Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 05:04

A la veille du XIIIe Sommet de la Francophonie à Montreux, le rapport annuel du Gouvernement au Parlement sur l'emploi de la langue française dresse un panorama de la situation du français en France.

Dans le rapport sur l'emploi du français qu'il vient d'adresser au Parlement, la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (ministère de la Culture et de la Communication) fait le point sur la place de notre langue dans de nombreux secteurs de la vie économique, sociale et culturelle.

A côté de motifs de satisfaction dûs à la vigilance exercée par l'administration sur le respect de la loi du 4 août 1994 (12,4% d'infractions, pour l'essentiel de faible gravité, dans le domaine de la consommation, 4% de publicités ne respectant par les dispositions légales), le rapport fait apparaître quatre domaines où les enjeux sont cruciaux pour l'avenir du français :

- les entreprises où, malgré une jurisprudence récente qui conforte le droit des salariés à travailler dans leur langue, une forte pression s'exerce pour y accroître l'usage de l'anglais : la mise en place de stratégies linguistiques conciliant le respect du droit au français et la nécessité de renforcer les compétences en langues des salariés constitue une voie prometteuse dans laquelle s'engagent un certain nombre d'entreprises ;

- la recherche scientifique, où des politiques de traduction et d'interprétation sont à même de faciliter l'expression d'une pensée en français, notamment dans les sciences humaines et sociales, et d'en assurer la diffusion dans la communauté scientifique mondiale ;

- l'enseignement supérieur, pour lequel l'emploi du français, avec les souplesses que permet déjà notre cadre légal, constitue pour de nombreux étudiants étrangers un puissant facteur d'attractivité ;

- l'internet, avec la montée en puissance de l'internet mobile et le développement des réseaux sociaux : la généralisation des normes d'encodage des caractères les plus récents et la réalisation d'une norme technique pour les claviers français sont des actions d'urgence à conduire pour que le français conserve sa place sur la Toile.

Avec 9,5% de jeunes en difficulté de lecture sur le territoire métropolitain (où l'on constate une légère baisse) mais 34,9% en outre-mer (le chiffre est en nette augmentation), notre pays doit par ailleurs renforcer sa politique interministérielle de lutte contre l'illettrisme en direction des jeunes comme des adultes.

Les Etats généraux de l'outre-mer ont souligné la nécessité de mieux coordonner les politiques publiques consacrées à la langue : la valorisation du patrimoine linguistique régional et l'apprentissage du français en constituent les deux piliers. Organisés en décembre 2010 en Guyane, les Etats généraux du multilinguisme dans les outre-mer constitueront le point d'orgue de l'Année des outre-mer français.

Le recul de la langue française au sein des institutions de l'Union européenne s'accentue.

Pour la première fois, le français est passé sous la barre des 10% (8,32%), s'agissant de la « langue source » des documents traduits par la Commission européenne. Le multilinguisme est davantage respecté au Parlement européen.

Les autorités françaises, le représentant personnel du Président de la République pour la Francophonie et l'Organisation internationale de la Francophonie unissent leurs efforts pour conforter la place du français dans la vie internationale.

Le rapport fait cette année le point sur la situation du français au Maghreb, où la langue française est chargée d'un fort affect : langue de culture et d'échanges, son enseignement et sa diffusion - qui manifestent dans l'ensemble une remarquable vitalité - sont très liés aux relations avec la France.

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 19:25

Rapport CDHSS : des conclusions souvent trop généralistes qui mériteraient une étude plus approfondie de chaque filière

 

Mercredi 13 octobre 2010, le Conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales (CDHSS) a remis à Valérie Pécresse son rapport final "Pour des sciences humaines et sociales au cœur du système d’enseignement supérieur et de recherche". Le 18 mai dernier, l’UNEDESEP, par le biais de Promotion et Défense des Etudiants, avait été auditionnée par ce comité pour apporter son expertise sur les filières qu’elle représente.

Face à la diversité des formations du secteur des Sciences Humaines et Sociales, l'UNEDESEP regrette qu'une étude plus précise des problématiques inhérentes à chaque filière n'ait pas été faite, en particulier pour les formations Sciences Sociales – Droit, Sciences Economiques et Gestion, AES et Sciences Politiques – qui contrairement aux Sciences Humaines, ne sont que partiellement étudiées par le rapport.

 

Quatre thèmes abordés par le rapport ont particulièrement retenu notre attention.

 

Une Licence plus généraliste

L'UNEDESEP soutient la proposition d'une première année plus généraliste, ce qui suppose de repenser la propédeutique en Licence. Elle serait également l'occasion pour l'étudiant de pouvoir s’orienter plus facilement via des systèmes de passerelles, diminuant le taux d'échec en Licence dû à une mauvaise orientation.

La mise en place du Plan Réussite en Licence a relancé les débats en matière de formation et de pédagogie, ce qui était nécessaire pour les formations en SHS.

L'UNEDESEP rappelle cependant qu'il est impératif que les établissements développent en parallèle des indicateurs fiables vis-à-vis des dispositifs existants en Licence, pour avoir des retours précis sur les bonnes pratiques mises en place. Or, la création de ces indicateurs, véritables outils de pilotage d’une stratégie de formation, demeure exceptionnelle.

 

La mission d'orientation et d'insertion professionnelles des universités

L'UNEDESEP salue l'intérêt que les membres du Conseil ont porté sur les questions de l'orientation et l'insertion professionnelle, talon d'Achille des formations en SHS.

L'UNEDESEP souligne la nécessité de rendre les formations cohérentes avec le tissu socio-économique de la région. Ceci est d’autant plus nécessaire que la mise en place des PRES fait naître des logiques de régionalisation, en particulier pour les formations en AES dont les débouchés professionnels dans les collectivités territoriales et dans les entreprises régionales sont les plus importants.

Enfin, il est nécessaire que dès la Licence 2, les formations en SHS offrent à l'étudiant tous les outils pour s'adapter de manière autonome à son métier alors que la société contemporaine est en perpétuelle transformation. L'UNEDESEP suggère la mise en place durant la Licence, d'un module obligatoire, consistant à effectuer un travail de recherche et de démarches professionnelles, pour l'établissement d'un projet fictif ou d'un mémoire, sanctionné par un jury regroupant des enseignants et des professionnels.

 

La recherche

L'UNEDESEP, comme le préconise le rapport, encourage la professionnalisation des doctorats. Ceci peut prendre la forme de stages inclus dans la formation ou par la multiplication de doctorats en partenariat avec les groupes de recherches des entreprises privées comme pour les conventions CIFRE par exemple.

 

L'évaluation des formations en SHS

L'évaluation des formations apparaît aujourd'hui comme un gage de reconnaissance de la qualité de la formation pour l'étudiant, mais aussi pour son employeur. À ce titre, il est nécessaire que les rapports délivrés par l'AERES soient davantage visibles des étudiants et des professionnels. L'UNEDESEP demande à ce que les notations AERES soient jointes aux maquettes de présentation des formations.

Enfin, le rapport ne traite pas du rôle primordial que les associations étudiantes peuvent jouer sur les campus et en parallèle des formations en SHS. Elles pourraient pourtant accompagner certaines propositions pertinentes du rapport telles que l’acquisition de compétences utiles pour l'insertion professionnelle, la participation à la création d'associations d'anciens, l’aide aux étudiants en SHS à la prise de conscience de la variété des débouchés qui s'offrent à eux, … .

Dans ce contexte, l'UNEDESEP souhaite que l'engagement dans les associations étudiantes en SHS soient davantage encouragé et reconnu par le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche au niveau national, mais aussi par les directeurs d'UFR et les présidents des Universités concernées au niveau local.

 

Alexis DEBORDE

Etudiant à l'Université Paris-II

Président de l'UNEDESEP

presidence@unedesep.fr
06 42 98 77 25

Pour plus d'informations: www.unedesep.fr

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Actu de gestion
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 19:25

Télécom Ecole de Management, Télécom SudParis, l’Ensiie et l’Université d’Evry-Val-d’Essonne lancent leur Mastère Spécialisé

 

M2IE : Management de l’Innovation, Intrapreneuriat et Entrepreneuriat

 

Accrédité par la Conférence des Grandes Ecoles (CGE), cette formation de haut niveau sera enseignée conjointement par quatre établissements membres du Pôle Scientifique d’Evry Vals de Seine : Télécom Ecole de Management, Télécom SudParis, l’Ecole nationale supérieure d’informatique pour l’industrie et l’entreprise (Ensiie), et l’Université d’Evry-Val-d’Essonne. Les inscriptions sont ouvertes pour une rentrée prévue  en janvier 2011.

 

Accompagner le développement du bassin économique d’Evry centrée sur les NTIC et les biotechnologies. Le Mastère Spécialisé M2IE (Management de l’Innovation, Intrapreneuriat et Entrepreneuriat) a pour but de favoriser la création d’entreprises et d’accompagner le développement des PME innovantes dans le bassin économique d’Evry centré sur les NTIC et les biotechnologies. Il est donc soutenu par de nombreux partenaires : les entreprises innovantes, les collectivités territoriales et les structures œuvrant au développement économique local (Bioparc Genopole, l'Agence pour l'Economie en Essonne, Opticsvalley, la Fédération SYNTEC, la CGPME Ile de France, AGEFA-PME et l’association FIPES).

 

120 000 euros de bourses réservés aux doctorants. Les créateurs et partenaires du Mastère Spécialisé M2IE ont prévu de verser 120 000 euros de bourse aux doctorants qui suivront la formation, permettant ainsi la prise en charge partielle ou intégrale d’une dizaine de participants.

 

A qui s’adresse le MS M2IE ?

§         aux doctorants, qui pourront prendre conscience des possibilités et opportunités que leur donne leur projet de thèse, valoriser leur insertion professionnelle en tant que cadre ou entrepreneur, et se préparer à l’accompagnement de grands projets innovants.

§         aux cadres en activité, pour compléter leurs acquis et leur permettre d’évoluer rapidement vers des fonctions de haut niveau dans l’accompagnement de projets innovants dans l’entreprise.

§         aux jeunes diplômés de formation scientifique, pour acquérir des compétences spécialisées dans le domaine du management en vue d’intégrer un premier poste à responsabilité.

 

420 heures de cours et la mise en œuvre d’un projet d’activité réel

Les participants suivront des matières telles que : Gestion de projets innovants, Stratégie d’entreprise et Management, Environnement juridique de l’innovation, Ingénierie Financière, Marketing & Business Développement, Technologie & Entrepreneuriat. Ils pourront choisir entre 2 modules de spécialisation : Management des Biotech ou Management des NTIC. Ces spécialisations incluent la mise en œuvre d’un projet d’activité réel au contact des acteurs économiques et scientifiques locaux.

 

Informations pratiques

§         Frais de scolarité : 10 000 euros.

§         Gratuit pour les doctorants, sous condition.

§         Le programme peut être dispensé en alternance sur 24 mois.

§         Conditions d’admission : doctorant, diplômés bac+5,  bac+4 avec 3 ans d'expérience professionnelle.

 

Inscription et renseignements

Olivier Epinette, Directeur des Programmes Spécialisés de Télécom Ecole de Management

Coordonnées : olivier.epinette@telecom-em.eu ½ (+33)1 60 76 47 52

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 19:25

Colloque scientifique sur le thème « Penser les échanges commerciaux autrement  »

 

Sous le haut patronage du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Les 17 et 18 novembre 2010

NEGOCIA – 8 avenue de la Porte de Champerret – 75017 Paris

 

La mondialisation et récemment la crise modifient les manières de négocier. Entreprises, Etats, organisations régionales et internationales, participent aux relations commerciales internationales. L’arène de la négociation, et plus particulièrement de la négociation commerciale, est de plus en plus complexe. Les règles du jeu sont à repenser dans chaque contexte géopolitique. Les entreprises, en se développant à l’international, doivent s’adapter en permanence à d’autres systèmes économiques, juridiques, sociaux et culturels. Le risque de conflit est omniprésent. Pour éviter le recours aux tribunaux, les solutions alternatives de règlement des différends commerciaux (médiation, transaction, arbitrage…) se développent.

 

Ces évolutions conduisent à s’interroger sur la nécessité de concevoir les échanges commerciaux autrement. Comment maîtriser ces nouvelles règles du jeu et tirer parti au mieux de ces formidables opportunités dans une économie mondialisée ?

C’est le thème de cette édition de la Biennale internationale de la négociation commerciale, colloque scientifique qui réunit plus de 250 participants (experts, entreprises, enseignants, chercheurs et praticiens), représentant une vingtaine de nationalités.

 

De nombreuses personnalités interviendront, dont (par ordre alphabétique):

 

Christian de Boissieu, économiste français et président du Conseil d’analyse économique (CAE),

Philippe Houzé, Président du Directoire du Groupe Galeries Lafayette et Président du Conseil d’établissement de NEGOCIA,

Patrick Low, économiste en chef à l’OMC,

William Zartman, Politologue américain, directeur des programmes de gestion des conflits, Université John Hopkins (Etats-Unis)

 

  

La réflexion sera orientée autour de 4 axes : négociation et relations interentreprises,  négociation et commerce international, gestion des conflits et entreprises, business diplomacy et résolution des conflits politiques.

 

Doudou Sidibé

Chef de projet scientifique de la Biennale internationale de la Négociation commerciale

Email : dsidibe@advancia-negocia.fr

 

Inscriptions public : www.negocia.fr

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Colloques
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 19:25

LE nouveau RDV pour l’Innovation

le 10 novembre 2010 à Toulouse

La 1re édition de Jeni, LE 1er congrès français des Jeunes Entreprises Innovantes, se déroulera le mercredi 10 novembre prochain à Toulouse.

Ce nouveau RDV arrive à un moment clé de l’avenir des JEI, dont le statut est aujourd’hui remis en cause par le projet de loi pour 2011, annoncé début octobre.

Initié par l’association JEInnov*, ce nouveau rendez-vous a pour vocation de rassembler dirigeants de JEI – Jeunes

Entreprises Innovantes –, investisseurs, organismes accompagnateurs, collectivités,… afin de créer une communauté soudée, montrant que les JEI jouent un rôle essentiel dans le développement économique français.

Jeni, un lieu privilégié pour :

- Permettre à la communauté des Jeunes Entreprises Innovantes d’échanger avec des partenaires, de construire un futur ensemble, de rayonner et de consolider leur image ;

- Donner envie aux partenaires et aux investisseurs d’accompagner cette nouvelle génération avec efficacité et succès.

De nombreux hommes politiques (interventions vidéos de Nathalie Kosciusko-Morizet et René Ricol), experts (André Choulika - Président de France Biotech, Alain Costes - Président du Conseil scientifique de la Fondation Innabiosanté…), dirigeants d’entreprise (François Mazon - Directeur du Développement de Linagora, Richard Seurat - Senior Vice-Président d’Olmeto Capital) ainsi que de nombreux investisseurs (François Lainée - Auriga Partners, le Club des Investisseurs du Pôle Cancer-Bio-Santé…) seront présents.

Les + :

- Tous les inscrits auront accès au premier réseau social en ligne dédié aux jeunes entreprises innovantes. Son but ? créer de la dynamique, tisser des liens et favoriser les débats avant et après le congrès.

- Les grandes tendances technologiques des 10 prochaines années seront abordées par des experts qui se pencheront sur 4 grands thèmes : la biotechnologie, l’énergie, la nanotechnologie et les TIC.

JEI, un statut aujourd’hui menacé

 

Le statut de JEI est remis en cause par le projet de loi de Finances 2011 annoncé début octobre. Ce RDV est donc essentiel pour défendre le statut de Jeune Entreprise Innovante, vital pour la création et la survie des entreprises représentant l'avenir de l'économie française.

 

Informations pratiques

Le Congrès des Jeunes Entreprises Innovantes - 1re édition

Le 10 novembre 2010

Stade Ernest Wallon

114 Rue des Troènes– 31200 TOULOUSE

Plus d’informations sur www.congres-jeni.com

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Colloques
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 19:25

Colloque réunissant plus de 250 participants (experts, entreprises, enseignants, chercheurs et praticiens) de 20 pays organisé par NEGOCIA, grande école de la CCIP, en novembre prochain.

A noter cette année : la participation de Patrick Low, économiste en chef à l’OMC.

Thème de cette édition : « Penser les échanges commerciaux autrement »

La mondialisation modifie les manières de négocier. De plus en plus d'acteurs interviennent dans les relations commerciales internationales. L’arène de la négociation commerciale est de plus en plus complexe. Les règles du jeu sont à repenser dans chaque contexte géopolitique. Les entreprises, en se développant à l’international, doivent s’adapter en permanence.

Ces évolutions conduisent à s'interroger sur la nécessité de concevoir les échanges commerciaux autrement.

Comment maîtriser ces nouvelles règles du jeu et tirer parti des opportunités dans une économie mondialisée ?

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Colloques
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 19:25
 
 Nous avons le plaisir de vous informer de la parution imminente (27 octobre) chez Flammarion d'un Dictionnaire historique des patrons français (sous la direction de Jean-Claude Daumas, en collaboration avec Alain Chatriot, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson et Hervé Joly), qui comporte à la fois 300 entrées biographiques, individuelles ou collectives, et 120 entrées thématiques, rédigées par 168 historiens, sociologues, politistes ou gestionnaires. Vous trouverez ci-dessous une présentation avec la liste des notices et des auteurs. 
 
 Le dictionnaire fera l'objet le 9 novembre à 18 h 30 d'une présentation par ses directeurs en présence de deux acteurs patronaux (Bertrand Collomb et Sophie de Menthon) au Centre historique des archives nationales à Paris. L'entrée est libre sous réserve d'une inscription préalable 
 
   
 
 Places limitées 
 
 La rencontre sera suivie d’un cocktail 
 Réservation obligatoire au 01 40 51 34 38 - shpresse@flammarion.fr 
Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 13:03

NOUVELLE DATE LIMITE pour rentrer une proposition : 10 novembre 2010

 

Un appel à contributions (en français, anglais et espagnol) est disponible pour la 3e Conférence internationale de recherche en économie sociale que le CIRIEC organise à Valladolid les 6, 7 et 8 avril 2011 autour du thème "L'économie sociale : pilier d'un nouveau modèle de développement économique durable".

http://www.seconferenceciriec.es

 

contact :

Christine Dussart

Annals of Public and Cooperative Economics

International Scientific Commission "Social & Cooperative Economy"

CIRIEC

Université de Liège au Sart-Tilman,

Bât B33, bte6

B-4000 Liège

Belgium

tél: 0032-4-366-27-82

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Appels à comm.
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 12:39

« La Fondation HEC a obtenu 66 millions d'euros de promesses de dons cumulés, sur un objectif de 100 millions, depuis le lancement de sa campagne de levée de fonds en 2008 », a déclaré Daniel Bernard, Président de la Fondation HEC, lors de sa convention annuelle du vendredi 8 octobre 2010, devant une assemblée de 400 dirigeants, partenaires et diplômés donateurs.

Cette somme a été réunie grâce au soutien de 50 entreprises partenaires et de plusieurs milliers de donateurs dont 101 Grands Donateurs*. Depuis la convention 2009, 38 Grands Donateurs ont rejoint la Fondation HEC ; Axa, GDF-Suez, Alcatel-Lucent, Société générale, MSD China et Gucci Group ont également participé au financement de nouvelles chaires.

D'ici la fin de l'année, la Fondation HEC s’attend à obtenir 14 millions d'euros de recettes, dont près de la moitié apportée par des anciens élèves. L’augmentation croissante de ses revenus permet à la Fondation HEC de poursuivre son soutien aux ambitions d’HEC Paris tout en construisant un fonds capitalisé pérenne afin d’assurer son développement dans les années à venir. De 3 millions d’euros en 2008, le capital de la Fondation HEC s’élève aujourd’hui à 10 millions.

En 2010, la Fondation HEC a apporté 7,5 millions d’euros au budget de fonctionnement d’HEC Paris. 40 % de ces fonds ont été consacrés à financer des bourses d’études, dont la gratuité de la scolarité pour les étudiants boursiers d'État (sur critères CROUS). En 2009-2010,150 étudiants de la Grande Ecole ont ainsi bénéficié de ce dispositif.
60 participants du programme MBA ont également reçu des bourses partielles. L’égalité des chances est un axe prioritaire de la Fondation HEC qui a par ailleurs récemment signé un partenariat avec l'association Frateli afin d'accompagner 20 jeunes bacheliers issus de milieux modestes, inscrits en classe préparatoire économique et commerciale, grâce au parrainage de diplômés et d'étudiants d'HEC Paris. « Nous voulons soutenir l'excellence mondiale d'HEC, à condition qu'elle soit ouverte à tous », explique Daniel Bernard.

La recherche académique et l’innovation pédagogique sont également deux axes prioritaires et stratégiques pour HEC Paris. En 2010, l'institution a bénéficié d’un soutien de près 3 millions d’euros pour financer sa recherche et attirer les meilleurs professeurs chercheurs de renommée mondiale. « Le soutien de la Fondation HEC est essentiel pour nous donner les moyens de poursuivre nos ambitions dans un environnement de plus en plus concurrentiel » insiste Bernard Ramanantsoa, Directeur Général d’HEC Paris.

L’objectif de la Fondation HEC pour 2011 est de poursuivre la dynamique de croissance et continuer d’accompagner le développement d’HEC Paris tout en solidifiant ses efforts de capitalisation.

*dons supérieurs à 150 000 euros

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 04:33

L’université de Cergy-Pontoise, partenaire du SPEED MEETING 2010 "7 minutes pour convaincre"

 

22 octobre 2010 à partir de 9h30 – Hall des Chênes 1

Université de Cergy-Pontoise (33 boulevard du Port - 95011 Cergy-Pontoise)

 

Le 22 octobre prochain, le Centre des Jeunes Dirigeants du Val d’Oise (CJD95) et le Bureau d’insertion professionnelle des étudiants (BIP) organise la deuxième édition du speed-meeting, une rencontre entre les entreprises et les jeunes à la recherche d'un stage. L'événement accueillera des élèves de 3e ainsi que des étudiants de l’IUT et de licence générale ou technologique. Avec de nombreux partenaires mobilisés, le speed meeting 2010 marque assurément l’intérêt porté en l'avenir des  jeunes.

 

Initié par le Centre des Jeunes Dirigeants, association de jeunes entrepreneurs et de chefs d'entreprises porteurs d'un « libéralisme responsable », le speed meeting est un événement simple et efficace visant à faciliter l'insertion des jeunes dans la vie active.

Destiné aux élèves de 3e ainsi qu’aux étudiants de l’IUT et de licence générale ou technologique, le speed meeting consiste à donner à chaque participant 7 minutes pour convaincre et trouver le stage qui leur convient auprès de la centaine d'entreprises présentes. Ces échanges apportent un regard nouveau et innovant sur les PME permettant aussi aux jeunes de découvrir le monde professionnel.

En 2009, sur 100 collégiens, la rencontre avait permis à 70 d'entre eux de trouver un stage. Le 22 octobre prochain, 500 collégiens et 700 étudiants issus de l'agglomération de Cergy-Pontoise sont attendus  dans le hall des Chênes 1 de l'université de Cergy-Pontoise. Une multitude de partenaires ont répondu présents aux cotés du CJD et de l’université pour faire du speed-meeting un rendez-vous solidaire. Mouvements patronaux, syndicats, comités et autres acteurs économiques du Val d'Oise se sont tous unis pour promouvoir l'égalité des chances des jeunes et inciter les entreprises à s'ouvrir et à découvrir les responsables de demain.

 

Déroulement de la journée :

9h-9h30 : Accueil des entreprises

9h30-11h : Séance de speed meeting pour les élèves des classes de 3e

11h-13h : Séance de speed meeting pour les étudiants des licences générales, licences professionnelles, DUT.

 

Inscription sur www.speedmeeting95.com

 

Les partenaires de l’événement :

Université Cergy-Pontoise,

CGPME : Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises,

CEEVO : Comité d'Expansion Economique du Val d'Oise,

STIVO : Société de Transport en autocar sur Cergy-Pontoise,

 Ville de Pontoise,

ACE : Club des responsables d'entreprises de Cergy-Pontoise,

CCI : Chambre de commerce et d'industrie Versailles Val-d'Oise/Yvelines,

 MEDEF95 : Mouvement des Entreprises de France,

 MEVO : Mouvement des Entreprises du Val d'Oise,

Communauté d'agglomération Cergy-Pontoise,

Réseau Entreprendre.

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif