidarités dans l’industrie mondiale du diamant au XVIIe siècle

11h-12h30 : S2. Réseaux et identités :

Présidente de séance : Liliane Pérez, ICT - Discutant : Michel Prum, ICT

- Anna Pellegrino, Université de Padoue, Italie : Réseaux associatifs, solidarité sociale et identité nationale en Italie entre le XIXe et le XXe siècle

- Manuel Viera, Universidad Complutense de Madrid, Espagne : Les constructions identitaires des produits espagnols au XIXe siècle


26 septembre après-midi : site Olympiades, bâtiment MONTREAL, amphi 46 (rdc)

14h30-16h : S3. L’économie sociale et solidaire face à la crise du capitalisme :

Présidente de séance : Marie-José Voisin, Paris 7et Andeva - Discutant : Thomas Lamarche, Ladyss

- Jean-François Draperi, CNAM : Lien social et échange économique. Mise en perspective d'une crise

- David Hiez, Université de Luxembourg : Le cadre juridique de l’entreprise non capitaliste : clef de distinction de l’entreprise sociale et de l’entreprise d’économie sociale et solidaire ?

16h15-17h45 : S4. L’économie sociale et solidaire face à la crise du salariat :

Présidente de séance : Marie Bouchard, UQAM - Discutant : Christian du Tertre, Ladyss

- Catherine Bodet et Noémie De Grenier, Coopaname : Coopératives d’Activité et d’Emploi : des éléments de recomposition du rapport salarial ?

- Delphine Vallade, Université Montpellier 3: Essai de caractérisation du rapport social de travail dans les Coopératives d'Activité et d’Emploi : un cadre d'analyse régulationniste


27 septembre matin : site Olympiades, bâtiment MONTREAL, amphi 46 (rdc)

9h-10h30 : S5. L'économie sociale et solidaire, entre principes démocratiques et contraintes organisationnelles :

Présidente de séance : Petia Koleva, Ladyss-Discutant : Yorgos Rizopoulos, Ladyss

- Jean-Pierre Girard et Xing Su, Université d’Amiens : Le rapport social "patrimoniste" constitutif de l'économie solidaire

- Nadine Richez-Battesti, Université Aix-Marseille : L’entreprise sociale au péril de la démocratie réelle ?

10h45-12h15 : S6. L’économie sociale et solidaire comme vecteur d’innovation sociale :

Président de séance : Bernard Chavance, Ladyss - Discutant : Eric Magnin, Ladyss

- Marie Bouchard, UQAM : L'innovation sociale comme clé de lecture de l'économie sociale et solidaire

- Amélie Artis (IEP de Grenoble) : La finance solidaire comme régulateur social des activités financières dans les mutations institutionnelles en France du XIXe siècle à nos jours


27 septembre après-midi : site Olympiades, bâtiment MONTREAL, amphi 46 (rdc)

14h15–16h30 L’entreprise sociale et solidaire dans le contexte de crise : de la théorie à la pratique, table-ronde avec la participation de Konstantinos Lambropoulos (responsable scientifique de la confédération syndicale grecque GSEE), de Rachid Cherfaoui (président de l’association J-B. Godin), de Christian du Tertre (Ladyss) et de Patrick Fridenson (EHESS) (sous réserve)

16h30 Clôture du workshop

____________________________________________________

Informations pratiques :

Le workshop se déroulera sur deux sites différents de l’Université Paris 7 :

Grands Moulins : Bâtiment de la Halle aux Farines : 3ème étage, amphi 5C (26 septembre matin)

accès piétons :
10 - 16 rue Françoise Dolto
9 - 15 espl. Pierre Vidal-Naquet

Paris 13ème

Plan du bâtiment téléchargeable sur

http://www.univ-paris-diderot.fr/sc/site.php?bc=PRG&np=bat_halle_bis

Olympiades : Bâtiment Montréal : rez-de-chaussée, amphi 46 (26 septembre après-midi, 27 septembre matin et après-midi)

accès piétons :

Dalle « Les Olympiades »,

59 rue Nationale

105 rue de Tolbiac

Paris 13ème

Plan du bâtiment téléchargeable sur

http://www.univ-paris-diderot.fr/sc/site.php?bc=gene_univ&np=SiteJavelot&ref=

Entrée libre.

Contact petia.koleva@univ-paris-diderot.fr

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Conférences
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 14:30

Dans le cadre du processus de fusion entre les deux écoles BEM (Bordeaux) et Euromed Management (Marseille), Pierre GOGUET, Président de la CCI de Bordeaux, et François PIERSON, Président du Conseil d’Administration d’Euromed Management, présenterons - lors d’une conférence de presse en présence de Philip McLAUGHLIN, Directeur Général de BEM, et Bernard BELLETANTE, Directeur Général d’Euromed Management, MARDI 2 OCTOBRE à 14h45 au Salon du Musée du Centre Pompidou – 75004 Paris - la vision, la stratégie et les ambitions portées par cette fusion. Le nom de la nouvelle école et son identité visuelle seront également révélés à cette occasion.

http://blog.apacom-aquitaine.com/wp-content/uploads/2012/07/logo-bem1.jpg http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/archive/3/3c/20120711094253!Logo_Euromed_Management.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Enseignement
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 09:01

http://www.datapressepremium.com/RMUPLOAD/2005726/Image/QAPA/Caroline_Ales.gif Caroline Ales, 33 ans, est nommée directrice des relations extérieures de IONIS Education Group, premier groupe de l'enseignement supérieur privé en France. Elle était depuis décembre 2009 responsable des relations extérieures de IONIS Education Group.

Débutant sa carrière chez Virgin Music en 2002, au sein de la direction de l'image, Caroline Ales rejoint ensuite Creative Syndicate, comme agent d'illustrateurs et de directeurs artistiques.

En 2005 elle intègre Verbe, l'agence d'édition de Publicis Groupe, où elle coordonne le magazine de l'agence et divers projets transversaux pour Publicis France.

A partir de 2006, elle est en charge des relations presse et des relations publics de Publicis Conseil, de nombreuses opérations évènementielles pour Publicis Groupe et Kaplan Thaler Group (Publicis Groupe) à New York.

En tant que directrice des relations extérieures de IONIS Education Group elle est en charge des relations publics, presse et médias des écoles ainsi que des supports de communication du Groupe et de ses évènements.

Elle est rattachée à Marc Drillech, directeur général de IONIS Education Group.
Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 08:00

L’économie sociale dans le mouvement des idées
Paris - 22 octobre 2013 

«  Nous sommes convaincus qu’on exagère grandement
la force des intérêts constitués, par rapport à l’empire
qu’acquièrent progressivement les idées. »
J.M. KEYNES, 1936, Théorie Générale

Depuis sa première manifestation en 1983, l’ADDES a principalement centré son activité scientifique sur la collecte de données sur l’économie sociale, sur la rigueur des méthodologies suivies, sur leur articulation avec la Comptabilité Nationale et sur leur intégration au sein du système statistique français. Des progrès sensibles ont été réalisés dans ce sens. Par la suite, son champ d’analyse s’est progressivement étendu aux diverses sciences humaines et sociales, notamment à l’histoire, pour développer les connaissances scientifiques sur l’économie sociale.

A l’occasion de son trentième anniversaire, l’ADDES souhaite, lors de son 25e colloque, faire le point sur la doctrine et les discours qui ont fait et qui continuent à construire et animer aujourd’hui l’économie sociale.

Un objet de réflexion critique pour l’Économie sociale

En forçant le trait, on pourrait dire que l'économie sociale (et avant elle le mouvement coopératif), n'existe que par ce que l'on en dit, et par ce que l'on en écrit. S'il ne s'imposait pas, à son propos, de discours utopique fédérateur, à tout le moins d'appel récurrent à lui conférer un pouvoir de transformation sociale, elle se réduirait vite à une collection disparate d'unités économiques dont le secteur d'activité resterait, pour chacune d'entre elles, le seul et unique déterminant.

L’absence d’un consensus sur la pertinence d’un concept d’économie sociale au plan international, les tendances réductrices ou transverses des approches alternatives utilisées (Tiers secteur, Nonprofit Sector, Volontary Sector, économie solidaire, etc.) et plus récemment l’émergence de l’entrepreneuriat social rendent encore plus nécessaires l’approfondissement et l’actualisation des fondements qui spécifient l’identité propre aux entreprises de l’économie sociale.

On le voit bien : dès lors que leurs liens identitaires collectifs se distendent, les grands groupes coopératifs ou mutualistes prennent une posture qui réduit, banalise ou passe sous silence leurs principes particuliers de gouvernance ; et lorsque, car cela arrive aussi, elles les conservent et les entretiennent, ceux-ci sont intégrés à la « culture d'entreprise » et n'ont pas toujours une portée externe.

À l'inverse, que ces mêmes liens se raffermissent comme on a pu l’observer au cours des deux dernières décennies, et chaque unité constituante se déclarera porteuse d'une parcelle de l'utopie commune. Pour autant, la vitalité de ce sentiment d’appartenance a besoin, pour se consolider, de fondements doctrinaux clarifiés et de mises en œuvre concrètes pour donner non seulement une identité visible à ses membres mais également une représentation de l’économie sociale favorisant sa reconnaissance, son observation et son analyse en tant que telle. Pour éviter un caractère exclusivement formel et un écart aux pratiques réelles qui décrédibilise, il est clair qu’une interaction entre les savoirs des responsables en charge de l’économie sociale et les travaux conceptuels et empiriques menées par le monde de la recherche est indispensable sur des questions aussi cruciales. L’ADDES, grâce à sa culture particulière depuis longtemps mise à l’épreuve au sein de son comité scientifique, pense être en mesure d’apporter une contribution à ces débats. Tel est l’objectif poursuivi par ce colloque qui en constitue une étape.

Il est donc légitime de faire, du discours sur l'économie sociale, des représentations qu'elle suscite, de la place qu'elle occupe dans le mouvement des idées, un objet d'étude en soi. Cependant une approche trop statique, qui en resterait à l'histoire et à l'analyse des termes employés et des références utilisées dans les résolutions des congrès, les éditoriaux des revues, les opinions émises par des observateurs extérieurs, ou les jugements des penseurs et des politologues, n'atteindrait qu'une faible partie de son but. C'est au contraire dans une approche dynamique, passant des faits aux idées puis des idées aux faits, que l'on saisira toute la portée structurante du « discours » et qu’il deviendra possible d’affiner les concepts pertinents pour consolider les analyses scientifiques.

Importance donc à donner aux faits, c'est à dire aux pratiques et à leur observation; à cela il nous faut ajouter, conformément à la vocation de l'ADDES, une attention particulière aux faits représentatifs, corroborés par des pratiques spécifiques statistiquement significatives.

Un objet d’étude au croisement des idées et des faits

Les registres dans lesquels s’inscrivent les interactions mutuelles entre faits et idées concernant l'économie sociale peuvent être regroupés en quatre grandes catégories non exlusives :

L'utopie, qui vise à une transformation significative de la société à travers un projet globalisant, mis à l'épreuve dans des expériences alternatives de type phalanstérien. Si l’on a souvent associé la genèse de l'économie sociale aux différents « socialismes utopiques » d'il y a bientôt deux siècles, il convient également de revisiter les dernières décennies et d'évaluer le « besoin d'utopies nouvelles » qui semble poindre de nos jours.

L'exemplarité, dans un contexte – géographique ou historique - particulier qui permet dans certains cas la reproduction d'innovations sociales réussies, parfois sur une large échelle, jusqu'à créer de toutes pièces de vastes pans de nos économies. Les banques coopératives, entre autres, sont nées de l'action quasi missionnaire de quelques précurseurs convaincus. Mondragon est dans le même cas. De tels scénarios sont-ils encore envisageables de nos jours ? Et sinon, qu'est-ce qui peut en tenir lieu ?

La reconnaissance, c'est à dire la pleine intégration de l'économie sociale dans une société ouverte à toutes les formes d'entreprendre : elle en devient « normale », c'est à dire que tout le monde reconnaît sa légitimité et ses spécificités, et les accepte comme chose naturelle. C'est sa revendication actuelle. Elle y gagne en sécurité ; mais elle renonce de ce fait à son côté utopique, comme à son côté héroïque.

L'instrumentation, qui vise à la réduire au rang de simple moyen d'action, soit au service des politiques publiques, soit à celui du capitalisme libéral (terme employé ici faute de mieux). Elle y perd une grande partie de son autonomie, et se voit alors le plus souvent affectée à des missions de secours, de réhabilitation, de prise en charge de populations dépourvues des « capabilitités » leur permettant de s'insérer dans le train d'enfer de la compétition.

Le terme de banalisation, qui est généralement utilisé pour désigner l'effacement des caractères spécifiques de l'économie sociale et l'alignement de celle-ci sur les modes de fonctionnement de l'économie capitaliste ou de l'économie publique, ouvre peut-être sur une cinquième catégorie d'interactions entre faits et discours. On utilise aussi, pour exprimer le même phénomène, le concept d'isomorphisme institutionnel.

Si la banalisation peut avoir une origine interne dans l’évolution même des pratiques, elle apparaît surtout comme transversale aux deux dernières catégories, reconnaissance et instrumentation. Elle accompagne dans certains cas l'une, ou l'autre; mais on ne peut sans doute pas affirmer qu'elle mène obligatoirement vers l'une, ou vers l'autre. D'autre part, il peut y avoir reconnaissance ou instrumentation sans qu'il y ait banalisation.

Cette classification laisse de côté certains discours plus négatifs sur l'économie sociale. En général, ils proviennent  de l'extérieur, et ne sont pas toujours assis sur des faits. Cependant, qu'il s'agisse d'une hostilité déclarée, de la négation de l’idée même d’économie sociale ou d'une simple méconnaissance pouvant conduire à des erreurs de compréhension, il y a là aussi matière à des travaux stimulants plus critiques qui peuvent trouver leur place dans la réflexion envisagée.

Dans diverses circonstances, l'économie sociale a subi des dissensions, des déchirements ; elle s'est  aussi montrée rétive à l'intégration d'organisations pourtant proches, pouvant aller parfois jusqu'au sectarisme ; elle n'a pas toujours su correctement répondre aux attaques ; enfin, à côté de ses succès, elle a connu aussi des échecs, des dérives, des crises, des défaillances d'entreprises, tous événements qui ont eu des incidences sur les discours et les représentations, et laissé des traces dans les comportements.

Un appel à communication très ouvert

En choisissant cet ensemble de thématiques pour son colloque 2013, l'ADDES a bien conscience de sortir quelque peu des limites de son rôle traditionnel de promotion de la connaissance quantitative de l'économie sociale. Elle s'ouvre également à toute une variété de disciplines qui sont utiles pour une réflexion approfondie croisant les angles d’analyse : histoire, science politique, sociologie, sciences du langage et de la communication, etc. C'est pourquoi il est utile de mettre en place des garde-fous permettant de conserver au cœur de la problématique du colloque l’articulation des faits et des pratiques avec les idées et les doctrines. Dans le choix des communications retenues, le comité scientifique de l’ADDES attachera une grande importance à la qualité de la documentation recueillie : celle-ci devra être à la fois pertinente, exhaustive, présentée avec objectivité, et convenablement contextualisée.

Par ailleurs, le comité scientifique privilégiera les enjeux actuels, surtout s'ils mettent plusieurs pays ou plusieurs expériences en parallèle, ce qui n'exclut en rien de plonger ses racines dans l'Histoire profonde, même ancienne, dès lors que c'est pour en dégager des paradigmes à valeur permanente.

L’ADDES attend donc des propositions de communications originales, portées par des chercheurs ou par des acteurs et s’appuyant sur des disciplines variées (économie, sciences de gestion, sciences politiques, histoire, sciences de la communication, sociologie, etc.) et visant à illustrer, à clarifier et à mettre en débat la place effective qu’occupe l’Économie sociale dans la société contemporaine et ses apports dans le mouvement général des idées.

En pratique :

Adressez  votre réponse sous format électronique avant le 20 octobre 2012 à  Véronique LAROSEE, déléguée générale de l’ADDES (addes@coopanet.com), à partir du document ci-dessous.

Une réponse sera donnée avant la fin du mois de novembre aux auteurs. Conformément à son habitude, le comité scientifique de l’ADDES invitera les communicants retenus à présenter l’état de leurs travaux à l’occasion d’une ou de deux de ses séances au premier semestre 2013 afin d’échanger sur leur contenu, d’articuler les différentes communications et de préparer l’organisation du colloque. Les articles devront être écrits en français, comprendre un résumé en français et en anglais et une bibliographie.

Les communications retenues feront l’objet d’une publication dans la Revue internationale de l’économie sociale (RECMA).

http://www.addes.asso.fr/IMG/logo2.gif

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Appels à comm.
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 06:40

(europe - XIXe – XXe siècles)

20 ET 21 JUIN 2013 A LYON

LARHRA

Avec la collaboration des

UNIVERSITÉS DE PARIS-CITÉS-PARIS XIII ET DE PARIS I-SORBONNE

Appel à communications

 Ce colloque s'inscrit dans le programme pluridisciplinaire et international de recherche sur les organisations patronales (2010-2014). En effet, si des travaux de juristes, puis de politistes, d'économistes de sociologues et d'historiens ont analysé des aspects particuliers de cette question - sociabilité des élites, groupes de pression, action collective des élites économiques, histoire des entreprises, des politiques économiques et des institutions économiques, etc. -, si des études internationales ont été menées sur la représentation patronale, sur les pratiques de gestion de main-d’œuvre, en revanche l’étude historique des organisations patronales en tant qu’organisation, de plus dans une perspective comparative de long terme au niveau européen, reste, malgré quelques recherches récentes, un terrain encore relativement vierge.

Ce colloque sera le troisième du programme. Il vient à la suite :

- d'une journée d’études (11 juin 2010) qui a tiré un bilan sémantique, archivistique et historiographique du sujet.

- d’un premier colloque, tenu les 9 et 10 juin 2011 aux universités de Paris – Cités - Paris XIII et Paris I - Panthéon-Sorbonne, sur « Les organisations patronales en Europe aux XIXe et XXe siècles. Genèse et morphologies originelles ». Les résultats ont été publiés aux Presses Universitaires de Rennes (PUR) au printemps 2012 (Danièle Fraboulet et Pierre Vernus (dir.), Genèse des organisations patronales en Europe 19e-20e siècles).

- d’un second colloque, qui s’est déroulé les 21 et 22 juin 2012 dans les mêmes lieux (universités de Paris – Cités - Paris XIII et Paris I - Panthéon-Sorbonne) et a eu pour objet l’étude des « Formes et moyens d’action des organisations patronales dans la sphère publique » (31 intervenants dont la moitié d’autres pays européens). Une publication est prévue chez le même éditeur pour le printemps 2013.

Par ailleurs, la session 168 Historical and international comparison of Business interest associations (19th-20th century)au Congrès mondial d’histoire économique (XVIth WEHC) tenu du 9 au 13 juillet 2012 à l’Université de Stellenbosch en Afrique du Sud a permis d’élargir notre réflexion à de nouveaux pays.

Un dernier colloque sera proposé en 2014 sur le thème : Les organisations patronales et la régulation des marchés.

Ce troisième colloque, objet du présent appel, se tiendra les 20 et 21 juin 2013 à Lyon, et portera sur « Les organisations patronales et les autres organisations collectives (Europe 19e-20e siècles) ».

En effet, les organisations patronales entretiennent des rapports de diverses natures avec d’autres organisations. Nous vous proposons d’étudier ici les relations des organisations patronales (et non celles des individus) avec :

- les syndicats de salariés

- les partis politiques

- les clubs de réflexion et les think tank

- les autres associations patronales et les chambres de commerce

- les divers organismes patronaux

Les thèmes de réflexion suivants vous sont proposés :

- Quelle est la nature précise des relations entretenues entre les organisations patronales et les autres structures collectives ? A-t-on affaire à des stratégies de contrôle, d’alliances, d’orientation, d’influence idéologique, d’affrontement ? S'agit-il de relations de domination, de soumission, d'égal à égal, de conflit, de concurrence… ? Observe-t-on un partage des rôles ou des fonctions ?

- Quelles formes prennent ces relations :

- * le financement ?

- * les négociations collectives ?

- * la collaboration ?

- * la mise en place de liens personnels (présence de membres de l’organisation patronale dans les instances dirigeantes d’autres acteurs socio-politiques ; mise en exergue de réseaux sociaux, etc.) ?

- * l’instauration de liens informels ou formalisés et régulés? (attention on exclura ici la régulation économique qui sera l'objet du prochain colloque). Les jeux d’échelles et l’évolution de la conjoncture sont à prendre en compte dans une dynamique qui ne se réduit pas forcément à des confrontations bi-latérales, mais qui peut donner lieu à des systèmes relationnels intégrant un nombre substantiel d’organisations.

- Une mise en miroir des organisations du patronat et de celles des salariés pourrait être fructueuse. Dans quelle mesure la structuration et l'activité des unes a-t-elle conduit les autres à ajuster leurs propres structures et leurs fonctions. Ainsi, dans le cas français, l'organisation interne de la CGT et les stratégies qu'elle a mises en oeuvre dès sa naissance ont "inspiré" les OP, notamment les dirigeants de l'UIMM (relation entre l'organisation nationale et les organisations régionales ; comité de soutien aux grévistes versus caisse d'assistance mutuelle contre le "chômage forcé" etc). Peut-on examiner cette situation dans d’autres pays européens ?

Les propositions de communications sont à adresser avant le 1er décembre 2012 à :

Danièle Fraboulet : danielefraboulet@wanadoo.fr

Pierre Vernus : pierre.vernus@ish-lyon.cnrs.fr

Clotilde Druelle-Korn : clotilde.druelle-korn@orange.fr

Cédric Humair : Cedric.Humair@unil.ch

Vous serez avisés des communications retenues fin janvier 2013.

Le colloque se déroulera en français et en anglais.

Une publication est prévue.

Comité d’organisation :

Clotilde Druelle-Korn (Université de Limoges) ; Danièle Fraboulet (Université de Paris-Cité -Paris 13/CRESC) ; Cédric Humair (Université de Lausanne) ; Michel Margairaz (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne/ IDHE) ; Pierre Vernus (Université de Lyon II/LARHRA)

Conseil scientifique :

France :

Eric Bussière (Université de Paris IV) ; Olivier Dard, (Université de Metz) ; Jean-Claude Daumas, (Université de Besançon) ; Clotilde Druelle-Korn, (Université de Limoges) ; Danièle Fraboulet, (Université de Sorbonne Paris-Cité Paris 13) ; Annette Jobert, (CNRS-IDHE) ; Michel Margairaz, (Université de Paris I – Panthéon - Sorbonne) ; Hélène Michel, (Université de Strasbourg) ; Michel Offerlé (ENS Ulm) : Jean-Marie Pernot, (IRES) ; Gilles Richard, (IEP Rennes) ; Béatrice Touchelay, (Université de Lille III) ; Pierre Vernus (Université de Lyon II)

Autres pays européens :

Peter Hertner (Allemagne) ; Suzy Pasleau (Belgique) ; Dirk Luyten (Belgique) ; A-M Bernal (Espagne) ; Paolo Tedeschi (Italie) ; Francesca Carnevali (R-U) ; Arthur Mac Ivor (R-U) ; Alan Mac Kinlay (R-U) ; Sébastien Guex (Confédération Helvétique) ; Hans-Ulrich Jost (Confédération Helvétique) ; Laurent Tissot (Confédération Helvétique).

**********

English version

-

Appraisal of the Relationships between Business Associations and other organizations - Europe 19-20th C.

International Symposium – LARHRA - Lyon – Fr., June, 20th - 21st 2013

In collaboration with the Universities of Paris-Cités Paris 13

and Paris 1-Sorbonne

Call for Papers

The proposed international symposium affirms its continuity with a current international and interdisciplinary research program, launched in 2010, on Business and Trade Organizations in Europe (19-20th C.). Indeed, if Political Scientists and Economists, then Historians and Social Scientists, have investigated several specific points, such as: Elites’ forms of sociability, lobbies, collective actions, history of companies etc., if international studies on Employer’s representation groups or Employer’s labor policies, were initiated; by contrast historical studies focusing on these organizations, themselves, and in a comparative perspective, remain scarce. Therefore the field of Business Associations must be explored more fully.

The symposium to be held, follows previous meetings:

- A first Workshop held in June 2010. Numerous contributions and papers were devoted to the Meaning, Translation, Historiography and Archives of Business and Trade Organizations in Europe.

- An international symposium on the Genesis, Historic Forms and Structures of these organizations took place in June 2011. The Proceedings have been edited in 2012 by Danièle Fraboulet and Pierre Vernus (Presses Universitaires de Rennes, 2012)

- A second symposium called on June 21st 22nd 2012, explored the Ways and Means of the Trade and Business Organizations in the Public Sphere. A publication is planned for Spring 2013.

- Furthermore, the session n° 168 Historical and international comparison of Business interest associations (19th-20th century) at the XVIth World Economic History Congress (Stellenbosch July 2012) broadened the issues to new countries.

Before a final symposium to be called in 2014 on Business Associations and Market Regulation, the third international symposium is challenging the Appraisal of the Relationships between Business Associations and other organizations in Europe 19-20thC.

Business Association defined, develop, foster and maintain different types of relationships with other organizations (domination, collaboration, competition, dispute etc.). The goal of the 2013 symposium, is to study more extensively the relationships built over time by the Business Associations themselves (i.e. not individuals) with:

- Workers’ Organizations

- Political Parties

- Clubs and Think Tanks

- other Business and Trade Organizations or Chambers of Commerce

- Employers’ Organizations

Preferred topics for paper submission are expected to address the following themes:

- What is the exact nature of the relationships between Business Associations and other kinds of organizations: control strategy, ideological influence, confrontation, domination, peer-to-peer relationships, surrender? Does one notice distribution and sharing of functions?

- What are the forms and manifestations of these relationships: financing, collective bargaining, collaborative, friendship and personnel way, social networks?

- Are those relationships formal, explicit, informal, or regulate (please notice that Economic Regulation will be examined in 2014). The different levels for action and the changing economic conditions are to be taken into account to analyse the dynamic of relations systems that are not always bilateral but may include a substantial number of organizations.

- Comparing the structuring of Business Associations and Worker’s Organization in a given sector should be interesting and fruitful. For instance how do these organizations adjust each other their strategies and functions? Thus, in France the organization and strategies implemented by the CGT from its creation inspired the managers of the IUMM. May this be noticed in other countries?

The proposed papers, including the title and a summary accompanied by a short CV (in French or English) must be sent no later than 1st of December 2012 to

Danièle Fraboulet, danielefraboulet@wanadoo.fr

Pierre Vernus : pierre.vernus@ish-lyon.cnrs.fr

Clotilde Druelle-Korn, clotilde.druelle-korn@unilim.fr

Cédric Humair : Cedric.Humair@unil.ch

Notification by janvier 2013. Language of the symposium: French or English. Selected contributions will be published.

Organizing Committee:

Clotilde Druelle-Korn (Université de Limoges) ; Danièle Fraboulet (Université de Paris-Cité -Paris 13/CRESC) ; Cédric Humair (Université de Lausanne) ; Michel Margairaz (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne/ IDHE) ; Pierre Vernus (Université de Lyon II/LARHRA)

Scientific Committee:

France

Eric Bussière (Université de Paris IV) ; Olivier Dard, (Université de Metz) ; Jean-Claude Daumas, (Université de Besançon) ; Clotilde Druelle-Korn, (Université de Limoges) ; Danièle Fraboulet, (Université de Sorbonne Paris-Cité Paris 13) ; Annette Jobert, (CNRS-IDHE) ; Michel Margairaz, (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne) ; Hélène Michel, (Université de Strasbourg) ; Michel Offerlé (ENS Ulm) : Jean-Marie Pernot, (IRES) ; Gilles Richard, (IEP Rennes) ; Béatrice Touchelay, (Université de Lille III) ; Pierre Vernus (Université de Lyon II)

Other European countries:

Peter Hertner (Allemagne) ; Suzy Pasleau (Belgique) ; Dirk Luyten (Belgique) ; A-M Bernal (Espagne) ; Paolo Tedeschi (Italie) ; Francesca Carnevali (R-U) ; Arthur Mac Ivor (R-U) ; Alan Mac Kinlay (R-U) ; Sébastien Guex (Confédération Helvétique) ; Hans-Ulrich Jost (Confédération Helvétique) ; Laurent Tissot (Confédération Helvétique).

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Colloques
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 06:33

Le crédit inter-entreprises en France en perspective historique (18e-20e siècles)
24 octobre 2012
Université Paris Ouest Nanterre La Défense (salle G 614)

Organisée par Michel Lescure, avec le soutien de l’IDHE-Nanterre, l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense et la Société Générale.
Comité scientifique : Natacha Coquery (Université de Lyon 2, LAHRHA), Laurence Fontaine (CNRS, CRH), Michel Boutillier (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, Economix), Pierre-Cyrille Hautcoeur (EHESS, PSE)

Programme

9h-10h50
Président : Laurence Fontaine (CNRS, CRH)
Introduction : Michel Lescure (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, IDHE), « Le crédit inter-entreprises »
Maud Villeret (Université de Nantes, CRHIA): « L’usage du crédit dans l’industrie française au XVIIIe siècle : l’exemple des raffineries de sucre »
Marie Agnes Dequidt : « Le crédit inter-firmes dans l’horlogerie parisienne au XVIIIe siècle »
Commentaires (Nadine Levratto, CNRS, Economix) et discussion

11H-13h
Président : Natacha Coquery (Université Lyon 2, LAHRHA)
Yannick Lemarchand (Université de Nantes, LEMNA-EA 4272), « Comptabilité et crédit commercial au XVIIIe siècle : le cas de la maison Chaurand ».
Viera Rebolledo-Dhuin (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), « Du crédit-fournisseur à la banque : la circulation du papier de la maison Ledoux au XIXe siècle».
Pierre-Antoine Desaux (Université de Tours), « Le crédit inter-entreprises dans l’industrie des pâtes alimentaires »
Commentaires (Michel Boutillier, Université de Paris Ouest, Economix) et discussion

13h-14H Pause (déjeuner-buffet)

14H-16H
Président : Claire Lemercier (CNRS, CSO)
Jean-Luc Mastin (IRISS), « La mutualité du crédit des « grandes familles » du Nord, au cœur du système financier régional au XIXe siècle ».
Jean-Claude Daumas (Université de Franche-Comté, Laboratoire des Sciences Historiques), « Du crédit à l’association : le cas de Blin et Blin (1872-1975) »
Jean-Marc Olivier (Université de Toulouse), « Les relations de crédit dans les firmes aéronautiques à Toulouse à la veille de la guerre de 1914-1918 »
Commentaires (Pierre-Cyrille Hautcoeur, EHESS, PSE) et discussion

16H15-18H30
Président : Jean-Claude Daumas (Université de Franche-Comté, Laboratoire des Sciences Historiques)
Cédric Perrin (IDHE), « Le crédit inter-entreprises dans l’artisanat en France au 20e siècle »
Sabine Effosse (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, IDHE), « Les débuts de l’affacturage en France »
Ydriss Ziane (IAE Université de Paris 1, GREGOR), « No Going Back :  The Interactions Between Processed Inventories and Trade Credit »
Commentaires (Michel Lescure) et discussion

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Conférences
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 04:05

Le Point de contact SSH organise le vendredi 21 septembre 2012 un colloque national sur l’Appel à projets 2013 du programme-cadre Recherche de la Commission européenne. Cet événement est destiné à éclairer les chercheurs, et autres acteurs de la recherche en France, sur les enjeux / modalités de la participation à ce programme de recherche et, au-delà, sur le futur programme-cadre de financement de la Recherche, Horizon 2020.

Vous trouverez ci-dessous plus d’informations
http://www.eurosfaire.prd.fr/news/consulter.php?id=7146

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Colloques
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 21:11

L'université d'Harvard propose des bourses de recherche en histoire économique, offertes par le Centre d'Histoire et d'Economie (Center for History and Economics) aux étudiants travaillant en histoire économique. Les candidats internationaux sont invités à rédiger un projet de recherche (de 600 mots) en anglais. Les bourses seront de $400US à $4000US (donc environ 320 Euro à 3200 Euro), selon les budgets proposés. La date limite de soumission des dossiers de candidature (par portail électronique) s'approche : 1er octobre 2012.

Pour toutes informations complémentaires, veuillez visiter le site http://www.histproj.org/grants.html

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 20:33

Lancées le 11 juillet 2012 au niveau national, les assises de l’enseignement supérieur et de la recherche se déclinent au plan territorial. Acteur majeur du territoire, Rennes 1 se fait naturellement le relais des attentes, idées et suggestions de l’ensemble de la communauté universitaire.

Pour assurer la consultation et la participation la plus large possible, l’université ouvre aujourd’hui un blog, sorte de « boîte à idées » numérique, pour que chacun, personnel ou étudiant , puisse faire entendre sa voix.

Trois thèmes ont été retenus par la ministre :
> Agir pour la réussite de tous les étudiants ;
> Donner une nouvelle ambition pour la recherche ;
> Concevoir le nouveau paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Découvrir le blog et contribuer aux débats (accès avec sésame) : http://assises2012.univ-rennes1.fr

Site officiel des assises :
http://www.assises-esr.fr

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Actu de gestion
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 06:20

Voici le programme du séminaire 2012-2013 du LARHRA, coorganisé par Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2), Guillaume Garner (ENS Lyon) et Hervé Joly (CNRS)

La troisième saison est consacrée cette année au thème des relations des entreprises avec les marchés sous toutes leurs formes :

- marchés du crédit
- marchés techniques
- marchés financiers
- marché des biens de consommation
- marché du luxe
- marchés du travail.

Le marché n’est donc pas abordé seulement à travers la définition abstraite qu’en donne la science économique, mais également dans ses dimensions politique, sociale et culturelle. Ceci justifie d’associer l’histoire moderne à l’histoire contemporaine afin d’interroger la pertinence de la notion pour les périodes antérieures à la Révolution industrielle. La crise actuelle montre la nécessité d’intégrer l’étude des réalités économiques pour comprendre le devenir des sociétés dans la longue durée.

Le séminaire comprendra 6 séances à un rythme mensuel et une journée d’étude en fin d’année qui sera consacrée à la présentation de travaux de jeunes chercheurs de l’université de Neufchâtel (Suisse) et du LARHRA.

Séances (17 h-19 h, sauf indication contraire)
Jeudi 25 octobre
Sabine Effosse (professeur à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, IDHE)
Le marché du crédit à la consommation en France et en Europe (1947-1965)

Jeudi 15 novembre (salle Ennat Léger)
Olivier Raveux (chargé de recherche CNRS, Telemme, Aix-Marseille)
La mode des indiennes à Marseille  (1664-1693)

Jeudi 13 décembre (salle André Bollier)
Anne Conchon (maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IDHE)
Construire et entretenir les routes au XVIIIe siècle : le recours à l'entreprise, une solution efficiente ?

Jeudi 10 janvier
Vincent Demont (maître de conférences à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, Centre d'histoire sociale et culturelle de l'Occident)
Le commerce de la joaillerie à Hambourg et Francfort pendant la guerre de Trente Ans

Jeudi 21 février (17 h – 20 h)
Angelo Riva (enseignant-chercheur à l’European Business School et à Paris School of Economics), Jérémy Ducros (doctorant à Paris School of Economics)
La Bourse de Lyon, XIXe-XXe siècles
David Le Bris (enseignant-chercheur à BEM Bordeaux Management School)
Que finance la bourse ? (1854-2012)

Jeudi 4 avril
Sylvie Vabre (maître de conférences à l’université Toulouse 2 Le Mirail, FRAMESPA)
Vendre du roquefort au XIXe siècle : nouveaux consommateurs et stratégies d'entreprise

Jeudi 16 mai
Journée d’étude en partenariat avec Nadège Sougy (professeur à l’université de Neufchâtel) : présentation de travaux de jeunes chercheurs des deux équipes partenaires. (un programme précis sera donné ultérieurement)

Séminaire ouvert à tout public.
Lieu : Institut des sciences de l’homme, 14, avenue Berthelot, Lyon 7e, salle André Frossard (sous-sol), sauf indication contraire.

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Conférences

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif