Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 20:44

Le 2L2S organise à Nancy les 12es rencontres du réseau inter-universitaire de l'économie sociale et solidaire (RIUESS) consacrées à L’Economie sociale et solidaire face aux défis de l'innovation sociale et du changement de société

Dans le cadre de ces rencontres quatre conférences ouvertes au public (sans inscription) :

- Conférence : 6 juin 10h15-12h15

Les racines de l’institutionnalisme chez Polanyi,

par Jérôme Maucourant (Triangle, Université de Saint-Étienne)

- Table Ronde (en collaboration avec l'axe 3 de la MSH Lorraine) : 7 juin 10h00-12h00

Innovation sociale et changement de société : où en est-on de ce débat dans l’économie sociale et solidaire ?

Jean-Louis Laville (LISE-CNRS, CNAM, Paris), Marie Bouchard (Crises, Univ. du Québec à

Montréal), Francesca Petrella (LEST-CNRS, Univ. d’Aix-Marseille)

- Table Ronde (en collaboration avec l'axe 3 de la MSH Lorraine) : 7 juin 18h00-20h00

Y a-t-il une spécificité de l’innovation sociale en économie sociale et solidaire ?

Laurent Fraisse (LISE-CRIDA, CNAM, Laboratoire de l’ESS) animera le débat

avec les acteurs Anne-Laure Federici (réseau RTES), Bruno Lasnier (MES),

Marie-Madeleine Maucourt (CRES), un représentant du MOUVES

- Conférence-débat : 8 juin 11h15-12h45

L’ESS peut-elle relever le défi du changement de société face à la profondeur de la crise ?

Philippe Fremeaux (Alternatives économiques),
Jean-Louis Laville (LISE-CNRS, CNAM)

L'ensemble des conférences publiques ou tables rondes se dérouleront à Nancy, Campus Lettres, 23 Bd Albert 1er, bât. A, amphi 226
Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 18:41

Télécom Ecole de Management vient d'être accréditée par l'AACSB (Association to Advance Collegiate Schools of Business) pour une durée de 5 ans. Il s'agit de la deuxième accréditation internationale obtenue par l'école en l'espace d'un an, après l'AMBA en 2011. En France, Télécom Ecole de Management est le premier établissement public d'enseignement supérieur à obtenir deux grandes accréditations internationales. Elle fait désormais partie des 14 business schools françaises doublement accréditées AACSB et AMBA : Audencia Nantes, Bordeaux EM, EDHEC, EM Lyon, ESCP Europe, Euromed Marseille, Grenoble EM, Groupe Sup de Co Montpellier, HEC, INSEAD, Reims Management School, Rouen Business School, Toulouse Business School et Télécom Ecole de Management.

 

Le positionnement original de l'école salué par l'AACSB

 

L'AACSB labellise la stratégie de Télécom Ecole de Management et la qualité de ses formations. Les auditeurs ont également souligné la pertinence du positionnement de l'école basé sur la double expertise en management et technologies. Cette originalité reprise dans la signature de l'école, Managing Through Technology, distingue Télécom Ecole de Management sur le marché standardisé des business schools.

 

Un établissement public parmi les 650 meilleures business schools du monde
En France, Télécom Ecole de Management est le premier établissement public d'enseignement supérieur à obtenir deux grandes accréditations internationales, l'AACSB et l'AMBA. « Il existe environ 12 000 busines schools dans le monde. Nous sommes fiers de faire partie des 650 meilleures d'entre elles, accréditées par l'AACSB, affirme Denis Lapert, directeur de Télécom Ecole de Management. Cela démontre que l'on peut conjuguer l'idée de service public, avec les exigences de la compétitivité internationale ». 
La mission de service public de Télécom Ecole de Management se matérialise par un modèle social performant avec 38% d'étudiants boursiers (51% en 1ère année), un budget élevé de 14 000 euros investi sur chaque étudiant et un taux d'encadrement serré d'un professeur permanent pour 16 étudiants. L'école propose également la scolarité la moins chère parmi les business schools françaises : 5 000 euros par an à partir de la rentrée prochaine.

 

L'AACSB : un nouveau levier stratégique pour Télécom Ecole de Management
Avec l'AACSB et l'AMBA, Télécom Ecole de Management conforte sa place parmi les meilleures business schools françaises. L'AACSB offre à l'école une visibilité supplémentaire pour attirer davantage d'étudiants et professeurs internationaux de haut niveau, et développer ses alliances avec des universités prestigieuses. « Nous allons renforcer notre présence dans les grands clusters technologiques aux Etats-Unis, en Inde et en Scandinavie pour travailler sur deux axes : la création de valeur dans l'économie numérique et la réflexion critique sur la société de l'information. Nous privilégierons la qualité des partenaires plutôt que la quantité », affirme Denis Lapert.

 

L'AACSB apporte à Télécom Ecole de Management un soutien pour le lancement de ses nouvelles formations en 2012 : le Bachelor « Management and IT », l'Executive MBA « Leading Innovation in a Digital World » et le PhD (doctorat international) « ITEMAR - International Technologies and Management Research ».

 

L'AACSB permet à Télécom Ecole de Management de postuler à l'entrée du prestigieux classement du Financial Times des meilleurs masters en management.

 

Figurer parmi les 30 meilleures business schools européennes en 2016

 

Depuis la fusion de l'Institut Télécom et du Groupe des Ecoles des Mines le 1er mars 2012, Télécom Ecole de Management est la business school de l'Institut Mines-Télécom*, premier groupe d'école d'ingénieurs de France avec 144 millions d'euros de budget, 12 000 étudiants et 1500 enseignants-chercheurs. Dans le cadre de son plan stratégique 2016, l'école vise le top 30 européen.

 

L'Institut Mines-Télécom regroupe les 4 écoles de l'Institut Télécom (Bretagne, Télécom Ecole de Management, Télécom ParisTech, Télécom SudParis ) et les 6 écoles des Mines sous tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie (Albi, Alès, Douai, Paris, Nantes et Saint-Etienne ), soit 10 écoles d'ingénieurs et de management. Le groupe comprend également les deux filiales Eurecom et Télécom Lille 1 et compte l'Ecole des Mines de Nancy en tant que partenaire stratégique. Enfin, l'Institut Mines-Télécom a un réseau de 10 écoles associées : ENSEEIHT, Enseirb-Matmeca, ENSG, ENSIIE, ESIAL, ESIGELEC, IFMA, Sup'com Tunis, Télécom Physique Strasbourg, Télécom Saint-Etienne.

 

www.telecom-em.eu

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 19:10

Recomposition du paysage de l’enseignement supérieur avec la fusion des deux grandes écoles aquitaines : BeM (Bordeaux) et le Groupe ESC Pau. Un processus validé par l’AG de la CCI Pau Béarn, le 2 mai 2012 et entériné par l’AG de la CCI de Bordeaux, présidée par Pierre GOGUET en présence de Patrick de STAMPA, Président de la CCI de Pau Béarn, ce 15 mai. Prochaine étape, inscrire ce rapprochement dans la dynamique d’alliance BeM et Euromed Management (Marseille) qui figurent en bonne place dans les écoles leaders sur un plan européen. De quoi changer radicalement l’environnement des business schools.

«Cette volonté régionale devrait renforcer notre présence dans le processus de fusion déjà bien engagé avec Euromed Management» explique Pierre GOGUET, Président de la CCI de Bordeaux qui rajoute «il s’agit de jouer la complémentarité et de capitaliser sur les spécificités des deux écoles, comme ont su le faire, avec succès, nos homologues marseillais et toulonnais».

Ce nouvel axe Bordeaux/Pau et Biarritz en 2015 devrait contribuer à l'attractivité et au rayonnement des territoires et faire de la région Aquitaine un véritable pôle d'excellence en matière de formation.

Une alliance au bénéfice des entreprises et des étudiants

Ce rapprochement «va permettre d’accroître fortement un ancrage sur le territoire tourné toujours plus vers les PME pour répondre à leurs attentes de diplômés de qualité» estime Patrick de STAMPA, Président de la CCI de Pau qui reprend «nous constituons ainsi un triangle d’or : Bordeaux, Pau et Biarritz».

Par une approche pédagogique voisine et des intentions stratégiques comparables, cette fusion devrait augmenter le nombre d’enseignants/chercheurs, renforcer la qualité de l’enseignement et surtout consolider un budget global qui ouvrirait des perspectives prometteuses.

Une situation actuelle qui évoluera rapidement à la hausse

BEM

ESC Pau

BEM/ESC Pau

BeM/ESC PAU/Euromed

Etudiants (TOTAL)

3 513

1 375

4 913

9 213

Enseignants-Chercheurs permanents

75

38

110

223

Budget (millions d’euros)

33

13

46

96

Partenaires internationaux

144

44

188

343

Accréditations

EQUIS, AACSB, AMBA

EPAS

EQUIS, AACSB, AMBA, EPAS

EQUIS, AACSB, AMBA

Campus

Bordeaux, Paris, Dakar

Pau, Fez, Bangalore et Biarritz (septembre 2015)

Bordeaux, Paris, Dakar, Pau, Fez, Bangalore et Biarritz (septembre 2015)

Bordeaux, Paris, Dakar, Marseille, Toulon, Marrakech, Shangaï-Suzhou, Pau, Fez, Bangalore, Biarritz (septembre 2015)

5 000 étudiants à BeM dès la rentrée 2014

Preuve de cette dynamique, la CCI de Bordeaux a engagé 40 M d’euros pour agrandir son école (bâtiment double de quelque 15 000 m²). Objectif : passer à 5 000 étudiants dès la rentrée 2014.

600 étudiants à Biarritz dès la rentrée 2015 qui s’ajoutent aux 1 467 étudiants présents sur le campus de Pau

La CCI de Pau engage 20 M d’euros environ d’investissements (bâtiment de quelque 7 000 m2) pour renforcer son ancrage territorial, sa notoriété internationale et ses partenariats importants avec l’Espagne.

Redistribuer les cartes dans le cercle international des Business Schools

Evoluer, s’adapter, mutualiser, gagner en visibilité et mieux déployer les ressources financières… telles sont les motivations de cette fusion entre les deux business schools de Bordeaux et de Pau qui est un épisode complémentaire au processus de rapprochement entre BeM et Euromed Management intervenu le 16 janvier dernier.

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 19:03

L’UFR des Sciences de l’Homme – Département des Arts du Spectacle – s’associe à l’IAE de Caen et la Maison de l’Image Basse-Normandie pour mettre en place le Master Professionnel « Métiers de la production cinématographique et audiovisuelle »

Dans quelques jours s’ouvrira le 65e Festival de Cannes. Mais le festival n’existerait pas sans les producteurs qui mettent à la disposition des réalisateurs les moyens nécessaires à la réalisation de leur film. Et point de producteur sans une formation solide. Ainsi à la rentrée 2012-2013, l’UFR des Sciences de l’Homme – Département des Arts du Spectacle de l’Université de Caen Basse-Normandie ouvrira un Master Professionnel universitaire sur les « Métiers de la production cinématographique et audiovisuelle ». Ce Master en deux ans (M1 – M2) formera des producteurs délégués ou offrira des débouchés vers les professions de producteur exécutif, directeur de production, administrateur de production et chargé de production. Il est accessible aux étudiants diplômés d’une Licence Arts du Spectacle, Economie et Gestion, Droit ou Management, ainsi qu’aux étudiants ayant suivi d’autres parcours spécialisés en lien avec la création artistique. Il est aussi ouvert à la formation continue pour les personnes déjà impliquées depuis plusieurs années dans le monde professionnel.

Des partenariats de qualité

De nombreux partenariats de haut niveau, académiques et professionnels du secteur, ont été noués pour offrir aux étudiants une formation d’excellence et les meilleurs débouchés possibles. Ainsi, l’IAE de Caen s’est associé à cette formation pour dispenser aux étudiants 280 heures de cours en comptabilité analytique et générale, en gestion financière, en droit et en finance pour leur donner les bases de gestion nécessaires pour suivre la formation. Pour Fabrice Le Vigoureux, directeur de l’IAE de Caen : « La gestion et le management sont un facteur clé de succès dans la création d’une œuvre cinématographique. L’IAE a souhaité s’associer à ce projet pour apporter aux étudiants de ce cursus les fondamentaux de la gestion, comptabilité, droit, applicables dans toute entreprise. Les étudiants formés au sein de ce master auront ainsi acquis à la fois les enseignements artistiques et éléments de compréhension du secteur et de ses enjeux, mais aussi les compétences en gestion et management leur permettant de mener à bien leurs projets de manière pertinente, tant sur le plan artistique que financier, juridique ou organisationnel. » A ce partenaire s’ajoutent des acteurs institutionnels et professionnels incontournables du secteur cinématographique comme La Maison de l’Image Basse-Normandie, Les Lutins du court-métrage et de nombreuses sociétés de production.

Une particularité : sa dimension artistique

Demandez à Charles Gassot (producteur de Claude Miller, Patrice Chéreau et Etienne Chatiliez) de définir son métier, et il vous dira qu’il est un directeur artistique. Bien entendu, un producteur délégué est aussi un chef d’entreprise et un gestionnaire de projets, mais si la dimension artistique est placée au premier plan, alors il est d’autant plus stimulant et jubilatoire de se projeter dans la perspective d’un « beau film ». Il revient alors au producteur de repérer des talents, de les associer, de savoir écouter, lire entre les lignes, évaluer la maturité d’un projet, le chiffrer, convaincre et tenir le cap contre vents et marées. Pour Yann Calvet, maître de conférences chargé de cette formation : « Cette double approche économique et artistique fait la force de ce Master et permet de former des producteurs plus sensibles à l’aspect artistique et ainsi d’aiguiser leur discernement pour que s’épanouisse leur flair ».

Des stages formateurs

Durant leur formation les étudiants suivront deux stages dans des sociétés de production. Le premier de 4 semaines lors de la première année de Master, le second de 11 ou 12 semaines lors de la deuxième année de master selon la filière choisie : production déléguée ou direction de production et administration de production.

Validation du Master

En plus des examens tout au long du Master pour valider les compétences acquises au sein de chaque enseignement, les étudiants devront soutenir devant un jury universitaire leurs mémoires de stage en fin de 1re et 2e année. En 2e année, pour la filière production déléguée, les étudiants seront également évalués sur la présentation orale d’un projet de création d’activité – business plan – devant un jury professionnel, comité de sélection de la couveuse d’entreprises.

Dépôt du dossier d’inscription avant vendredi 17 juin (dernier délai).

http://www.cnrt.ensicaen.fr/IMG/jpg/LogoUNICAEN-2.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 21:43

Suite à la démission du Directeur Général de Yahoo, Scott Thompson, après la fraude avérée de son curriculum vitae, Paul Palmer, Doyen Associé à la Cass Business School, et spécialiste en Ethique déclare : « Le fait de gonfler son CV apparait comme un crime sans victime, alors qu’il s’agit en fait de quelque chose d’extrêmement sérieux. Dans une perspective morale, c’est diffament pour les personnes qui ont travaillé dur et ont réellement les qualifications qu’elles prétendent avoir. Mais cela donne également une perspective sur le caractère de quelqu’un – si les gens manipulent leurs CV pour obtenir un travail, comment peuvent-ils être digne de confiance dans le travail ?

Certains peuvent affirmer qu’un professionnel des nouvelles technologies qui étoffe l’historique de ses diplômes ne prête pas autant à conséquence qu’un médecin faisant la même chose, mais dans les faits, il n’y a pas de différence : les gens font confiance à votre avis, et vous n’êtes peut-être pas en mesure de donner cet avis. Par exemple, un business peut se trouver dans l’incapacité de livrer une prestation aux consommateurs en raison d’un disfonctionnement de ces nouvelles technologies, ce qui engendre des conséquences extrêmement sérieuses, voire l’échec de ce même business. Mentir sur son CV est, et devrait être, vu comme une faute moralement répréhensible. Une organisation qui échoue à prendre des positions claires à ce niveau donne un sérieux message quand à son degré de moralité. »

A propose de la Cass Business School

La Cass Business School, qui fait partie de l’Université de Londres, propose un enseignement innovant, pertinent et tourné vers l’avenir ainsi que des formations, des conseils et de la recherche. Située en plein cœur d’un des principaux centres financiers du monde, la Cass est l’école de commerce de la municipalité londonienne.Ses MBA, Masters Spécialisés et Licences sont reconnus à travers le monde pour leur excellence et l’école soutient près de 100 doctorants.

La Cass propose le plus large éventail de Masters Spécialisés et dispose des plus grandes facultés de finance, d’actuariat et d’assurance en Europe. La Cass se classe parmi les dix meilleures écoles de commerce du Royaume-Uni en commerce, management et recherche financière. Plus de 90% des recherches qui y sont menées produisent des résultats à la portée internationale. La Cass est un lieu d’échanges enrichissants entre étudiants, universitaires, experts professionnels, dirigeants d’entreprises et législateurs. Pour de plus amples informations rendez-vous sur www.cass.city.ac.uk

http://yourhiddenpotential.co.uk/wp-content/uploads/CASS-Business-School.gif

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 08:46
 
L'Union sociale pour l'habitat se félicite de la proposition de Marc Tarabella (SD-B), rapporteur du Parlement européen sur la proposition de révision de la directive marchés publics, de prendre en considération les spécificités des entreprises sociales chargées de la gestion d'un SIEG en matière de coopération public-public (art.11 de la proposition de directive marchés publics).
Il s'agit d'un tout premier débouché législatif à la Communication de la Commission relative à "l'initiative pour l'entrepreneuriat social" et à la constitution d'un "écosystème" favorable au développement des entreprises sociales au service des objectifs de l'Europe 2020.
Lors de l'audition de l'intergroupe services publics qui s'est tenue hier sur les marchés publics et les concessions à l'initiative de sa Présidente, Françoise Castex, Marc Tarabella a en effet déclaré avoir enrichi la proposition de la Commission en matière de définition du champ de la coopération public public, en y intégrant les coopérations verticales et horizontales entre entreprises sociales chargées de la gestion de SIEG.
Ces entreprises sociales, créées spécifiquement pour satisfaire des besoins d'intérêt général autre qu'industriel et commercial et bien que disposant de participations privées sans but lucratif, peuvent être qualifiées de pouvoirs adjudicateurs par le juge communautaire dès lors qu'elles sont financées majoritairement par des compensations de service public et/ou contrôlées par l'Etat à des fins de bonne exécution de leurs obligations de service public (notion "d'organisme de droit public" qui constitue aux côtés des autorités publiques, une catégorie à part entière de pouvoirs adjudicateurs, y compris des entités disposant de participations privées sans but lucratif).
Ainsi, le rapporteur propose d'enrichir l'article 11 de la proposition de directive marchés publics relative aux coopérations entre pouvoirs adjudicateurs de la façon suivante : "Les exclusions prévues par les paragraphes 1 à 4 cessent de s'appliquer dès lors qu'une participation privée a lieu, de sorte que les contrats en cours doivent être ouverts à la concurrence par des procédures ordinaires de passation de marchés publics, sauf s'il s'agit de participations privées propres aux pouvoirs adjudicateurs participants, dans le cadre de l'exécution de leur mission de service public impartie par un État membre, en leur qualité d'organismes de droit public, obéissant ainsi exclusivement à des considérations d'intérêt public ou d'utilité sociale sans poursuivre d'objectifs de nature différente, conformément à la notion d'entreprise sociale".
Une avancée majeure en ces temps de crise et de rareté des fonds publics où la coopération entre entreprises sociales chargées de la gestion de SIEG est devenue nécessaire à la continuité des services publics sociaux et à l'exigence de bon accomplissement des missions d'intérêt général.
La coopération entre entreprises sociales, notamment par la mutualisation de moyens, est devenue un axe central de modernisation et de performance face à la complexité croissance des besoins sociaux dans les territoires car elle permet de concilier efficience économique et sociale et ancrage local.
L'Union sociale pour l'habitat appelle les Députés européens et les membres du Conseil à soutenir ce premier débouché législatif à l'initiative pour l'entrepreneuriat social de la Commission européenne.


Contact
Laurent Ghekiere
Union Sociale pour l'Habitat - Chef de mission Affaires européennes
Représentant auprès de l'Union européenne
Représentation de l'Union sociale
pour l'habitat auprès de l'Union européenne
Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 04:08

L’ESGF, école de commerce spécialisée en gestion et finance, en partenariat avec Alumni ESGF, l’association des diplômés, organise le 12 mai 2012 une table ronde sur le baromètre des tendances en gestion et en finance. La conférence se déroulera de 12h à 13h à l’ESGF, 181 rue de Charonne – 75011 Paris.

Cet évènement sera l’occasion d’échanger sur les secteurs qui embauchent, les métiers porteurs et de s’informer sur les nouveaux métiers.

Cette table ronde sera animée par Jean-Baptiste Igonetti, Président de Alumni ESGF autour des interventions de Patricia Bourgoin, Consultante chez ITB, Serge Sobraques, Directeur de Caisse, Crédit Mutuel, David Poulet, Gérant de portefeuille chez Amiral Gestion et Gilles Brigant, Directeur de la conformité et de la qualité, filiale LCL.

Au programme : le marché de l’emploi, les tendances à la hausse et à la baisse, les attentes des entreprises en termes de talents et de compétences, les perspectives de carrières, les enjeux de fidélisation et de rémunération,…

Rendez-vous à partir de 11h45 à l’ESGF, 181 rue de Charonne – 75011 Paris (M° Alexandre Dumas)


http://blogesgpole.files.wordpress.com/2012/03/logo_esgf.png

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Conférences
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 21:00

organisée par Didier Bensadon (Paris Dauphine - DRM) ; Nicolas Praquin (Paris Sud) ; Béatrice Touchelay (Lille 3 - IRHiS) et Philippe Verheyde (Paris 8 - IDHE)

L’argent des entreprises
8 juin 2012
Université de Lille 3 – IRHiS

Salle de séminaire de l’IRHiS A 301

9h30 - 9h45 Accueil, Catherine Denys, université de Lille3, directrice de l'IRHiS

9h45 - 10h Introduction, Béatrice Touchelay, université de Lille3 - IRHiS

Session 1. 10h-11h30 Argent, familles et réseaux

Présidence Albert Broder (université de Paris Est – Créteil)

- Viera Rebolledo-Dhuin (université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines), « Système(s) et réseaux de financement de la librairie parisienne au XIXe siècle »

- Jean-Luc Mastin (université de Lille3 – IRHiS) "L’argent des « grandes familles » du Nord au XIXe siècle"

11h30-11h45 Pause café

Session 2. 11h45-13h15 Financements et stratégies

Présidence Didier Bensadon (université de Paris-Dauphine - DRM UMR CNRS 7088)

- Alain Cortat (université de Neuchâtel, Suisse), "Le financement d'entreprises de la mécanique, de l'industrie électrique et de l'alimentation en Suisse 1870-1970"

- Anne Dalmasso et Régis Boulat (université de Grenoble - LARHRA), "Financement, stratégies et gestion du groupe Rossignol pendant le second vingtième siècle"

13h15 - 14h30 Déjeuner

Session 3. 14h30-16h45 L'argent des entreprises dans la société : usage et contrôle

Présidence Jean François Eck (université de Lille3 - IRHiS)

- Stéphane Lembré (université de Lille3 - IRHiS), "Politique d’enseignement technique et argent des entreprises. La mise en place de la taxe d’apprentissage dans le Nord de la France (années 1920 et 1930)"

- Nathalie Joly (AgroSup Dijon LISTO-D, INRA UR 718), "De la basse-cour à la laiterie : la « petite entreprise » de la fermière et sa « bonne » gestion."

- Catherine Vuillermot (université de Franche-Comté, laboratoire des sciences historiques EA 2273), "CETELEM et SOFINCO : gagner de l’argent en en prêtant pour la consommation"

16h45-17h Conclusions de la journée, Philippe Verheyde (université de Paris 8 Saint-Denis, IDHE)

Pour toute information complémentaire : beatrice.touchelay@free.fr

Pour vous y rendre : Métro Pont de Bois, université de Lille3, le parcours sera fléché sur le campus

http://documents.univ-lille3.fr/files/espaces/services/communication/plan/plan.pdf (salle IRHiS, voir n°25 sur le plan)
Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Colloques
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 20:57

Grégoire Leclercq, Président de la Fédération des Auto Entrepreneurs (FEDAE) et Cyrille Darrigade, Président du Mouvement des Auto Entrepreneurs (MAEF) après une entrevue, ont décidé ce mercredi 9 mai de fusionner leur deux mouvements. Le MAEF disparait au profit de la FEDAE qui devient numériquement la première association représentative des auto-entrepreneurs en France. Explications.

Grégoire Leclercq, Président de la FEDAE et Cyrille DARRIGADE, Président du MAEF ont signé ce matin la fusion de leur deux organisations.

« Depuis l’édition du libre blanc pour défendre le régime de l’auto-entreprise, nous avons une vision commune. Demain, nous voulons peser auprès des pouvoirs publics, former et encadrer nos adhérents. Pour y parvenir, nous comptons sur la dynamique et la force de notre rassemblement » ont-ils précisé.

Dans cette opération de rapprochement, Cyrille Darrigade est nommé vice-président de la Fédération des Auto Entreprises. Diplômé en sciences de l’information et de la communication, il sera en charge des délégations régionales et des relations avec la presse.

Il prendra ses nouvelles fonctions jeudi 10 mai 2012, succédant ainsi à Didier Barbet, qui demeure conseiller spécial de la Fédération.

Suite à cette fusion, la FEDAE devient numériquement la première association de France représentant les auto-entrepreneurs.

http://www.jachete-francais.fr/sites/default/files/fedae1.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 11:39

 

Deloitte recherche des collaborateurs pour développer ses activités en Afrique francophone

NeDeloitte organise le 10 mai l’Africa D-Day, une journée de recrutement qui s’inscrit dans le cadre de son plan de développement à 3 ans pour l’Afrique francophone. Deloitte prévoit de recruter 500 consultants et auditeurs à l’horizon 2015. De nombreux défis sont à relever pour tous les candidats désireux de rejoindre les équipes locales. 

Deloitte, qui intervient depuis une trentaine d’années dans les pays francophones de l’Afrique : Maghreb, Afrique de l'Ouest et Afrique centrale, donne un coup d'accélérateur à sa stratégie de développement sur le continent amorcée en 2010.

Pour atteindre cet ambitieux plan de développement en Afrique, les équipes en place, constituées actuellement de 500 consultants et auditeurs sur la partie francophone du continent, ont besoin de s’appuyer sur de nouveaux talents. Ce plan de recrutement portera les effectifs à 1000 salariés en 2015 et formera un pool solide d’experts multiculturels pour accompagner à la fois les administrations publiques locales dans leur développement, l’émergence de grands groupes panafricains et les grandes entreprises internationales sur le marché africain.

« Pour nos postes à pourvoir en Afrique, nous favorisons autant la mobilité internationale au sein de l’entreprise que la recherche profils culturels neufs. Cette multi culturalité est primordiale pour une firme comme Deloitte, ouverte sur le monde. », explique Alain Penanguer, Associé chez Deloitte et directeur du Cluster Afrique.

Dans ce cadre, le Cluster Afrique de Deloitte (organisation rassemblant 9 bureaux en Afrique avec une capacité d’intervention dans 16 pays) organise l’Africa D-Day pour recruter de nouveaux collaborateurs parmi des profils de jeunes diplômés et professionnels confirmés pour travailler dans l’un de ses bureaux africains.
Au cours de cette journée qui se déroule au sein des locaux de Deloitte, une cinquantaine de candidats présélectionnés auront l’occasion de rencontrer les collaborateurs du cabinet, de suivre des conférences, avant de passer un entretien de recrutement.

Variété des besoins

La cabinet Deloitte identifie des besoins spécifiques, par secteur d’activité et par pays, et recherche par exemple des experts en Industrie financière et en Capital Humain en Côte d’Ivoire et au Gabon. Deloitte prévoit également une nouvelle ouverture de bureau dès le mois de juin, ce qui élargit les besoins géographiques.

Des ressources supplémentaires sont particulièrement attendues pour accompagner les acteurs des secteurs prioritaires de Deloitte : l’énergie et les ressources naturelles, les agro industries, l’industrie des télécoms, la finance, ainsi que le secteur public. L’équipe centrale du Cluster Afrique, basée à Paris, affecte les meilleures expertises du réseau sur les projets développés sur le continent.

Double approche : des profils expérimentés et multiculturels

Deloitte recherche de nouveaux experts de l’audit et du conseil et près de 80 postes sont d’ores et déjà proposés : pour les métiers de l’audit, 55 profils de débutants et une dizaine de profils expérimentés (de 2 à 8 ans d’expérience) ; s’agissant du conseil, Deloitte entend recruter dès à présent une dizaine de collaborateurs aux profils expérimentés, manager ou directeur, pour structurer le département et transférer des compétences.

Une campagne active !

Au-delà de l’Africa D-Day, de nombreux rendez-vous sont organisés spécialement pour aller à la rencontre de candidats en Afrique et à Paris. Deloitte est par exemple présent sur les forums de recrutement spécifiques comme les Forums Afric Talents, le Forum Odyssée, le Forum Sciences Po ou encore le Forum Dauphine.

Retrouvez toutes les informations sur l’Africa D-Day sur www.deloitterecrute.fr/africadday-the-recruitment-event-by-deloitte

Toutes les offres sont disponibles sur le site www.deloitterecrute.fr

 

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Postes à pourvoir

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif