Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 18:28

APPEL A CONTRIBUTIONS

 

Diriger une PME

Soucieux de favoriser l'emploi, les pouvoirs publics élaborent et mettent en oeuvre des politiques de soutien à la création et au développement des PME. A côté de ces politiques qui influencent l'activité des PME, le management, c'est-à-dire l’organisation et la conduite des activités, reste essentiel dans l’élaboration et à la mise en oeuvre de la stratégie. Ce management a-t-il des caractéristiques spécifiques ? C'est ce que ce numéro spécial se propose d’examiner en centrant l'attention sur l’activité et les propriétés des dirigeants.

Par-delà leur identification convenue aux entrepreneurs, il s'agit d'examiner dans leur variété les rôles et les activités des dirigeants de PME, mais aussi de s'interroger sur leurs parcours et leurs propriétés sociales et professionnelles. Sont indiqués ci-dessous des thèmes et questions que pourront aborder les contributions au numéro spécial. Si des travaux de sciences de gestion sont attendus sur un tel sujet, les contributions provenant d’autres sciences sociales du travail (sociologie, histoire, économie, droit) seront les bienvenues.

 

Les dirigeants de PME

Les origines et les trajectoires professionnelles des dirigeants de PME ne sont pas homogènes. En outre, il pourrait y avoir une évolution du / des profil(s) des dirigeants de PME, que ce soit sur la longue période historique ou sur les dernières décennies. Dans quelle mesure, cette évolution supposée

des origines et des trajectoires individuelles s’est-elle accompagnée, du point de vue collectif, d’une évolution du syndicalisme patronal et des organisations professionnelles, nationales et locales, des dirigeants de PME. Le statut juridique du dirigeant de PME, les rapports à ce statut et les arbitrages auxquels il conduit pourront par ailleurs être examinés.

 

Le management des PME

Le / la dirigeant(e) de la PME tient une place centrale dans le management de celle-ci. La proximité que la taille de l’entreprise lui permet d’avoir avec son personnel, ou encore la place que peut tenir l’informel quand l’effectif est relativement peu nombreux, invite à s’interroger sur la gestion des ressources humaines qui y est pratiquée. On pourra notamment se demander si ces modes de gestion comportent, ou non, des spécificités, par exemple dans le rapport au droit du travail ?

Du point de vue externe, l’inscription dans des groupes ou chaînes de valeur et les relations avec des acteurs institutionnels, politiques ou de la société civile (pouvoirs publics, syndicats de salariés, associations, etc.) sont une dimension importante de l’activité du / de la dirigeant(e). La variété et la complexité de ces activités conduit à se poser la question des conditions de travail des dirigeants (rémunération, durée du travail) et à s’intéresser à l’accompagnement des dirigeants de PME sous ses différentes formes : recours à des conseils, soutiens publics et privés… Enfin, une préoccupation spécifique aux dirigeants de PME, celle de la reprise et de la transmission des entreprises mériterait d’être examinée.

Les articles doivent permettre de rendre compte de la variété de l'univers des dirigeants de PME. Peut-on dégager des spécificités en rapport avec certains éléments de contexte : âge de l'entreprise, bassin d'implantation, secteur d’activité, degré d’équipement technologique, génération du dirigeant, etc.

 

Modalités de réponse

Les contributeurs sont invités dans un premier temps à proposer une intention d’article de 5 000 à 7 000 signes environ (trois à quatre pages), présentant clairement la question de recherche étudiée, les matériaux utilisés, outils d’analyse mobilisés et résultats attendus. L’appel est bien sûr ouvert aux propositions issues de l’association d’équipes travaillant à partir de méthodes quantitatives et / ou qualitatives. Il est aussi ouvert à des enquêtes sur des pays étrangers, pour saisir les éventuelles spécificités nationales de ces problématiques.

Ces intentions sont à envoyer par courriel, en pièce jointe, à la rédaction de la revue

travail.emploi@dares.travail.gouv.fr et, en copie, à eric.pezet@u-paris10.fr, thomas.amosse@ceerecherche.fr pour le 20 juin 2011 au plus tard. Les auteurs dont les projets seront susceptibles de s’intégrer dans ce dossier thématique devront ensuite envoyer leur article complet pour le 1er décembre 2011.

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Appels à comm.
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 17:43

La mission d’évaluation et de contrôle de la commission des finances, présidée par M. Olivier Carré (UMP, Loiret) et David Habib (SRC, Pyrénées-atlantiques) organise un cycle d’auditions ouvertes à la presse sur le thème des financements extrabudgétaires de la recherche et de l’enseignement supérieur. Les rapporteurs de cette mission sont MM. Alain Claeys (SRC, Vienne), Jean-Pierre Gorges (UMP, Eure-et-Loir), et Pierre Lasbordes (UMP, Essonne).

 

La mission entendra, mercredi 4 mai 2011, en présence des journalistes :

- à 16h15 : M. Ronan Stephan, directeur général pour la recherche et l’innovation du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, accompagné de Mme Catherine Gaudy, adjointe et de M. Alain Neveü, responsable du service « Grands projets immobiliers » ;

- 17h15 : M. Patrick Hetzel, directeur général pour l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle ;

- 18h15 : M. Frédéric Guin, directeur des affaires financières du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 03:49

La journée d'études sur monde des affaires et monde politique à la fin du XIXe siècle, centrée sur les États-Unis, aura lieu vendredi 29 avril à partir de 9h à la Maison de la Recherche de Paris 3, au 5 rue des Irlandais à Paris (5e). Vous y êtes cordialement invités.

Plus d'informations sont disponibles à l'adresse suivante : http://www.ehess.fr/cena/colloques/2011/GildedAge.html

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Conférences
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 12:52

ORGANISATIONNELLE ET sociale ?

 

31 mai, 16 et 28 juin 2011

Paris

 

Animateur scientifique :

Nicole TURBE-SUETENS

Expert auprès de la Commission européenne

 

Ce groupe de travail dressera, à partir des témoignages de chercheurs et d’entreprises, un bilan des premières mises en place du télétravail et permettra de poser des repères pour l’adaptation de l’organisation et des pratiques managériales.

Ouverts à tous les cadres d’entreprise, ce groupe s’adresse particulièrement aux DRH, responsables des ressources humaines, responsables des affaires sociales et directeurs juridiques.

 

Le télétravail apparaît aujourd’hui comme une étape nécessaire pour de plus en plus d’entreprises pour plusieurs raisons : le développement des technologies de l’information et de la communication le permet ; un nombre croissant de salariés le souhaitent au nom d’un meilleur équilibre vie professionnelle/privée et les perspectives d’économies de mètres carrés peuvent y inciter. Enfin, l’intensification de la dématérialisation des processus permet d’introduire plus de flexibilité dans les modes de travail et de rendre les organisations plus agiles.

Après la signature de l’Accord National Interprofessionnel (ANI) en 2005 étendu en 2006, les premières entreprises ont montré que pour réussir la mise en œuvre du télétravail, de nouveaux modes d’organisation sont nécessaires ainsi qu’une évolution des pratiques managériales.

Quels enseignements tirer des premières expériences ?

Sur quelles bases parvenir à un accord pour la mise en place du télétravail dans l’entreprise et prévenir des risques juridiques ?

Comment adapter les pratiques managériales aux équipes virtuelles ?

 

Mardi 31 mai 2011

Quels enseignements tirer des premiers accords et réalisations ?

14h30 – 17h45

 

Gérard VALENDUC

Codirecteur

Centre de recherche « Travail & Technologies »

Chargé d'enseignement

Facultés Universitaires de Namur

 

Eric COUTE

Responsable corporate télétravail/mobilité

RENAULT

 

Virginie CHEVALLARD

Chef de Projet Télétravail

GBU FRANCE

 

Les accords ont mis en évidence plusieurs points essentiels : le télétravail ne peut s’appliquer à tous les salariés et ne se pratique de préférence pas à plein temps. Par ailleurs, aboutir à un télétravail efficient demande un temps d’adaptation, c’est pourquoi il est utile de commencer par un pilote avant de déployer plus largement le dispositif dans de bonnes conditions.

A quelles conditions ce mode d’organisation peut-il se révéler bénéfique tant pour les salariés que pour l’entreprise ? Comment définir les catégories de salariés et d’entreprises concernées par le télétravail ? Quelles modalités organisationnelles et matérielles retenir depuis la mise en place du pilote à la mise en œuvre de cet aménagement du travail ?

 

 

Jeudi 16 juin 2011

La mise en place du télétravail : sur quelles bases négocier et comment déjouer les risques juridiques ?

 

9h30 – 13h00

 

Christine BAUDOIN

Avocat associé

Cabinet Lmt Avocats

 

BernaRD JARRY-LACOMBE

Secrétaire national

CFDT Cadres

 

Philippe RUSSO

Directeur des ressources humaines

HEWLETT PACKARD

 

La mise en œuvre du télétravail dans une entreprise passe par la signature d’un accord avec les syndicats qui, confrontés à la réalité des affaires et l’évolution des métiers, en sont souvent devenus des moteurs.

Quels sont les dangers de la pratique du télétravail en l’absence d’accord ?

Quelles sont les bonnes conditions pour négocier avec les partenaires sociaux et quels sont les points indispensables à la mise en place d’un accord ?

Comment pallier les risques juridiques (indemnités d’occupation, accidents du travail, régime d’assurance, contrôle à distance etc.), en l’absence de loi et avec une jurisprudence balbutiante ? Quelles évolutions juridiques pour demain ?

 

 

Mardi 28 juin 2011

Comment faire évoluer l’organisation et le management pour un télétravail efficient ?

 

9h30 – 13h00

 

David AUTISSIER

Maître de conférences

UNIVERSITE PARIS XII

 

Marc THIOLLIER

Directeur général

ACCENTURE

 

Fabrice THEVAUX

Chargé du bureau de la politique de l’emploi et du développement des ressources humaines

Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie

 

Le télétravail, du fait de la distance, bouleverse les manières habituelles de procéder. Il exige tout à la fois une gestion par objectifs, la confiance réciproque, l’autonomie des salariés et de nouvelles formes de collaboration. Autant d’éléments qui conduisent à revoir les pratiques managériales et la gestion des ressources humaines.

Comment préparer et accompagner le télétravailleur dans un mode d’organisation inédit pour lui ? A quelles conditions le manager peut-il maintenir le lien collectif et continuer à dynamiser son équipe pour la bonne fin des projets ? De quelle manière la DRH est-elle amenée à redéfinir son rôle pour permettre le succès de cette nouvelle organisation du travail ?

 

 

Présentation des chercheurs

 

Nicole TURBE-SUETENS a dirigé deux consortia internationaux ; l'un avec cinq pays de l'Europe de l'Est et Centrale entre 2001 et 2003 concernant le transfert de méthodologie pour la mise en place du télétravail et l'autre avec l'Inde et les pays nordiques de 2006 à 2008, au sujet de l'emploi des seniors et des technologies collaboratives. Elle est actuellement impliquée, comme expert, dans un projet dont l'objet est de faire des recommandations à la Commission européenne et au gouvernement indien en vue d'harmoniser les programmes de recherche dans quatre secteurs d'application des TIC.

Gérard VALENDUC est codirecteur du Centre de recherche Travail & Technologies de la Fondation Travail-Université (FTU) et professeur à l’Université de Namur (FUNDP, faculté d'informatique) et à l’Université de Louvain-la-Neuve (UCL, école de communication). Il s'est spécialisé dans la recherche sur la dimension humaine et sociale des changements technologiques et sur la sociologie des sciences et des techniques. Ses recherches et publications concernent les mutations du travail liées à la diffusion des technologies de l'information et de la communication, l’exclusion et l’inclusion numériques, les relations entre technologie et société, l'innovation au service du développement durable.

David AUTISSIER est maître de conférences à l’Université Paris XII. Il enseigne le contrôle de gestion, les systèmes d’information, le management du changement et de la transformation. Ses travaux se font en collaboration avec les entreprises auprès desquelles il réalise des démarches d’intervention et de recherche-action. Il est l’auteur de nombreux ouvrages en particulier sur la conduite du changement et sur le management. 

 

Retrouvez l’ensemble des activités de l’Anvie sur le site www.anvie.fr

 

Les entreprises adhérentes

ADP, Auchan, Banque de France, BNP Paribas, Caisse des Dépôts et Consignations, CNP Assurances, Covea, EDF, GDF Suez, Ineo, Lafarge, Laser Cofinoga, Maaf, Michelin, MMA, NGE, La Poste, Primagaz, RATP, Renault, Rhodia, RFF, RTE, Saint-Gobain, SFR, SNCF, Spie, Total.

 

 

Pour les conditions générales d’inscription, voir le bulletin ci-joint

Pour tout renseignement, contactez

Didier DAVILLARS Tél : 01 42 86 68 90

didier.davillars@anvie.fr

 

Anvie, 2, rue des Moulins, 75001 Paris

Tél : 01 42 86 68 80 – Fax : 01 42 86 58 90 www.anvie.fr

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Conférences
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 17:33

Colloque à Sherbrooke - Évolutions des modèles d'affaires de la sphère financière : pour quelles performances ?

 

Responsables

Michel ROUX, Université Paris 13, France

Andrée DE SERRES, UQAM

 

La rupture décisive tient à la dématérialisation de l'argent, des opérations, et aux outils de la relation à distance que sont le téléphone d'abord, Internet et le portable ensuite. La banque n'est plus dans l'agence, et l'agence n'est plus la banque; nous sommes encore sous le coup de cette révolution, dont nous ne voyons sans doute que les premiers aspects. Il est possible de tracer, à partir de ces évolutions, des lignes et des tendances, de faire apparaître des logiques, qui permettent d'expliquer ce qui se passe et de prévoir les grandes tendances à venir. L'évidence veut, en 2011, que de sérieuses incertitudes pèsent sur l'avenir de la banque de proximité et sur la sphère financière, en général. D'abord parce que les contrastes entre régions et nations grandissent; ce n'est pas seulement que les États-Unis ont choisi majoritairement de financer leur économie par le marché financier, alors que l'Europe continentale reste attachée au financement par intermédiation bancaire, c'est qu'au sein même de l'Europe, les situations divergent. Les perspectives de la mise en place d'un modèle unique, l'horizon de la convergence des systèmes, les illusions paneuropéennes, s'éloignent rapidement. Ensuite, parce que la perspective du déclassement européen, agitée par certains auteurs, a pris une crédibilité certaine depuis la crise économique, et pose à la banque de détail une question sans réponse; elle était fondée sur la hausse du niveau de vie, du pouvoir d'achat, de la capacité d'épargne et d'endettement de la population, que se passe-t-il pour elle si cette hausse devait durablement s'interrompre? L'expérience des facturations sanction, des exclus du compte bancaire et autres interdits de compte illustre la grande difficulté de la banque à traiter des publics différents. La question se pose également pour l'assurance et pour les mutuelles de santé. Ce colloque s'efforce de soulever la question du principe et des enjeux de nouveaux modes de gouvernance.

 

Sessions

Mardi 10 mai 2011

 

Mot d'ouverture

09:00 - 09:40 – Présidence/animation : Andrée De Serres, UQAM

 

Communications

09:00

Andrée DE SERRES, UQAM

Michel ROUX, Université Paris 13, France

Mot d'ouverture

 

09:10

Claude BÉLAND, Mouvement Démocratie et citoyenneté

Modèles d’affaires de la sphère financière : pour qui ? et pour quoi ?

Évolution de la mesure de la performance fiduciaire et ESG des institutions financières

 

09:40 - 10:30 – Présidence/animation : Michel Roux, Université Paris 13, France

 

09:40

Inmaculada BUENDIA MARTINEZ, Non applicable

Les institutions financières non visées par la loi C8: une analyse comparative de contenu entre les banques et les coopératives

 

10:10

Lovasoa RAMBOARISATA, UQAM

Analyse institutionnelle de la stratégie de responsabilité sociale d'entreprise (RSE) des institutions financières coopératives

 

10:30

Pause

 

Les fondements de la performance sociale

 

10:45 - 11:15 – Présidence/animation : Andrée De Serres, UQAM

 

Communications

10:45

Josiane Lise MABOPDA FOKA, UQAM

La performance sociale en micro assurance

 

11:00

Ricardo CUEVAS MORENO, UQAM

La performance sociale de l’entreprise. Un cadre théorique basé sur la praxis des entreprises

Diversité des mesures de performances des Institutions financières

 

11:15 - 12:30 – Présidence/animation : Claude Béland, Mouvement Démocratie et citoyenneté

 

Communications

11:15

Diane GIRARD, HEC Montréal

Laurence GIALDINI, Université Catholique de Lyon

Culture organisationnelle, pratique et gestion des risques dans le secteur financier: un état des lieux

 

11:30

Andrée DE SERRES, UQAM

Lovasoa RAMBOARISATA, UQAM , Josiane Lise MABOPDA FOKA, UQAM

La divulgation des risques fiduciaires, ESG et éthiques des banques canadiennes : une analyse rétrospective de 1999 à 2009

 

11:50

Jean-Noel ORY, Université Nancy 2

Évaluation de la gouvernance et de la performance des groupes bancaires coopératifs

 

12:10

Christine MARSAL, Université de Bourgogne

Quelles spécificités du management des banques mutuelles ? une étude comparée du poste de directeur d’agence dans les principales banques françaises

 

12:30

Dîner

 

Évolution de la gouvernance et des modèles d’affaires

 

14:00 - 15:00 – Présidence/animation : Bernard Demontmorrillon, Université Paris Dauphine

 

Communications

14:00

Jean-Noel ORY, Université Nancy 2

Mireille JAEGER, Université Nancy 2 , Andrée DE SERRES, UQAM

Une analyse néo-institutionnelle du processus de normalisation de la gouvernance des banques coopératives : vers un modèle dominant de type actionnarial?

 

14:20

Louise CHAMPOUX-PAILLÉ, MEDAC

La rémunération des hauts dirigeants : pour quelle performance…

 

14:40

Afef BOUGHANMI, Université Nancy 2

Gouvernance d’entreprise et développement financier: étude économétrique du cas français

 

15:00

Pause

 

Les leçons de la crise

 

15:20 - 16:40 – Présidence/animation : Jean-Noel ORY, Université Nancy 2

 

Communications

15:20

Andrée DE SERRES, UQAM

Lendemain de crise et bras de fer entre banques et régulateurs : échec et mat aux institutions financières ?

 

15:40

Bernard DEMONTMORRILLON, Université Paris Dauphine

Analyse de la gouvernance des banques coopératives françaises : quelques enseignements à retenir de la crise

 

16:00

Michel ROUX, Université Paris 13, France

Sortie de crise ou crise de la sortie : quelles leçons pour les banques françaises

 

16:20

Période de questions

 

Synthèse de la journée

 

16:40 - 17:00 – Présidence/animation : Michel Roux, Université Paris 13, France

 

Communication

16:40

Michel ROUX, Université Paris 13, France

Andrée DE SERRES, UQAM

 

Synthèse de la journée

Lancement du livre : La banque au détail, collectif d’auteurs sous la direction de Michel Roux. Eska, Paris 2011

 

17:00 - 17:30

Cocktail

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Colloques
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 13:23

L'efficacité des pratiques de gestion des organisations et leur légitimité constituent deux questions d'actualité notamment parce que la gestion instrumentale rigoureuse conçue auparavant comme un gage de prospérité est aujourd'hui dénoncée comme la source de maux profonds. La journée de recherche L@REM permet d'interroger les notions de performances et de repenser les pratiques en finance, gouvernance, entrepreunariat, management, etc. Ainsi, cette journée permettrait d'explorer certaines pistes qui offrent une alternative aux pratiques de gestion traditionnelles permettant de gérer autrement les organisations de sorte que l'on restaure leur légitimité et que l'on concilie celle-ci avec la performance. En particulier, nous nous intéressons à l'évolution de la fonction financière et de la finance durable, aux entreprises familiales ainsi qu'aux pratiques renouvelées de management. Nous conclurons sur les pistes pour repenser la formation à l'encadrement qu'impliquent ces nouvelles perspectives.

http://www.univ-evry.fr/larem
Appel à communication

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Appels à comm.
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 13:23

Entreprises et profits ­ Etudes de cas

Le profit dans les PME, perspectives historiques, 19e ­ 20e siècles

 

Pendant longtemps, les historiens se sont intéressés au profit dans les grandes entreprises et les secteurs industriels considérés comme stratégiques pour l'industrialisation (sidérurgie, automobile, industrie électrique, etc.), ce phénomène a souvent été favorisé par la disponibilité d'archives de grands groupes. À l’opposé, l'analyse du profit dans les PME est restée à l'état embryonnaire et les approches existantes portent rarement sur plusieurs pays et différents secteurs. Ces dernières années, de nombreuses monographies ou travaux thématiques ont commencé à combler cette lacune, toutefois, les résultats de ces recherches restent disséminés et très peu de travaux analysent cette problématique d'un point de vue global ou transnational.

L'objectif du présent projet est de lancer une réflexion sur le profit dans les PME dans une perspective internationale qui doit aboutir à un livre collectif. Cet ouvrage pourra s’appuyer sur les exemples français, suisses et scandinaves marqués par le rôle crucial des PME dans le décollage économique. Mais il ne néglige pas pour autant le monde anglo-saxon où ce type de structure semble sous-estimé. Enfin, les cas plus récents de l’Allemagne, du Japon, de l’Italie et de l’Espagne, voire de la Chine, offrent également de belles pistes de réflexion autour du thème du profit.

Les propositions de communication peuvent couvrir différents champs d’étude et adopter diverses méthodologies. Elles peuvent aborder la thématique de l'analyse des profits sous un angle théorique ou méthodologique (comment analyser le profit, quels outils construire et utiliser, quelles sources utilisées ­ sources d'entreprises et sources externes, comment établir des comparaisons entre secteurs et entre entreprises ?, etc.). Des études de cas peuvent également être proposées, dans divers types de PME et divers secteurs. Nous invitons aussi les chercheurs à se pencher sur des thématiques classiques, telles que l'analyse du profit dans les entreprises familiales, mais nous les invitons à traiter ces thématiques sous de nouveaux angles. Par exemple, en étudiant les questions de risques et de profits, dans les secteurs du luxe et de la mode. Les perspectives par secteurs sont vivement encouragées, est-ce que la notion de profit est identique dans des entreprises de bien de consommation ou dans des entreprises d'équipement ? Enfin, l'approche devrait aussi favoriser des angles particuliers, tels que les stratégies personnelles des entrepreneurs ou des managers.

De plus, l’analyse du profit concernera son utilisation et sa répartition.

Que devient le profit ? Quelles sont les parts prélevées par les actionnaires, par les cadres salariés ? Quelles sont les parts consacrées à l'autofinancement ? Aux ouvriers ? Comment les entrepreneurs camouflent-ils le profit ? Quelles sont les stratégies de gestion de l'inventaire et de l'amortissement. Enfin, la question peut aussi aborder les plans comptables, notamment pour les pays où ils ne sont pas imposés. La question du calcul du profit et de la rentabilité, liée ou pas à l'introduction de nouvelles méthodes comptables (comptabilités industrielles) peuvent aussi faire l'objet d'analyses.

 

Seules seront prises en compte les communications qui s'attachent à traiter le sujet de manière très précise.

Les langues du livre sont le français, l'anglais et l'allemand.

 

Calendrier :

L’appel à contribution est ouvert jusqu’à fin mai 2011 avec confirmation fin juin 2011. Les textes devront être remis le 30 novembre 2011 et la publication aura lieu en septembre 2012. Selon les possibilités, deux journées d'études seront organisées aux Universités de Toulouse et de Neuchâtel en janvier-février 2012.

Les chercheurs sont invités à soumettre un papier d'une page, présentant le projet, accompagné d'une courte biographie. Les articles devront comprendre 30'000 à 40'000 signes, notes et espaces compris. Pour les personnes qui s’inscrivent des indications rédactionnelles plus précises seront transmises ultérieurement.

 

Contacts :

Veuillez envoyer votre proposition d’article à l’une des deux adresses

ci-dessous.

 

Alain CORTAT

Collaborateur scientifique

Institut d¹histoire

Université de Neuchâtel

alain.cortat@unine.ch

++41 79 3 907 607

 

Jean-Marc OLIVIER

Professeur d'histoire économique contemporaine

Directeur du laboratoire CNRS Framespa

Université de Toulouse

jean-m.olivier@wanadoo.fr

(0)5 61 50 36 32

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Appels à comm.
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 13:23

Le Professeur Jean-Christophe Graz de l’Université de Lausanne, nous transmet l’appel paru ce jour dans Le Temps pour un renouvellement de l'enseignement et de la recherche dans le domaine de l'économie et de la finance. Pour vous joindre à cet appel, vous pouvez consulter le site suivant: http://www.responsiblefinance.ch/appel

 

Jean-Christophe Graz

Professeur de relations internationales

Centre de recherche interdisciplinaire sur l'international (Crii)

IEPI/SSP

Université de Lausanne

CH - 1015 Lausanne

Tel.: + 41 21 692 31 78

www.unil.ch/iepi/crii

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 06:05

Organisateurs des Etats généraux de l’économie sociale et solidaire, sous la présidence de Claude Alphandéry, nous accueillerons des milliers de personnes au Palais Brongniart les 17, 18 et 19 juin prochain pour présenter l’économie sociale et solidaire au grand public.

Pour cette occasion, nous serions intéressés de recevoir un ou deux historiens de la Bourse qui feraient des visites historiques et dynamiques de la Bourse (dans le Palais, il y a un lieu de reconstitution historique avec la Corbeille, des cabines de change, etc.)

Nous ne sommes pas en mesure de payer les intervenants, mais nous pouvons défrayer les repas.

 

N’hésitez pas à prendre contact avec :

Sabine GAGNIER

p/ le Labo de l’ESS

Tel. 06.81.10.34.24

sabine@lestraverses.fr

www.lelabo-ess.org

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Postes à pourvoir
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 05:27

plus de 700 propositions recueillies sur le terrain

auprès des entrepreneurs

 

Les assises de la simplification pour les PME se sont déroulées au premier trimestre 2011. En deux mois, les correspondants PME mis en place le 26 janvier dernier par Frédéric LEFEBVRE, secrétaire d’Etat chargé des Petites et moyennes entreprises, ont réalisé 548 immersions auprès d’entrepreneurs pour recueillir leurs propositions de simplification. Ces propositions ont été débattues entre entrepreneurs, administrations, réseaux consulaires et fédérations professionnelles, au cours d’Assises régionales de la Simplification dans chacune des 22 régions françaises.

Frédéric LEFEBVRE tiendra le 29 avril les Assises nationales organisées au Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie qui donneront le coup d’envoi à un plan de simplifications pour les PME, les artisans, les commerçants et les professions libérales.

A ses cotés, les co-présidents des Assises, Jean-Luc WARSMANN et Jean-Michel AULAS rendront compte des nombreuses contributions soumises depuis le mois de janvier.

Cette journée qui réunira plus de 500 professionnels - entrepreneurs, fédérations professionnelles, économistes, experts etc., permettra de synthétiser, de hiérarchiser et de prioriser les propositions de simplification. Frédéric LEFEBVRE présentera notamment les contours du projet de coffre fort numérique qui vise à simplifier les démarches administratives des entreprises qui doivent en effet renseigner jusqu’à 70 questionnaires en partie redondants.

Grâce à une collaboration innovante entre Gouvernement, Parlement et entreprises, les Assises de la simplification aboutiront à un plan d’action qui sera annoncé lors de cette journée et qui sera opérationnel dès l’été 2011.

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif