Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 19:45

La CCI Essonne lance la 1re action collective en Ile-de-France sur la Responsabilité Sociétale pour les PME selon le nouveau référentiel international ISO 26000

 

 

Après la publication de la norme internationale ISO 26000 et dans le prolongement des actions déjà proposées dans le domaine de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), la CCI Essonne lance la première action collective en Ile de France destinée à accompagner les PME à mettre en place une démarche RSE conformément au référentiel ISO 26000.

 

Cette action prévoit des journées d’accompagnement par un cabinet extérieur sélectionné par la CCI Essonne. Ces journées seront consacrées à identifier les thématiques les plus pertinentes pour l’entreprise, bâtir et mettre en œuvre le plan d’actions RSE de l’entreprise.

 

Un atelier sur « Responsabilité sociétale en PME : comment démarrer ? » sera organisé le 6 octobre prochain à la CCI dans le cadre du forum environnement et développement durable.

 

Cette action relative à la responsabilité sociétale de l’entreprise bénéficie du soutien financier de l’ADEME et du FEDER.

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 22:07

L’année 2012 a été proclamée « Année Internationale des Coopératives » par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Le « Groupe international de recherche en éthique financière et fiduciaire » (www.giref.uqam.ca) veut s’associer à cet événement en lançant aux chercheurs un appel à communications sur le thème des enjeux et défis qui attendent les institutions financières coopératives au cours des prochaines années.
Les meilleurs articles sélectionnés par un jury académique feront l’objet d’une publication dans « La Revue des Sciences de Gestion », 1re revue internationale francophone de management, dans son premier numéro 2012 (1er trimestre 2012).

Le thème est le suivant : "La banalisation de la sphère financière mutualiste :  comment résister, affirmer ou actualiser ses valeurs ?"

La présentation de chaque article doit respecter les exigences formulées par la Revue des Sciences de Gestion (voir http://www.larsg-revue.com/index.php?option=com_content&view=article&id=136&Itemid=184&lang=fr_FR.utf8%2C+fr_FR.UT).

Les articles doivent être déposés et transmis au plus tard le 20 septembre 2011 :

- à Michel Roux à l’adresse électronique suivante : mi.ch.ro@orange.fr

- ou à Andrée De Serres à l’adresse électronique suivante : deserres.andree@uqam.ca

 

 

 

Contexte

Les crises financière, économique et sociale que nous connaissons questionnent non seulement l’efficacité des pratiques de gestion des organisations mais aussi leur légitimité. Au cours de ces cinquante dernières années, avec l’accélération des innovations de toutes natures, nous sommes passés d’une logique industrielle à une logique marketing puis financière, là où nous pensions qu’une gestion rigoureuse conçue comme un gage de prospérité se trouve désormais dénoncée comme la source de maux profonds. Il est donc opportun et urgent de d’interroger les notions de performances et de repenser les pratiques afin de redonner du sens à l’action. Pour notre sujet et la sphère coopérative financière, en particulier, la rupture décisive tient a la dématérialisation de l'argent, des opérations, et aux outils de la relation à distance que sont le téléphone d'abord, Internet et le portable ensuite. La banque n'est plus, uniquement, dans l'agence, et l'agence n'est plus, seulement, la banque; nous sommes encore sous le coup de cette révolution, dont nous ne voyons sans doute que les premiers aspects. Il est possible de tracer, à partir de ces évolutions, des lignes et des tendances, de faire apparaître des logiques, qui permettent d'expliquer ce qui se passe et de prévoir les grandes tendances à venir. L'évidence veut, en 2011, que de sérieuses incertitudes pèsent sur l'avenir de la banque de proximité et sur la sphère financière, en général. D'abord parce que les contrastes entre régions et nations grandissent; ce n'est pas seulement que les Etats-Unis aient choisi majoritairement de financer leur économie par le marche financier, alors que l'Europe continentale reste attachée au financement par intermédiation bancaire, c'est qu'au sein même de l'Europe, les situations divergent. Les perspectives de la mise en place d'un modèle unique, l'horizon de la convergence des systèmes, les illusions paneuropéennes, s'éloignent rapidement. Ensuite, parce que la perspective du déclassement européen, agitée par certains auteurs, a pris une crédibilité certaine depuis la crise économique. Elle pose à la banque de détail une question sans réponse. Alors qu’elle était fondée sur la hausse du niveau de vie, du pouvoir d'achat, de la capacité d'épargne et d'endettement de la population, que se passera‐t‐il pour elle si cette hausse devait durablement s'interrompre?

 

Questions

La banque coopérative est-elle plus vulnérable ou plus résiliente que ses concurrentes a capital-actions face a ce nouveau contexte ? Quelles sont ses spécificités, ses forces et ses faiblesses ? Nous vous invitons à répondre à ces questions en soumettant un article dans le cadre de cet appel à communications. Plusieurs autres questions sous-jacentes sont aussi posées. Quelle est la place des coopératives dans le secteur bancaire et financier du 21° siècle? Quelles sont les évolutions marquantes? Comment se positionnent-elles en matière de gestion des risques? En quoi peuvent elles jouer un rôle de stabilisateur (d'amortisseurs) des risques? Quelle est aujourd'hui leur raison d'être? Quelles sont les raisons qui font qu'elles continuent de se développer, d'exister? Y a-t-il une limite de taille optimale au-delà de laquelle elles risquent de perdre leur raison d’être et leurs caractéristiques distinctives ? Les contraintes réglementaires ne sont-elles pas en train de gommer leurs différences? Quelle est la place de la culture dans leur gouvernance? Cette culture est-elle compatible avec les contraintes réglementaires? D’autre part, comment le mode coopératif s’est-il renouvelé ? S’est-il propage a d’autres secteurs que la banque de détail ? Si oui, comment se déploie-t-il ? Comment reconnaître dans ces nouveaux modèles les valeurs fondamentales de la gouvernance coopérative, plus particulièrement en ce qui a trait a la gouvernance démocratique qui reconnaît un vote par sociétaire ? Comment adapter le mode coopératif pour faciliter l’accès aux services bancaires, pour faire face par exemple aux mesures d’exclusion de plus en nombreuses, (facturations sanction, mesures d’exclusion du compte bancaire et autres interdits de compte), autant d’exemples qui illustre la grande difficulté de la sphère coopérative financière a traiter 3 des publics différents. La question se pose également pour l'assurance et pour les mutuelles d’assurance et de santé. Nous vous invitons a soumettre un article qui répondra a l’une ou plusieurs de ces questions.

 

Comité d’évaluation

- Andrée De Serres, ESG UQAM ;

- Mireille Jaeger, Université Nancy 2 ;

- Jean-Noël Ory, Centre Européen Universitaire, Nancy-Université ;

- Bernard de Montmorrillon, Université Paris Dauphine ;

- Michel Roux, Université Paris 13.

 

Calendrier

- Dépôts des articles : le 20 septembre 2011. Les articles doivent être transmis au plus tard le 20 septembre 2011 : a Michel Roux à l’adresse électronique suivante : mi.ch.ro@orange.fr ou à Andrée De Serres à l’adresse électronique suivante : deserres.andree@uqam.ca

Afin de préserver l’anonymat des auteurs, les articles devront être présentés pour les fins d’évaluation en suivant les instructions contenues dans les instructions de LaRSG.

- Réponse du Comite de sélection sur les communications : le 30 septembre 2011.

- Réception des articles définitifs avant le 10 octobre 2011.

- Transmission a la Revue des Sciences de Gestion : 15 octobre 2011.

 

Instructions techniques aux auteurs

La présentation de l’article tiendra compte des exigences formulées par la Revue des Sciences de Gestion (voir fichier ci-attache : Instructions techniques aux auteurs et/ou consulter le site de la revue). http://www.larsg-revue.com/index.php?option=com_content&view=article&id=136&Itemid=184&lang=fr_FR.utf8%2C+fr_FR.UT

 

 

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Appels à comm.
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 07:02

UNIVERSITE BADJI MOKHTAR ANNABA

FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION

DEPARTEMENT DES SCIENCES DE GESTION

SEMINAIRE INTERNATIONAL

SUR

‘’ Les effets de la mondialisation sur le management

des organisations dans les pays en développement

 

le mardi 6 et mercredi 7 décembre 2011.

 

Appel à Communication

 

Le séminaire a pour objectif de permettre aux enseignants chercheurs et aux praticiens des pays en développement qui ont connu de profondes mutations suite à l’intégration de leur l’économie dans le système économique mondial, d’analyser les impacts de la mondialisation sur le management de leurs entreprises.

La confrontation des expériences des entreprises qui s’ouvrent à de nouveaux marchés, pourrait fournir des exemples d’analyse, qui offriraient probablement matière à débattre, à échanger, entre les intervenants issus de différents pays. L’intérêt d’une telle confrontation est de savoir ‘’comment, face à un même phénomène, l’ouverture à l’économie de marché, les entreprises des pays en développement réagissent-elles ?’’

La conception, le management et la mission même de l’entreprise seront probablement modifiés . Reconsidérés, les flux d’information, de connaissances, les échanges de biens et de services, prenant des proportions inédites, suite au processus d’intégration économique à différentes échelles, vont impacter en premier lieu le management, n’épargnant ainsi aucun domaine . Ainsi pour pouvoir s’adapter aux exigences de l’économie de marché les entreprises doivent être capables d’opérer des ruptures qui s’imposent, sans pour cela perdre leur équilibre et leur âme. Toutes ces transformations souvent douloureuses, se manifestent par des multiples pressions (économiques, financières, sociales, institutionnelles, environnementales), vu les enjeux socioéconomiques considérables qui les soutiennent.

Le processus de mondialisation en projetant les entreprises des pays en développement, confinées pour l’heure, dans des espaces économiques réduits, à l’échelle de l’économie mondiale, aura certainement un impact sur le management de celles –ci.

Les impacts du processus d’intégration à l’économie mondiale, comment vont-ils se manifester au niveau du management des entreprises algériennes ?

Les théories centrées sur la vie interne de l’entreprise, ( sur la valeur, sur les coûts de transaction, sur les ressources, sur les activités ) et celles sur l’environnement, (théorie des réseaux, celle de la C.G.V,des parties prenantes… ), en développant dans leurs sillages d’innombrables approches managériales innovantes, élargissent ainsi, le décalage entre les entreprises du système économique développé et les entreprises des économies en développement.

 

Si au niveau des pays développés, chaque décennie constitue un tournant dans la vie des organisations, introduisant ainsi de nouveaux paradigmes, creusant davantage la réflexion dans ce domaine, le champ couvert par cette science s’élargit ainsi, de plus en plus : dans quelles conditions et dans quelles mesures ces nouveaux paradigmes, peuvent-ils être transmis aux systèmes managériaux des pays en développement ?

Les stratégies de déploiement des firmes au niveau international, contrôlant en amont et en aval, la chaîne globale de valeur, ne laissent aucune liberté de manœuvre aux entreprises locales, particulièrement celles dans les pays en développement : le processus de mondialisation va-t-il favoriser la convergence des deux types de management, ou bien au contraire, les facteurs de divergence seront-ils plus forts ne laissant ainsi, aucune chance à au management local d’émerger ? Les théories et les pratiques managériales se sont affirmées dans des systèmes économiques développés, une fois transposées ( par le biais de la délocalisation ou de l’ externalisation ) dans des systèmes économiques sous développés ou en développement, auront-elles la même résonance ? Le croisement supposé du management universel avec le management local pourrait générer un type de management tout à fait nouveau ? l’impact du management local sera-t-il perceptible ?

Les expériences vécues par les universités développées, au niveau de la recherche et de l’enseignement en matière de management des organisations peuvent offrir l’occasion à l’université algérienne de concevoir et de dispenser autrement l’enseignement de cette matière. Dans la perspective de développement de l’entreprise algérienne, la reconsidération de la science de gestion au sein de l’Université algérienne, constitue un enjeu de taille.

Le management entrepreneurial n’offre t-il pas une nouvelle percée dans la conception et dans les pratiques managériales ?

 

Les deux journées du séminaire permettront de répondre aux questions suivantes :

Premièrement, le processus d’intégration est-il un processus d’uniformisation ou bien de différenciation des systèmes managériaux ?

Deuxièmement, comment s’articule le management local sur le management international ?

Troisièmement, le savoir managérial, patrimoine universel, une fois transposé au niveau local ne mérite –t-il pas d’être recontextualisé ?

Quatrièmement, le processus d’intégration des entreprises algériennes, quels sont les enseignements ?

Cinquièmement, la modernisation du management des entreprises algériennes, quels effets sur leur intégration au marché mondial?

 

Les thèmes proposés :

Axe 1 : Les effets de la globalisation sur les systèmes managériaux locaux : ou la perspective du croisement du management local avec le management international ?

Axe 2 : les enjeux de la globalisation et leurs manifestations au niveau du management local : ( les facteurs de tensions économiques, organisationnelles, institutionnelles, …)

Axe 3 : Les effets de la mondialisation sur les performances économiques et financières des entreprises .

Axe 4 : L’intégration et les types de gouvernance des entreprises nouvellement intégrées.

Axe 5 : L’émergence des entreprises algériennes : ou l’affirmation d’un modèle managérial

Axe 6 : Le processus d’intégration managérial et rôle des Etats-Nations (les réformes, l’accompagnement)

Axe 7 : Les perspectives du management dans les pays en développement : bilans, expériences.

Axe 8 : La conception de l’entreprise et les pratiques managériales dans les pays en développement : quelles perspectives ?

 

Axe 9 : L’enseignement des sciences de gestion dans les universités des pays en développement, que faut-il changer ?

Le séminaire organisé par le département de gestion est soutenu par le ‘’Laboratoire de recherche en management des organisations ‘’ –LARMO, et le ‘’Laboratoire de recherche en économie ‘’- LAREE’’.

 

Les dates clefs du calendrier

20 septembre : intention de communication (une page, 3 à 5 mots clefs)

1er octobre : réponse aux intentions

30 octobre : Envoi du texte complet. (16 pages maximum, bibliographie et renvoies, tableaux, tous compris)

10 novembre : Confirmation définitive d’acceptation.

 

Recommandations aux auteurs

Les communications ne doivent pas dépasser 16 pages, le texte sera accompagné d’un résumé dans les trois langues (français, anglais, arabe). Les communications se dérouleront en arabe, français, anglais.

Le résumé qui accompagne le texte final ne doit pas dépasser 150 mots,

Sur la page de garde, vous devez mentionner le titre de la communication (en format 16),votre nom, le prénom, l’université d’origine, votre grade, vos coordonnées .

Sur la première page de votre communication vous ne devez mentionner que le titre de votre communication (en format 16)

Le texte doit être saisi selon la police Times New Roman, format 12.

En word office 2007.

 

Comité d’organisation

- Dr MADI Belgacem Doyen de le Faculté président d’honneur .

- Dr Djaba Ahmed, Docteur Hammana Kamel, Mr djebar samir,

- Dr Layouni Zouhir, Docteur Benya omar, Mr Messaoudène kamel,

- Mr Touil Hassouna, Docteur Chébira boualem .

- Melle Berrahou Souhilla, Mr Belkébir Boumédinne,

- Mr Souames Radwane, Mr Chemas Kamel, Mr Zitoun Tayeb

- Mme AMIRAT Bariza, Melle Yakhlef farida,

- Melle Bechker Ilhem, Docteur Chaib F Zohra.

 

Le comité scientifique

Présidente du Séminaire Dc Hadjar Abida.

Pr Slaimi Ahmed,Univ Annaba, Pr Nacib Radjem, univ Annaba, Pr Béribéche Said, univ Annaba, Pr Sari Mohamed, univ Annaba, Pr Besnosmane Mahfoud, univ Annaba, Pr Boumendjel Said, univ Annaba, Pr Mataallah Kheieddine, université de Guelma, Dc Hamzaoui Cherif, univ Annaba, Dc Maadi Belgacem, univ Annaba, Dc Haouam Djemaa, univ annaba, Pr Philippe Bernoux, univ Lyon II, Dc Moula Abdallah, univ Annaba, Dc Nait Merzoug MD-El Arbi, univ Annaba, Professeur agrégée F-Zohra Oufriha, univ Alger, Dc Boukalboul El Hadi, univ Annaba, Pr Jamil Chaabouni, univ Sfax, Pr Ferfera Mohamed Yassine, directeur du CREAD, Pr Farid yaici, univ Bejaia, Dc Rihane Chérif, univ Annaba

 

hadjar.abida@univ-annaba.org ou management2011@univ-annaba.org ou bien hadjarabida@yahoo.fr 

 

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Appels à comm.
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 20:37

Abbaye de Lérins

Association des Economistes Catholiques

Observatoire Sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon

 

Faiblesses de nos systèmes bancaires et monétaires,

Enjeu économique et moral de la réforme des systèmes monétaires,

Le problème de la responsabilité bancaire,

Régulation du marché des matières premières,

Approche ontologique de la monnaie,

Etude de pistes concrètes de régulation et de gestion,

Théories dites du « Crédit social » ou « créditistes »

Deux jours sur l’île de Lérins pour apporter des remèdes concrets à un système malade…

 

« Les évènements de 2008 nous ont placé au bord du précipice », selon Christine Lagarde, qui appelle à « s’attaquer, encore aujourd’hui, aux causes structurelles des déséquilibres, et de définir le cadre d’une croissance forte, durable et équilibrée. » La réunion des présidents du G20 qui se tiendra à Cannes en novembre dans le cadre de la présidence française en 2011 est une occasion unique pour la pensée chrétienne de présenter les éléments structurants d’une économie tournée vers le Bien de l’homme, tels qu’ils ont été mis en lumière dans la doctrine sociale de l’Eglise, et pour les spécialistes, de proposer des réformes concrètes inspirées de cet enseignement.

 

LES ACTEURS

Promoteur de la doctrine sociale de l’Eglise dans tous les domaines du champ sociopolitique, l’Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon (OSP) associé avec les spécialistes de l’Association des Économistes Catholiques (AEC) désire saisir cette opportunité pour organiser un colloque en préalable de la réunion du G20.

Animé par des universitaires, des hommes politiques et des acteurs du monde économique rassemblés par l’AEC, il abordera les thèmes centraux du rassemblement du G20, que sont la réforme des systèmes monétaires, la régulation financière et la volatilité des prix des matières premières. Un focus particulier sera fait également sur les théories de réforme du système bancaire dites « créditistes ».

En présence de Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, M. Jacques Bichot, professeur des universités et membre honoraire du conseil économique et social, M. Pierre de Lauzun, directeur général délégué de la Fédération Française des banques et Délégué Général de l’Association Française des Marché Financiers, M. Nikolay Gertchev, de la Commission européenne s’exprimeront. (voir les fiches des intervenants en pages suivantes).

L’audience visée est constituée de spécialistes financiers et non financiers, de représentants de partis et d’hommes politiques, de journalistes, d’élèves de grandes écoles ou d’universités.

 

LES OBJECTIFS

Compte-tenu du contexte exceptionnel de ce colloque en marge du G20, l’objectif visé est d’abord une médiatisation de l’événement et de ses conclusions. Le but est bien de proposer aux acteurs de terrain de toutes sensibilités un éclairage nouveau sur ces questions aux enjeux considérables, ainsi que des propositions concrètes, et ce, en parallèle des communiqués officiels des membres du G20. Une conférence de presse avec présentation des actes du colloque est donc programmée le jeudi 3 novembre au soir dans cet objectif. La rediffusion des conférences, des interviews des intervenants, la diffusion de « livrets » reprenant les thèmes principaux et les solutions proposées sont parmi les autres moyens envisagés au vu de cet objectif.

 

LE LIEU

Résonnant des accents singuliers de la prière des psaumes chantés au milieu des flots depuis des générations, l’abbaye de Lérins, implantée sur un îlot au large de Cannes dans le diocèse de Fréjus-Toulon, offre un cadre symbolique exceptionnel pour le développement et la diffusion d’une voix particulière issue du monde catholique.

 

LES DATES

Le colloque aura lieu du samedi 22 octobre à partir de 09h30 jusqu’au dimanche 23 octobre 2011 à 16h45. La conférence de presse suivante se tiendra le jeudi 3 novembre 2011 à 20h00 (pour mémoire, la réunion du G20 se tiendra à Cannes les jeudi 3 et vendredi 4 novembre à Cannes).

 

PROGRAMME

 

Samedi 22 octobre

<8h45 : Départ de la navette du port de Cannes> <9h30 : Accueil des participants (Cyril Brun – Guido Hulsmann – Père Abbé) - café> <9h45 – 09h55 : Ouverture et présentation de la journée> <09h55 – 10h35 : Le problème de la responsabilité bancaire Par Pierre Garello, université Paul Cézanne d’Aix en Provence> <10h45 – 11h25 : La pseudo libéralisation financière de l’Occident, à la lumière du Traité des monnaies de Nicolas Oresme. Par Charles le Lien, haut fonctionnaire de la Banque de France et membre de l’Association des économistes catholique>s <11h25 : messe à l’abbaye> <12h35 : office de Sexte> <13h00 – 14h30 : Déjeuner et café - échanges> <14h30 : office de None> <15h00 – 15h45 : Enjeux économiques et moraux de la réforme du système monétaire international Par Nikolay Gertchev de la Commission européenne> <15h45 – 16h15 : Temps libre sur l’île> <16h15 – 17h00 : Pour une réforme structurelle, approche ontologique de la monnaie. Par Jacques Bichot, professeur des universités, membre honoraire du conseil économique et social.> <17h00 – 18h00 : Echanges – Bilan de la journée< <18h15 : Vêpres>

 

Dimanche 23 octobre

<7h45 : office des Laudes> <8h15 : Petit-déjeune> <8h45 – 09h30 : Présentation de l’abbaye et de l’île par Fr. Vladimir Gaudrat, Abbé de Lérins> <09h30 – 09h40 : Présentation de la journée> <9h50 : Messe à l’abbaye< <11h45 – 12h30 : Les défauts de notre ordre monétaire selon Major Douglas et Maurice Allais (présentation et critique économique et morale) Par Guido Hülsmann, de l’université d’Angers> <12h45 : office de sexte> <13h30 – 14h30 : déjeuner et café> <14h45 : office de None> <15h15 – 16h00 : Les marché financiers sous le regard chrétien Par Pierre de Lauzun, école polytechnique, ENA, directeur général délégué de la Fédération Française des banques et Délégué Général de l’Association Française des Marché Financiers (AMAFI)> <16h00 – 16h45 : Table ronde et conclusions du colloque> <17h00 : Départ de la navette vers Cannes>

 

Pour plus de renseignements, envoyez un mail à ospcolloque.economie@gmail.com

S

OUTIENS :

Sur l’Association des Economistes Catholiques : http://aecfrance.new.fr  

Sur l’Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon : www.placedeleglise.fr

Sur l’abbaye de Lérins : www.abbayedelerins.com

 

 

 

 
Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Colloques
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 09:57

Nouvelles dates relatives au séminaire international

Sur

’’Les effets de la mondialisation sur le management des pays en développement’’

 

Les dates clefs du calendrier :

20 septembre  : intention de communication (une page, 3 à 5 mots clefs)  voir la fiche d’inscription, ci-jointe .

1er octobre : réponse aux intentions 

30 octobre : Envoi du texte complet. (16 pages maximum, bibliographie et renvoies, tableaux, tous compris)

10 novembre : Confirmation définitive d’acceptation

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 02:05

Henri Isaac et Pierre Volle participerons le 29 septembre 2011 de 8h30 à 10h à une rencontre sur les enjeux actuels du commerce électronique à l’occasion de la sortie de leur ouvrage : « E-commerce, de la stratégie à la mise en œuvre opérationnelle » (Pearson, 2ème édition, http://www.livre-ecommerce.fr). La rencontre se déroulera dans les locaux parisiens de Rouen Business School (9, rue d’Athènes 75009 Paris).

Lors de cette table ronde animée par Henri Isaac et Pierre Volle, trois responsables e-commerce prendront la parole pour partager leur vision des enjeux actuels du commerce électronique : nouveaux modèles d’affaires multicanaux (places de marché, cross-canal…), stratégies de développement commercial (panier, fréquence d’achat…) et m-commerce.

 

Vous pouvez vous inscrire sur la page  

https://spreadsheets.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=dEdXXzFKR0YxWkwwYk9kNG1YS3UyWGc6MQ

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Conférences
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 11:52

Pour la septième année consécutive, l'équipe de l'ISIS (the Institute for Service Innovation & Strategy), pôle d'excellence de recherche de l'ESSEC, présente son programme d’événements 2011-2012. (téléchargez le programme mis à jour ici)

 

Inscrivez-vous dès maintenant pour les sessions d'octobre à décembre et retrouvez toutes les mises à jour sur notre site web ici.

Revivez également tous nos évènements en vidéo ici.

Suivez notre actualité et celle de l'Innovation en devenant fan de notre page ESSEC-ISIS sur Facebook.

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 07:53

L'INSTITUT DE DROIT DES AFFAIRES

propose pour la rentrée universitaire prochaine une nouvelle formation

DESU

Droit de l’économie Sociale et Solidaire

 

sous la direction de

Jean-Christophe RODA

Maître de conférences à l’Université Paul-Cézanne

Wilfried MEYNET

Avocat aux Barreaux de Marseille et de Luxembourg

Laurent D’HAUTESERRE

Directeur de la CRESS PACA

 

120 heures de séminaires spécialisés, animés par des universitaires et des praticiens de l’Economie Sociale et Solidaire

 

Le terme d’économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de coopératives, mutuelles, associations, syndicats et fondations fonctionnant notamment sur les principes de liberté d’adhésion, de non-lucrativité individuelle, de gestion démocratique et d’utilité collective ou d’utilité sociale du projet.

L’économie sociale et solidaire, pris au sens large représente 1,8 million d’emplois en France et pèse près de 10 % du produit intérieur brut (PIB).

Depuis la dernière crise financière, non seulement il se crée chaque année de plus en plus d’associations, de coopératives ou d’autres structures à but non lucratif mais, de plus en plus d’organismes affichent leur volonté de prendre en compte les principes fondateurs de l’économie sociale et solidaire.

Ainsi, ces différentes structures de l’économie sociale et solidaire, de part l’accroissement de leur nombre et de leur importance vont, dans les prochaines années, avoir un besoin croissance de compétences internes (juristes, directeurs, etc.) ou externes (avocats, services juridiques de structures fédérales, experts-comptables, etc.) qui pourront leur apporter des réponses précises et concrètes aux différentes problématiques juridiques et fiscales qu’elles rencontrent ou rencontreront.

 

Les inscriptions seront ouvertes dès le 20 mai 2011 auprès du Secrétariat de l’I.D.A.

Pour tout renseignements, contacter Sylvie ROUX

Tél. 04 42 17 25 60 sylvie.roux@univ-cezanne.fr

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 12:41

Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a rendu ses conclusions lundi 25 juillet dans le cadre de l’examen annuel de la France au titre de l’article IV des statuts du Fonds.

Le FMI estime que les perspectives économiques de la France sont favorables et prévoit pour 2011 une croissance du PIB de 2%, en ligne avec la prévision du gouvernement, tout en soulignant les aléas que représentent la crise des dettes souveraines dans la zone euro et l’incertitude sur les prix de l’énergie et des matières premières.

Le FMI se félicite de la pertinence et de la crédibilité de la stratégie d’assainissement des finances publiques adoptée par la France, qui trouve le bon équilibre entre soutenabilité budgétaire et soutien à la croissance. Le FMI souligne l’apport à la soutenabilité des finances publiques de la réforme des retraites de 2010. Il invite la France à veiller à contraindre les dépenses de l’ensemble des administrations publiques, notamment des collectivités locales et de la sécurité sociale. Il recommande également de préparer des mesures d’économie supplémentaires pour respecter les engagements de réduction des déficits dans l’hypothèse d’une croissance moins favorable. Le FMI insiste enfin sur l’intérêt d’une règle constitutionnelle comme celle qu’a proposée le Gouvernement pour ancrer la crédibilité de l’ajustement budgétaire à moyen terme.

Le FMI salue la solidité du secteur bancaire français, confirmée par les derniers tests de résistance, et considère que la création de l’Autorité de contrôle prudentiel ainsi que les réformes mises en oeuvre dans ce domaine au niveau européen ont renforcé le cadre prudentiel français. Le FMI appelle à la vigilance sur le niveau des prix immobiliers, qu’il considère comme surévalués et qui pourraient justifier l’introduction de règles macroprudentielles, même si les risques pour la stabilité financière apparaissent aujourd’hui limités. Tout en insistant sur les bénéfices à attendre d’un respect des exigences de Bâle III dès 2013-2014, le FMI salue l’engagement de la France dans les discussions internationales en cours sur la réforme de la régulation financière.

Le FMI souligne l’importance de la poursuite des réformes structurelles en France afin de renforcer la compétitivité, les créations d’emplois et les gains de productivité. Il recommande en particulier de maintenir l’évolution des salaires en ligne avec celle de la productivité, d’accroître la participation au marché du travail et de continuer à renforcer la concurrence dans les secteurs des services. Il salue en particulier les avancées contenues dans la loi de modernisation de l'économie, en matière de télécommunications et dans la nouvelle organisation du marché de l’électricité.

 

Lien vers le rapport

http://www.economie.gouv.fr/files/rapport-FMI-FRA-2011-Art-IV-Staff-Report.pdf

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 08:29

Thomas-Chaudron.jpg

Thomas Chaudron, 37 ans, président du Medef Essonne, vient d’être élu président de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de l'Essonne.

Cet entrepreneur engagé assure ainsi la transition avant la prochaine élection prévue en début d’année prochaine, suite à la démission.

Président du Medef Essonne après avoir été, de 2007 à 2009, président national du Centre des jeunes dirigeants, Thomas Chaudron est également l'auteur d'un rapport pour le ministre du Travail intitulé « Les tiers employeurs ou comment conjuguer compétitivité et responsabilité dans la France du XXIe siècle ». Il entend « faire émerger un nouveau projet avant la fin de l'année ».

On notera son implication pour la création de valeur liée aux individus et moins aux marchés financiers, comme il l’indiquait sur BFM Radio.

Didier Desnus devient premier vice-président et Max Peuvrier, expert-comptable, qui reprendra les rênes de la destinée de la Faculté des Métiers.

 

Composition du nouveau Bureau 

Président : Thomas Chaudron - (catégorie Industrie 0 à 49 salariés)

1er  Vice-président : Didier Desnus - (catégorie Commerce – de 10 salariés)

Vice-président Commerce : Patrick Rakotoson - (catégorie Commerce + de 10 salariés)

Vice-président Industrie : Corinne Loigerot - (catégorie Industrie 0 à 49 salariés)

Vice-président Services : Philippe Lavialle - (catégorie Services – de 10 salariés)

Trésorier : Patrice Cousin - (catégorie Services + de 10 salariés)

Trésorier adjoint : Joseph Nouvellon - (catégorie Services – de 10 salariés)

Secrétaire : Bernard Toulouse - (catégorie Industrie 0 à 49 salariés)

Secrétaire adjoint : Estela de Gouveia - (catégorie Services – de 10 salariés)

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Nominations

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif