Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 22:09

Le FPI a été créé pendant l'été 2014 et a engagé des premières actions en partenariat avec l'ANRT, notamment un dîner-débat au Sénat, sous la présidence du Sénateur Berson, avec des personnalités du monde de la recherche, tant publique que privée. Notre site, http://www.politiques-innovation.org, commence à publier des études du monde entier.

Le Bureau provisoire se réunit tous les mois, le lundi matin à 8h (prochain le 3 février), et définit progressivement les axes de développement et les manifestations.

Le programme de l'année à venir est précisé dans le document ci-joint et se cale sur notre ambition fondatrice : « L'ambition du FPI est de compléter les études de haut niveau (rapports, programmes, lois...), qui se succèdent depuis plusieurs décennies, sans réussir à relancer l'Innovation en France, par une activité d'information et d'élaboration de consensus. Notre projet est de créer un lieu (virtuel, évidemment) où chaque citoyen peut trouver de l'information sur ce qui se fait de mieux dans le monde en matière de politiques publiques d'innovation et peut en débattre. C'est un besoin urgent pour faire émerger un consensus fort au niveau de l'opinion, sur le minimum à atteindre puis à maintenir dans le temps, quelles que soient les majorités politiques du moment. Ce forum lancé dès le mois de mai 2013, s'inscrit dans les recommandation du Rapport Beylat - Tambourin sur le Recherche (mars 2013), mais aussi dans la ligne du rapport Lauvergeon d’octobre 2013.

Pour continuer d'avancer, nous avons besoin de votre soutien actif, à la fois financier (les petits ruisseaux des adhésions constitueront le véritable socle de notre solidité) et pratique (prise en charge de commissions ou autre contribution d'organisation).

Patrice Noailles (mob. 336 07 43 16 92) et Laurent Guyot-Sionnest (mob. 336 74 19 91 33)
Co-Fondateurs du FORUM des Politiques publiques d'Innovation

Adresser la correspondance à :

 

FPI C/O Laurent Guyot-Sionnest
10, rue Simon Le Franc
75004 Paris

 

politiques-innovation.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Innovation et recherche
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 21:12

INVITATION
mercredi 29 janvier 2014 à 18 heures


à la conférence

Nouveau paysage bancaire et nouveau paysage économique et financier : quand change le monde
animée par Jean-Paul Betbèze, Economiste et Consultant

suivie de la cérémonie de remise des trophées ITB promotion 2013

Cette manifestation sera clôturée par un cocktail

Entrée gratuite - Inscription obligatoire
> Sandrine Layec 01 41 02 56 07 – sandrine.layec@cfpb.fr

> Téléchargez l’invitation

Lieu : Eurosites George V 

Auditorium - 28 avenue George V, Paris 8e
Métro : ligne 5 "George V" - ligne 9 "Alma Marceau"

trophees-ITB.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Conférences
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 16:10

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A s’établit à 3 303 200 en France métropolitaine fin décembre 2013. Ce nombre est en hausse par rapport à la fin novembre 2013 (+0,3 %, soit +10 200). Sur un an, il croît de 5,7 %.
Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories B et C s’établit à 1 594 900 en France métropolitaine fin décembre 2013. En décembre, le nombre de ceux de catégorie B est en hausse de 0,8 % (+4,8 % sur un an) et le nombre de ceux de catégorie C augmente de 0,7 % (+8,1 % sur un an).
Au total, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s’établit à 4 898 100 en France métropolitaine fin décembre 2013 (5 194 100 en France y compris Dom). Ce nombre est en hausse de 0,5 % (+22 000) au mois de décembre. Sur un an, il augmente de 6,0 %.
Le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi en catégories D et E s’établit à 665 600 en France métropolitaine fin décembre 2013. En décembre, le nombre d’inscrits en catégorie D baisse de 0,3 % et le nombre d’inscrits en catégorie E augmente de 1,7 %.

Demandeurs d’emploi selon le sexe et l’âge

En France métropolitaine, au mois de décembre 2013, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (sans emploi) augmente de 0,2 % pour les hommes (+6,4 % sur un an) et de 0,4 % pour les femmes (+4,9 % sur un an).
Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A de moins de 25 ans baisse de 0,4 % en décembre (-0,3 % sur un an).
Le nombre de ceux âgés de 25 à 49 ans augmente de 0,1 % (+5,1 % sur un an) et celui des demandeurs d’emploi de 50 ans et plus s’accroît de 1,3 % (+12,3 % sur un an).
En France métropolitaine, au mois de décembre 2013, le nombre de demandeurs d'emploi de catégories A, B, C est en hausse de 0,5 % pour les hommes (+7,0 % sur un an) et de 0,4 % pour les femmes (+5,1 % sur un an).
Le nombre de demandeurs d’emploi de catégories A, B, C de moins de 25 ans est en hausse de 0,2 % en décembre (+0,8 % sur un an). Le nombre de ceux de 25 à 49 ans augmente de 0,2 % (+5,6 % sur un an) et celui des demandeurs d’emploi de 50 ans et plus est en hausse de 1,3 % (+11,6 % sur un an).

Demandeurs d’emploi selon l’ancienneté d’inscription

En France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C depuis un an ou plus augmente de 0,9 % au mois de décembre 2013 (+13,3 % sur un an) et celui des inscrits depuis moins d’un an est en hausse de 0,1 % (+1,3 % sur un an).

Entrées et sorties de Pôle emploi

En France métropolitaine, les entrées à Pôle emploi en catégories A, B, C augmentent en décembre (+1,3 % sur un mois, +1,9 % sur un an). Sur un mois, les entrées pour fins de mission d’intérim (+0,4 %), autres licenciements (+1,5 %), premières entrées (+8,9 %), reprises d’activité (+0,8 %) et autres cas (+2,6 %) sont en hausse. Les entrées pour fins de contrat à durée déterminée (-1,3 %), licenciements économiques (-4,5 %) et démissions (-1,4 %) sont en baisse.
En France métropolitaine, les sorties de catégories A, B, C sont en baisse de 4,2 % en décembre (+0,8 % sur un an). Sur un mois, les sorties pour reprises d’emploi déclarées (-13,2 %), entrées en stage (-0,5 %), arrêts de recherche (-8,2 %), cessations d’inscription pour défaut d’actualisation (-7,2 %) et autres cas (-10,0 %) diminuent*.

* Avertissement

La hausse très forte, entre novembre et décembre 2013, du nombre estimé des sorties pour radiations administratives corrigé des effets des variations saisonnières et des jours ouvrables (« cvs-cjo », +39,6 %) ne reflète pas une hausse réelle des radiations. Elle résulte de l’imprécision particulière de la correction cvs-cjo de cette série depuis la réforme des règles de gestion des radiations administratives intervenue en janvier dernier.

En effet, depuis le 1er janvier 2013, les radiations administratives prennent effet à la date de leur notification, et non plus à la date du manquement qui les motive. Cette réforme, sans changer le nombre de radiations prononcées, modifie sa répartition entre les mois.

Les radiations prennent désormais effet plus tardivement et certaines peuvent donc être comptabilisées sur un autre mois que par le passé. Ainsi, la saisonnalité de la série brute du nombre de radiations administratives est différente, en 2013, de celle observée les années précédentes.

En raison du manque de recul sur cette nouvelle saisonnalité, la correction des effets des variations saisonnières et des jours ouvrables est, pour cette série, particulièrement délicate à estimer et est entourée d’une imprécision importante à partir de janvier 2013. Cette imprécision se traduit par une série cvs-cjo plus heurtée que par le passé, et a conduit à des fluctuations inhabituellement fortes au cours des derniers mois (+25,8 % en octobre, -17,9 % en novembre) ne reflétant pas la réalité des évolutions du nombre de radiations administratives.

La fragilité particulière cette année des corrections des effets des variations saisonnières et des jours ouvrables pour la série des sorties pour radiations administratives doit conduire à apprécier les évolutions du nombre de sorties pour ce motif en moyenne sur plusieurs mois. Ainsi, si l’on met à part le mois de janvier 2013, affecté par l’entrée en vigueur de la réforme, le nombre moyen de radiations administratives s’élève à 46 500 entre février et décembre 2013, contre 41 400 l’année dernière sur la même période (données cvscjo).

L’imprécision observée cette année sur la série cvs-cjo des sorties pour radiations administratives n’affecte pas la série de l’ensemble des sorties des listes, ni les séries d’entrées sur les listes, ni a fortiori les séries d’effectifs de demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois. Elle se répercute uniquement, bien que dans une bien moindre mesure, sur la répartition de l’ensemble des sorties par motif. Les statistiques cvs-cjo sur les sorties pour les différents motifs enregistrés sont donc entourées d’une marge d’imprécision accrue depuis janvier 2013, notamment au cours des derniers mois.

L’actualisation annuelle des coefficients de correction des effets des variations saisonnières et des jours ouvrables sera menée le mois prochain. Elle permettra d’affiner les coefficients de correction, notamment pour la série des sorties pour radiations administratives, au vu de l’information de l’année 2013.

___________________

Les données sur les demandeurs d’emploi sont présentées selon divers regroupements statistiques (catégories A, B, C, D, E). La plupart des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi sont tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi : certains sont sans emploi (catégorie A), d’autres exercent une activité réduite courte, d’au plus 78 heures au cours du mois (catégorie B), ou une activité réduite longue, de plus de 78 heures au cours du mois (catégorie C). Par ailleurs, certaines personnes inscrites à Pôle emploi ne sont pas tenues de faire des actes positifs de recherche d’emploi : elles sont soit sans emploi et non immédiatement disponibles (catégorie D), soit pourvues d’un emploi (catégorie E).

Avertissement :

Les données présentées concernent les demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi.

La notion de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi est une notion différente de celle de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT) : certains demandeurs d’emploi ne sont pas chômeurs au sens du BIT et certains chômeurs au sens du BIT ne sont pas inscrits à Pôle emploi.

Au-delà des évolutions du marché du travail, différents facteurs peuvent affecter les données relatives aux demandeurs d’emploi : modifications du suivi et de l’accompagnement des demandeurs d’emploi, comportements d’inscription des demandeurs d’emploi… En particulier, le relèvement progressif de l’âge minimal d’éligibilité à la dispense de recherche d’emploi (DRE) à compter de l'année 2009 et sa suppression depuis le 1er janvier 2012 ont contribué sensiblement à la hausse du nombre de demandeurs d’emploi de 55 ans et plus enregistrés sur les listes de Pôle emploi. A compter du 1er juin 2009, les dispositions relatives aux nouvelles obligations de recherche d'emploi des bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) et à leur accompagnement par le service public de l'emploi sont également susceptibles d'accroître sensiblement le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi.

chiffre-emploi-decembre-2013.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Social
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 09:12

Lors du conseil d’administration du Medef Hauts-de-Seine qui s’est tenu mercredi 15 janvier 2014, Pierre BRAJEUX, Président Directeur Général de TORANN‐FRANCE, a été élu Président du Medef Hauts-de-Seine, succédant à Agnès LO JACOMO, élue Présidente du Medef Ile-de-France.

Pierre BRAJEUX a créé en 1987 TORANN‐FRANCE, société de sécurité privée qui compte aujourd’hui plus de 1 200 collaborateurs, dont le siège est situé à La Garenne-Colombes. 

Impliqué depuis de nombreuses années dans la défense et la représentation des entreprises, il appartient au conseil d’administration du Medef Hauts‐de‐Seine et de Métra 92.

Président de USP - Formation, il préside également le Cercle des Dirigeants Propriétaires de Sécurité (CDPS).

Colonel de réserve (RC) de la Gendarmerie Nationale, il s’engage fortement dans la réflexion sur la sécurité globale à travers la participation à différents groupes de travail publics et privés.
Auditeur de la 17e session nationale de l’INHES, il intervient aussi au sein de différents programmes de formation de l’INHESJ (Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice), de l’Université Paris‐ Descartes et de l’E.O.G.N. (Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale).

Pierre Brajeux est diplômé de Sciences‐Po (Institut d’Etudes Politiques de Paris, section économique et financière), de l’Université de Cambridge, de la Chambre de Commerce Franco‐Britannique et titulaire d’une maîtrise de droit des affaires (Université de Paris II‐Assas).

Pierre BRAJEUX a remporté l’élection en mettant en avant les priorités suivantes : Continuité des travaux initiés par Agnès LO JACOMO, intensification de la représentativité du Medef Hauts-de-Seine, développement de la communication, relais des grands chantiers lancés par Pierre GATTAZ, implication dans les dossiers régionaux - Métropole du Grand Paris, logement, formation - mise à l’honneur des mandataires.

Il sera aidé dans sa mission par deux Vice-Présidents :

 

Patrice PUYPEROUX, PDG de CPLC à Neuilly et Benoît SILLARD, PDG du groupe CCM BENCHMARK à Boulogne

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Nominations
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 08:27

L’Institut ESSEC IRENÉ recherche un(e) CHARGÉ(E) DE FORMATION
(négociation, médiation, résolution des conflits)

 

DESCRIPTION DE L’INSTITUT

L’Institut de recherche et d’enseignement sur la négociation (IRENÉ), établi en 1996 à l’ESSEC (Grande école, Association loi 1901), poursuit trois missions :

développer une recherche théorique et appliquée en négociation, médiation, résolution des conflits et mesure d’impact sociétal, à travers des enquêtes de terrain, des publications dans les revues scientifiques, la parution d’ouvrages (en 8 langues à ce jour), la participation à des colloques internationaux, l’organisation de séminaires de recherche, etc. ;

mener des actions de terrain au service de la paix dans des pays en situation de conflit ou de post-conflit, par le renforcement des capacités des acteurs impliqués, la promotion du dialogue et la restauration de la confiance entre les parties prenantes (programme « Négociateurs du Monde »). L’IRENÉ est ainsi la seule organisation française membre d’EPLO (European Peacebuilding Liaison Office), plate-forme européenne regroupant les principales ONG travaillant à la prévention des conflits ;

concevoir et animer des formations interactives, auprès de 2.000 personnes par an relevant d’institutions d’enseignement (ESSEC, ENA, universités françaises et étrangères, etc.), d’entreprises et d’organisations publiques (Commission européenne, ministères des Affaires étrangères, de la Défense, etc.).

L’IRENÉ a mené des activités dans 65 pays à ce jour. En 2010, dans le cadre de son développement en Asie, l’institut s’est implanté sur le campus de l’ESSEC à Singapour. En 2014, un bureau permanent est ouvert à Bruxelles. Direction : Professeur Aurélien Colson.

OBJECTIFS ET RESPONSABILITÉS

Au sein de l’institut, vous contribuerez en priorité aux programmes de formation exécutive à l’attention de cadres des secteurs privé et public. En tant que cadre autonome, vous appuierez les missions suivantes :

Formation (80 %)

• Contribution aux activités de formation de l’institut, en anglais et français, principalement à l’attention de cadres des secteurs privé et public.

• Contribution aux activités d’ingénierie pédagogique de l’institut (innovation et création de nouveaux supports pédagogiques).

• Préparation des formations.

 www.essec-irene.com Contribution aux autres activités de l’Institut (20 %)

• Recherche : contribution aux activités de l’équipe, participation à des séminaires, publications, etc.

• Développement : veille sur les appels d’offres et contribution aux réponses (propositions, dossiers administratifs, etc.), contribution au fundraising pour l’Institut.

• Communication : actualisation du site Internet, Newsletter, brochure, rapport d’activités, visibilité de l’Institut en interne (ESSEC) et externe, etc.

PROFIL RECHERCHÉ

Requis

• Solide expérience en formation initiale et continue, en français et en anglais, public et/ou privé ;

• Excellent niveau de français et d’anglais, à oral comme à l’écrit ;

• Formation supérieure bac + 5 ;

• Connaissance du champ de la négociation et/ou de la médiation ;

• Bonne maîtrise des outils informatiques et internet.

Apprécié

• Doctorat, publications, appétence pour la recherche .

• Expérience en ingénierie pédagogique ;

• Expérience dans l’organisation d’évènements.

Qualités personnelles

• Esprit d’équipe, ouverture et dynamisme ;

• Esprit de synthèse, bonne présentation, aisance à l’oral ;

• Rigueur et professionnalisme ;

• Flexibilité, adaptabilité et fortes capacités relationnelles.

Divers

• Cadre. Poste à pourvoir en février 2014.

• Salarié, CDD de 10 mois à temps plein.

• Lieu de travail : ESSEC, Cergy (95). Fréquents déplacements à l’étranger (notamment Bruxelles).

CV, lettre de motivation et prétentions à adresser par courriel uniquement à recrut@essec.fr en précisant la référence IRENE/CdF.

 
www.essec-irene.com

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Postes à pourvoir
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 06:30

Lyon, 6 février 2014, de 9h à 17h, Hôtel de Région Rhône-Alpes, salle de l’Assemblée


Colloque organisé à l’occasion du 150e anniversaire de la Société d'enseignement professionnel du Rhône (SEPR). Il propose d’échanger sur l’actualité et les enjeux de la formation professionnelle.

Comment l’offre de formation professionnelle s’est-elle constituée et évolue-t-elle dans le contexte lyonnais ? Quelle implication des acteurs observe-t-on dans l’organisation, le financement et l’administration de la formation professionnelle ? Quel est son mode de gouvernance ? L’offre de formation est-elle en adéquation avec la demande économique et les besoins des jeunes générations ? Comment cette offre s’adapte-t-elle aux mutations socioéconomiques et à l’évolution technologique de métiers ? Quelle est la sociologie des jeunes entrant en formation professionnelle ? Quelles sont leurs motivations ? Quel choix de diplôme, de métier, de secteur privilégient-ils ?

Chercheurs, acteurs institutionnels et acteurs du monde économique exposeront et confronteront leur point de vue. L’occasion d’échanger avec les publics sur ces questions d’actualité et sur les enjeux de demain.

Pour plus d'info voir : http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article3916

triangle.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Vie des établissements
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 16:23

Le Club des Entrepreneurs tient à saluer la baisse envisagée des prélèvements obligatoires sur les entreprises. « Nous sommes aux côtés du Président de la République car le cap fixé est le bon. En promettant une baisse du coût du travail de 30 milliards d'euros aux entreprises, le Président de la République répond à l’une de nos préoccupations majeures. Nous souhaitons qu’elle se traduise rapidement dans les faits par des réductions de cotisations ou de fiscalité. 50% de prélèvements obligatoires sur le PIB, c'est tout simplement un record du monde de la pression fiscale parmi les premières puissances mondiales. La conférence économique et sociale annoncée doit se tenir dans les semaines qui viennent afin de sortir de l’eau la tête de nos entreprises. » déclare Guillaume Cairou, son Président.

« Je salue la prise de conscience proentrepreneuriale. J’attire cependant l’attention du Gouvernement sur la nécessité d’accentuer les incitations à la création d’entreprises et à la prise de risques dans notre pays. Rappelons ici, qu'en décembre, c’est plus d'une création sur deux (51,1%) qui était une demande d'auto-entreprise, ce qui est la confirmation non équivoque de la volonté des Français d’entreprendre si on les y encourage. » tient à préciser Guillaume CAIROU.

www.clubdesentrepreneurs.org

 


club des entrepreneurs

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 09:16

Des attentes nombreuses et ambitieuses : ce que la Génération Y attend des entreprises, des pouvoirs publics et de son futur environnement de travail

Des attentes nombreuses et ambitieuses : tels sont les maîtres-mots qui résument les résultats de la troisième édition annuelle de la Millennial Survey de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL) publiée aujourd’hui.
 

De par le monde, 70 % des dirigeants de demain pourraient « rejeter » ce que les entreprises classiques ont à leur offrir, préférant à l’avenir travailler de façon autonome en exploitant les outils numériques. Ce constat n’est qu’une illustration parmi d’autres révélées par cette étude quant aux défis de taille auxquels sont confrontés les dirigeants d’entreprises s’ils souhaitent répondre aux aspirations de la Génération Y.

Cette génération, qui s’impose déjà dans plusieurs secteurs, dont celui de la technologie, et qui représentera 75 % des effectifs professionnels mondiaux d’ici 2025, aspire à travailler pour des entreprises qui encouragent l’esprit d’innovation, développent leurs compétences et souhaitent les voir jouer un rôle positif dans la société. Selon l’étude, les membres de la Génération Y estiment qu’à l’heure actuelle, les entreprises ne mettent pas tout en œuvre pour développer leurs compétences en matière de leadership et renforcer leur potentiel, alors même qu’ils ne sont pas enclins à attendre d’accéder à des postes supérieurs.

Selon Barry Salzberg, CEO de DTTL, « pour attirer et surtout retenir les talents, les entreprises se doivent de montrer à la Génération du Millénaire qu’elles sont innovantes et en phase avec leur vision du monde. A l’échelle mondiale, notre société est confrontée à nombre de problématiques sensibles et aujourd’hui, il est devenu évident qu’aucun secteur ne doit « faire cavalier seul. En travaillant de concert et en associant leurs compétences respectives, les entreprises, les pouvoirs publics et les organisations non gouvernementales (ONG) ont une chance de galvaniser la Génération Y et de réaliser de réelles avancées dans la résolution des difficultés que rencontrent la société. »
 

Parmi les autres principaux résultats de l’étude, citons :

  • Les entreprises pourraient mieux faire. Si la majorité des membres de la Génération Y (74 %) estime que les entreprises ont un impact positif sur la société en créant des emplois (48 %) et en générant de la croissance (71 %), elle considère que  ces dernières peuvent mieux faire pour relever les plus grands défis de la société : la pénurie des ressources (68 %), le changement climatique (65 %) et l’égalité des revenus (64 %). En outre, 50 % des sondés aspirent à travailler dans une entreprise aux pratiques éthiques.
  • Les pouvoirs publics n’en font pas assez. Selon la Génération Y, les pouvoirs publics échouent totalement à répondre aux problématiques sociales majeures, et ce bien qu’ils soient les mieux placés pour le faire. Près de la moitié des sondés juge que les gouvernements gèrent avec difficulté les thématiques les plus problématiques : le chômage (47 %), la pénurie des ressources (43 %) et l’inégalité des revenus (56 %).
  • Les entreprises doivent promouvoir l’esprit d’innovation. La Génération Y ambitionne de travailler pour des entreprises qui encouragent l’innovation. En réalité, si pour 78 % d’entre eux, l’innovation est un critère important à l’heure de choisir leur entreprise, la plupart affirme que leur employeur actuel ne les incite pas activement à faire preuve de créativité. Ils estiment que les principaux obstacles à l’innovation sont l’attitude de la direction (63 %), les structures et procédures opérationnelles (61 %), ainsi que les compétences, les attitudes et la (l’absence de) diversité du personnel (39 %).
  • Les entreprises doivent cultiver le potentiel des dirigeants de demain. Plus d’un sondé sur quatre demande à ce qu’on lui offre l’opportunité de démontrer ses compétences en matière de leadership. Par ailleurs, 75 % estiment que leur entreprise est loin de faire tout son possible pour former les dirigeants de demain.
  • La Génération Y veut faire toute la différence. Elle juge que la réussite d’une entreprise ne saurait se mesurer qu’à l’aune de sa performance financière. Parmi les principaux objectifs qu’elle se doit de poursuivre figure celui d’améliorer la société. La Génération du Millénaire est encline à mener des actions caritatives et à œuvrer dans la « vie publique » : 63 % font des dons aux œuvres de bienfaisance, 43 % sont des bénévoles assidus ou des membres d’une organisation communautaire et 52 % ont signé des pétitions.

Zoom France

En France les jeunes de la Génération Y se démarquent sur plusieurs points :

Ils sont moins convaincus que la moyenne mondiale de l’impact positif des entreprises sur la société (65% contre 74%). Ils sont nettement plus nombreux  à penser que créer des emplois doit être le premier objectif, à la fois du monde des Affaires (55 % soit + 14% que la moyenne), et des Pouvoirs Publics (43 % soit 11% de plus que la moyenne).

Globalement, les jeunes français sont plus sévères que leurs homologues lorsqu’ils évaluent le comportement des entreprises : 36 % seulement (contre 54%) estiment qu’elles ont un comportement éthique et durable et 44% (contre 56 %) pensent que les leaders sont véritablement impliqués dans la recherche d’une société meilleure.

Ils ont également une vision moins positive sur les dirigeants actuels quant à leur capacité à développer les compétences des jeunes en matière de leadership (37% contre 49%) et la créativité de leurs collaborateurs (32% contre 45%). Pour autant, ils ne sont que 52% à envisager de travailler de façon autonome et quitter l’environnement de travail proposé par les entreprises aujourd’hui (contre 70% en moyenne dans le monde).

Pour Jean-Marc Mickeler, Associé et Directeur des Ressources Humaines Deloitte France

« il est clair que les entreprises devraient être à l’écoute des attentes de la Génération Y en matière d’innovation. Encourager une culture de l’innovation permettra non seulement de retenir les talents à haute performance, mais également de stimuler la croissance

 

Pour télécharger l’intégralité du rapport, veuillez consulter :
www.deloitte.com/MillennialSurvey

logo_Deloitte-copie-1.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 08:34

ESCP Europe, Paris - France

The Business PhD in France (BPF) Association is pleased to invite you to its 3rd PhD Camp on April 24th, 2014. This year’s event will be held at ESCP Europe, located at 79 Avenue de la République, 75011 Paris (France). The conference is open to all PhD students.
The deadline for submitting abstracts is March 24, 2014. We welcome submissions in the 
following fields:
· Accounting and Management Control
· Economics and Finance
· Information Systems and Decision Sciences
· Marketing
· Organizational Behavior and Human Resources
· Strategy and Organization Theory

To submit a paper, please send an email to: bpf.management.team@gmail.com, specifying your concentration in the subject. Papers and presentations should be in English. If your paper is accepted, you are expected to act as discussant in your field of research.

Each concentration will include two tracks:
· Beginners’ track: Present just an idea or an early stage research, for which you would 
like to get feedback (no full paper required).
· Advanced track: More selective, with more time devoted to discussions on each paper (full paper required at the latest by April, 7th).

PRIZES: A best paper award will be granted for each concentration.

Authors will be notified of the results of the reviewing process by the end of March, 2014. The deadline for submitting full papers is April 7, 2014.

ATTENDANCE: If you just wish to attend the conference, please register by sending an e-mail

to: bpf.management.team@gmail.com ASAP. No fees are required for either participation or attendance.
For more information, please visit our website at: www.business-phd.com
We look forward to seeing you at the PhD Camp.

PhD-Camp.jpg

bpf-escp-europe.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Appels à comm.
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 07:17

Séminaire "Assurance et enseignement : un enjeu professionnel et épistémologique entre droit, actuariat et sciences sociales", organisé par l'équipe de l'Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l'économie et de la société IDHES-CNRS (UMR 8533), sous la responsabilité scientifique de Raymond Dartevelle et Michel Margairaz (Université Paris 1 - IDHES/CNRS).

Organisé par :
L’équipe de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société IDHES-CNRS (UMR 8533)

Sous la responsabilité scientifique de Raymond Dartevelle et Michel Margairaz (Université Paris 1 - IDHES/CNRS)

Objectif et fonctionnement du séminaire :
Le séminaire « Assurance et enseignement » représente un support de réflexion qui accompagnera un projet de recherche « Modernité de l’assurance au XXe siècle ». Celui-ci vise à comprendre, grâce à des études pluridisciplinaires (histoire, droit, économie, sociologie, gestion notamment) et à une approche transnationale des modèles et réseaux assuranciels, comment l’industrie des assurances s’est adaptée au monde contemporain et à ses enjeux (de l’organisation scientifique du travail à la révolution informatique ; de la gestion des nouveaux risques à la massification de la consommation), tant sur le plan des acteurs, organisations que des entreprises.
La diffusion et la circulation des savoirs, les types d’enseignement au cœur des institutions publiques et privées, les politiques de formation professionnelle et voyages d’études, sont au fondement de la construction d’une expertise assurancielle spécifique, de l’acquisition d’une compétence nouvelle et d’une qualification professionnelle indispensable au regard des mutations économiques et sociales, des innovations scientifiques et techniques. La bonne compréhension des enjeux assuranciels nécessite aussi d’ouvrir la réflexion à des disciplines insuffisamment prises en compte, parmi lesquelles, les mathématiques financières et sociales, l’actuariat, la démographie, la médecine…
Les séances du séminaire, qui expérimentera aussi une réflexion interdisciplinaire, feront intervenir un conférencier pendant une heure environ. Il s’efforcera en se fondant sur un état de la question traitée, de proposer des problématiques et champs d’investigations novateurs. Chaque communication croisera dans la discipline dont elle relève, la thématique générale du séminaire. Le deuxième temps du séminaire (une heure) sera consacré aux discussions sur des points précis de la conférence et à des échanges avec le public.  
Enfin, les communications présentées au séminaire feront l’objet d’une publication, sous la forme d’un numéro spécial, dans une revue scientifique avec comité de lecture. Il est envisagé par la suite une mise en ligne des résumés des conférences dans le cadre d’un carnet de recherche sur hypotheses.org.          

Public :
Le séminaire pluridisciplinaire est ouvert aux étudiants de masters, aux doctorants et post-doctorants, aux universitaires, chercheurs, aux professionnels et dirigeants du secteur des assurances, ainsi qu’aux étudiants inscrits dans le cursus des études supérieures et hautes études d’assurances.

Périodicité et lieu :
Cette première année de séminaire se déroulera durant le premier semestre 2014.
Les séances se tiendront le vendredi de 16 h à 18 h, une fois par mois (deux fois en avril) en salle Marc Bloch (2eétage)
(Galerie Rollin à gauche, au fond, escalier C, 2eétage, couloir à droite, salle au fond)
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
17, rue de la Sorbonne
75005 Paris
M° Odéon ou Luxembourg

Contact : raymond.dartevelle@gmail.com  et  margairaz.michel@orange.fr

Programme du séminaire - 1er semestre 2014

Assurance et enseignement : un enjeu professionnel et épistémologique entre droit, actuariat et sciences sociales (XIXe siècle – début des années 1950)  

Vendredi  31 janvier 2014
Séance introductive
Objectif du séminaire, état de la recherche et approche méthodologique
Raymond Dartevelle et Michel Margairaz (Université Paris 1)

Vendredi 14 février 2014
L’enseignement commercial moyen : la formation des employé-e-s, XIXe-milieu du XXe siècle
Marianne Thivend (Université Lyon 2)

Vendredi 14 mars 2014
Enseignement général et enseignement spécial du droit en France, 1804-1945
Jean-Louis Halpérin (ENS Ulm)

Vendredi 4 avril 2014
La lente reconnaissance de l’expertise comptable en France, 1881-1944
Béatrice Touchelay (Université Lille 3)

Vendredi 11 avril 2014
Le pouvoir des grands nombres. Les débats actuariels dans les congrès internationaux des actuaires, fin XIXe-1950
Martin Lengwiler (Université de Bâle)

Vendredi 23 mai 2014
Une conquête de l’Est : la rencontre strasbourgeoise du mathématicien Maurice Fréchet et du sociologue Maurice Halbwachs à l’Institut d’enseignement commercial supérieur dans les années 1920
Laurent Mazliak (Université Paris 6)
Eric Brian (EHESS)

Vendredi 13 juin 2014
Henri Capitant : un juriste acteur et penseur du développement de l’assurance en France, fin XIXe-années 1930
David Deroussin (Université Lyon 3)

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Colloques

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif