Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog animé par Yves Soulabail

nouveau site

NOUVEAU SITE 

haut.gif

3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 05:32

L'enregistrement de la table ronde est ouvert au public en accès libre
Il aura lieu de 16h à 18h salle des Actes à la Faculté de Droit de l'Université Paris Descartes
(Plateau de Vanves-Malakoff)
Il sera suivi d'un débat "hors caméra" entre les intervenants et la salle
Une vidéo sera mise en ligne sur le site multi-média de l'Université Paris Descartes
Un article issu de cette table ronde sera publié dans l'un des numéros de 2015 de la RIMHE. 

Animateur :
Marc Morin (Professeur d’économie et des sciences de l’organisation, ISC Paris)

Intervenants  :
- Franck Biétry (Sciences de gestion, IAE de Caen, NIMEC)
- Jacques Freyssinet (Economiste, Université Paris 1, CEE Recherche)
- Jacques Rojot (Sciences de gestion, Université Panthéon-Assas, LARGEPA)
- Christian Thuderoz (Sociologue, INSA Lyon)
 

rimhe.jpg     logo-universite-paris-descartes.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 02:59

L'association du master 222 Asset Management de l'Université Paris Dauphine, a l'honneur de vous convier à sa conférence annuelle :

« De la gestion traditionnelle aux Hedge Funds et ETFs, quel Avenir pour l'Asset Management ? »

 Le Mardi 29 Avril 2014

A partir 19 h.00

Salle Raymond Aron, Université Paris Dauphine.

Avec la participation de :

-       Maxime Dupont, CEO, Quantam

-       Bruno Poulain, CEO, Ossiam

-       Frédéric Jamet, CIO, StateStreet Global Advisors France

-       Laurent Laloux, Head of Arbitrage, Capital Fund Management

-       Pierre Guillemnin, Head of portfolio Management Equity and Allocation, Swiss Life Asset Management

 

Programme et Inscriptions

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 11:55

La société SensoMotoric Instruments (SMI), un des leaders dans la conception des systèmes Eye Tracking viendra présenter ses innovations produits à l'IGR le mercredi 19 mars de 13h30 à 15h30
(salle 320).
 

Latest Developments in Eye Tracking Technology
With examples from Marketing Research and Web Usability

Register free of charge for one of our roadshow events in France and test the latest SMI products.

AGENDA

Introduction to SMI
Latest developments in eye tracking technology
Use cases including "shopper research", "web design", "handheld devices", "sports" and others 
Hands-on testing of latest SMI products
Please plan for 1,5 hours for SMI roadshow events. Participation is free. Regristration is required. 


HOW TO REGISTER
Click on the city in which you would like to attend our roadshow event. 
Select the number of free tickets.
Confirm you registration.  

 

March 17, 2014 : Lyon
13:00 - 15:00h

March 18, 2014:
Paris
14:00 - 16:00h

March 19, 2014:
Rennes
13:30 - 15:30h

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 08:52

Appel à candidatures 2014

Réseau franco-néerlandais pour l’enseignement supérieur et la recherche

Le Réseau Franco-Néerlandais accorde des bourses de mobilité destinées à des étudiants en master et à des doctorants, toutes disciplines confondues, pour un séjour d’études, de recherche ou un stage aux Pays-Bas. Ces bourses sont attribuées sur la base d’une sélection stricte des meilleurs projets.
Les bourses d’excellence « Eole » s’adressent en particulier à des doctorants devant faire un court séjour de recherche aux Pays-Bas dans le cadre de leur formation doctorale. Elles peuvent favoriser le bon fonctionnement de thèses en cotutelle. Les étudiants en Master qui effectuent un séjour de recherche, de formation ou de stage sont également éligibles. Ces bourses d’un montant forfaitaire de 500 à 1000€ ne sont pas renouvelables.

Date limite de réception des candidatures : le 16 mai 2014.

Règlement et formulaire de candidature : www.frnl.eu

 

frnl.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 16:31

Editions ENI,
éditeur numéro 1 de livres d'informatique annonce la
mise en ligne gratuite de l'ensemble de ses ouvrages à partir du 11 février.
 

logo.eni.jpg

Pendant 3 jours, du 11 au 13 février, tous les livres publiés aux Editions ENI seront accessibles à l'adresse : www.editions-eni.fr/livresgratuits
« C'est la première fois qu'un éditeur met à disposition l'ensemble de ses ouvrages sur Internet » déclare Antoine Gilles, responsable e-commerce des Editions ENI. Il ajoute : « Nous disposons d'un fond éditorial d'une grande qualité et nous pensons que le meilleur moyen de le faire connaître est de permettre aux internautes de le consulter librement. »

En effet, chaque ouvrage publié aux Editions ENI est écrit en français par un expert du sujet traité, souvent formateur, et reconnu dans son domaine.
Avec plus d'une centaine d'ouvrages publiés chaque année, des réseaux informatiques au e-marketing en passant par le développement ou le graphisme, les livres des Editions ENI couvrent tous les domaines de l'informatique et tous les publics, du débutant à l'informaticien expert.

livres-gratuits-eni.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 09:41

Deloitte publie les résultats du troisième Baromètre de " l'Humeur des jeunes diplômés " réalisé avec l'Ifop. Ce 3e baromètre Deloitte/Ifop de l’Humeur des jeunes diplômés donne la parole aux jeunes diplômés depuis moins de trois ans en recherche d'emploi ou en poste en entreprise, afin d'en définir l'état et leur perception du marché du travail actuel.

  •  27% des jeunes diplômés en recherche d’emploi envisagent une recherche d’emploi hors de l’Hexagone, dont un tiers sont issus des grandes écoles et 45% de 3e cycle universitaire. 28% de ces répondants envisagent l’expatriation pour toute la durée de leur carrière.
  • 49% des jeunes diplômés de moins de trois ans sont en recherche d’emploi.
  • La durée de recherche d’un emploi s’allonge en 2014 et dépasse 5 mois, soit 7 semaines de plus qu’en 2013.
  • 81% des jeunes diplômés estiment que la France présente des atouts pour leur avenir professionnel mais regrettent en large majorité le manque de possibilité d’innover et de créer en France.

 

Le marché de l’emploi des jeunes diplômés se tend en ce début d’année, près d’1 jeune diplômé sur 2 déclare être en recherche d’emploi (49%), soit une progression de 4 points par rapport à janvier 2013. Les jeunes diplômés, touchés par les difficultés du marché du travail, restent méfiants à l’égard des employeurs (68%, en hausse de 5 points par rapport à 2013) et conservent une vision très utilitariste de l’emploi puisque 63% y voient uniquement un moyen de gagner leur vie. Quant au diplôme, seuls 37% considèrent qu’il permet de trouver un emploi plus facilement.

Les jeunes diplômés en recherche d’emploi pâtissent de la contraction du marché
La durée de la recherche s’allonge par rapport à 2013 et ancre celle-ci dans le temps long. Les jeunes diplômés ont en moyenne débuté leurs démarches il y a près de 6 mois (22 semaines), soit une hausse de 7 semaines par rapport à 2013. Cependant, les opportunités demeurent rares, en moyenne 3 entretiens sur cette période, un chiffre stable depuis 2013. Ce sont les jeunes diplômés en recherche d’emploi issus de licence et 3e cycle universitaire qui se trouvent le plus fragilisés, 1 sur 2 indiquant n’avoir eu aucun entretien.
En tête des principales difficultés évoquées par ces jeunes diplômés : la raréfaction des annonces (56% ne trouvent pas d’annonces qui correspondent à leur profil), l’absence de réponse de la part des recruteurs (48% ont du mal à obtenir des réponses de leur part), le manque d’expérience professionnelle (considéré par 50% comme le principal obstacle à leur candidature) mais également le manque de réseau et relations professionnelles (cité par 43%).
Les inquiétudes des jeunes diplômés en recherche d’emploi demeurent majoritaires et se maintiennent par rapport à 2013 : plus d’un sur deux n’ont pas confiance dans leurs perspectives de trouver un emploi dans les six prochains mois.
« Le manque d’expérience professionnelle est invoqué comme principal frein à leur employabilité par un jeune diplômé sur deux, ce qui atteste du cercle vicieux rendant la première marche de l’insertion professionnelle difficile à gravir » remarque Jean-Marc Mickeler, Associé Directeur des Ressources humaines chez Deloitte.

Une stabilité et une confiance retrouvées pour les actifs

Si le taux de jeunes diplômés en poste tend à diminuer, la stabilité des emplois occupés se renforce avec 77% des jeunes diplômés en poste interrogés qui occupent un CDI, soit une hausse de 9 points par rapport à 2013. Ces jeunes diplômés ont en moyenne envoyé 27 CV (16 CV en janvier 2013) et ont consacré 11 semaines à leurs recherches. Les grandes écoles continuent d’être un passeport pour l’emploi avec 76% des diplômés depuis moins de trois ans en poste actuellement et occupant un CDI en grande majorité (84%).
Une majorité d’entre eux sont confiants dans leur environnement de travail actuel, exprimant une large satisfaction vis-à-vis de la réalisation des promesses faites lors de leur embauche (84%) et formulant le souhait de continuer à travailler dans leur entreprise (59%). Pour autant, un peu plus d’un quart d’entre eux font part de leur envie de changer d’employeur et seulement une faible part (6%) partage le souhait de lancer une activité à leur compte, proportion en net déclin cette année (- 5 points par rapport à janvier 2013).

Un quart des jeunes diplômés en recherche d'emploi envisagent l'expatriation
Plus d’un quart des jeunes diplômés en recherche d’emploi (27%) imaginent leur avenir professionnel hors de l’Hexagone. « Un tiers des diplômés en recherche d’emploi issus des grandes écoles et 45% des 3e cycle envisagent leur avenir professionnel à l’étranger, ce qui alimente la fuite des cerveaux. L’expatriation est subie mais elle est aussi en majorité choisie et motivée par la volonté de travailler dans un environnement culturel différent (58%), de progresser dans une langue étrangère (45%) et d’enrichir son CV (44%). Notre principal enjeu pour les années à venir consistera à donner envie à ces jeunes diplômés de revenir en France afin de mettre cette expérience au profit du développement de notre économie et de nos sociétés » commente Jean-Marc Mickeler, Associé Directeur des Ressources humaines chez Deloitte.
L’appétence des jeunes Français se porte en premier lieu vers les pays anglophones, qui occupent les trois premières places au podium des pays les plus attractifs. Le Canada arrive en tête des pays cités par les jeunes diplômés (37%), suivi  des Etats-Unis qui continent de faire rêver près d’un tiers (32%) et Le Royaume-Uni (26%). L’Australie est citée par 18% des répondants tandis qu’avec surprise, l’Asie n’attire que 13% des jeunes diplômés.
81% des jeunes diplômés considèrent que la France présente encore des arguments pour leur avenir professionnel mais seulement un quart en sont clairement convaincus (25%). Ils regrettent en large majorité le manque de possibilité d’innover et de créer en France.
« Sans surprise, on constate un fossé grandissant entre jeunes actifs et jeunes en recherche d’emploi pour qui la recherche s’installe dans la durée sans toutefois voir le nombre d’entretiens augmenter. L’étranger continue d’attirer près d’un quart de nos jeunes diplômés, mais plus préoccupant encore, près de 28% nous indiquent vouloir s’y installer pour la totalité de leur carrière. Cela soulève les principaux défis de demain pour attirer et retenir les talents mais aussi et surtout la nécessité de repenser les programmes de formation afin qu’ils soient plus en adéquation avec la réalité du marché de l’emploi et les attentes du monde de l’entreprise. Le dialogue entre le monde académique et les entreprises est ici la clé » explique Jean-Marc Mickeler, Associé Directeur des Ressources humaines chez Deloitte.

Méthodologie de l’enquête

L’étude porte sur un échantillon de 1 001 personnes, représentatif des jeunes ayant achevé leurs études, titulaires d’un diplôme de niveau Bac à Bac +5 depuis moins de trois ans, en poste ou en recherche d’emploi dans le secteur privé. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 9 au 18 janvier 2014.

L'étude complète est disponible ICI


logo Deloitte

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 13:33

Nous reproduisons l'intégralité d'un message dont notre rédaction a été destinataire de la part du SNESUP

"Madame la Ministre,

Le CNESER a lancé l'alerte depuis des mois sur la situation très préoccupante des universités : nombreuses sont celles qui ont été contraintes en 2013 à ponctionner dans leur masse budgétaire en gelant des postes, en réduisant les congés pour recherche, en remerciant des contractuels, en limitant l’inscription des étudiants, en supprimant options et filières... afin d'assurer tant bien que mal leurs missions fondamentales de formation et de recherche ; malgré la sévérité des mesures déjà mises en œuvre, le quart des universités a terminé l'année 2013 avec un budget déficitaire. La DGESIP confirme que toutes les avances accordées le sont à budget constant.

Face aux cris d’alarme lancés de toutes parts, le CNESER estime que votre ministère n'a pas pris les mesures à la hauteur de la gravité de la situation pour le Service Public d'Enseignement Supérieur et de Recherche.

Face aux conditions budgétaires de plus en plus tendues, le ministère a refusé de prendre ses responsabilités.

Face aux situations d'urgence, aux demandes répétées d'ouverture d'un collectif budgétaire et d'une programmation pluriannuelle des moyens, la réponse de votre ministère ne peut se résumer à des processus dilatoires : prêts ponctuels, missions d'inspection, révision -pourtant nécessaire- du modèle SYMPA...

L'année 2013 s'est terminée, pour la communauté universitaire, par l'annonce d'une ponction supplémentaire de 45 millions (M€) au budget 2014 de la MIRES, pourtant déjà incapable d'assurer ne serait-ce que le maintien des budgets 2013. Dans le même temps, le Crédit Impôt Recherche, que vous avez vivement soutenu, contre tous les rapports concluant à son inefficacité, consommera jusqu'à 6 milliards en 2014.

L'année 2014 s'ouvre sur des situations budgétaires catastrophiques dans de nombreuses universités, dont les budgets prévisionnels vont jusqu'à menacer l'existence de formations, la poursuite de programmes de recherche, et obèrent gravement l'avenir en amplifiant le déficit déjà considérable de recrutements dans la recherche scientifique française.

Face à la multiplication des risques de cessation de paiement et d'activité d'universités, le CNESER vous demande solennellement que soient prises de toute urgence les dispositions suivantes :
* la mise en place d’un collectif budgétaire pour 2014 accompagné de la remise en cause du Crédit Impôt Recherche afin de dégager des ressources immédiates pour les universités, correspondant à la réalité des besoins pour assurer leurs missions de service public ; 
* un fléchage des budgets permettant de garantir les formations notamment de 1er cycle sur la base d'un cadrage national des diplômes (contenu, taux d’encadrement, volume horaires), sans obérer l'avenir des formations de masters et de doctorats, ni de la recherche ;
* la mise en œuvre des réformes de structure visant à réguler nationalement l'emploi scientifique  et à sortir de la spirale d'appauvrissement des établissements engendrée par le désengagement de l'Etat.

Madame la Ministre, le CNESER attend des réponses à ses demandes, pour le Service Public d'Enseignement Supérieur et de Recherche, pour ses personnels et pour les 1,5 millions d'étudiants des universités."

Vote :
31 Pour (SNESUP, FSU, UNSA, Ferc-Sup-CGT, CGT, Autonomes, SGEN, FO, FCPE)
9 Abstentions (dont CFDT, CPU, CJC)
9 Contre (dont FAGE, MEDEF, MET, CFTC)

SNESUP

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 16:23

Le Club des Entrepreneurs tient à saluer la baisse envisagée des prélèvements obligatoires sur les entreprises. « Nous sommes aux côtés du Président de la République car le cap fixé est le bon. En promettant une baisse du coût du travail de 30 milliards d'euros aux entreprises, le Président de la République répond à l’une de nos préoccupations majeures. Nous souhaitons qu’elle se traduise rapidement dans les faits par des réductions de cotisations ou de fiscalité. 50% de prélèvements obligatoires sur le PIB, c'est tout simplement un record du monde de la pression fiscale parmi les premières puissances mondiales. La conférence économique et sociale annoncée doit se tenir dans les semaines qui viennent afin de sortir de l’eau la tête de nos entreprises. » déclare Guillaume Cairou, son Président.

« Je salue la prise de conscience proentrepreneuriale. J’attire cependant l’attention du Gouvernement sur la nécessité d’accentuer les incitations à la création d’entreprises et à la prise de risques dans notre pays. Rappelons ici, qu'en décembre, c’est plus d'une création sur deux (51,1%) qui était une demande d'auto-entreprise, ce qui est la confirmation non équivoque de la volonté des Français d’entreprendre si on les y encourage. » tient à préciser Guillaume CAIROU.

www.clubdesentrepreneurs.org

 


club des entrepreneurs

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 09:16

Des attentes nombreuses et ambitieuses : ce que la Génération Y attend des entreprises, des pouvoirs publics et de son futur environnement de travail

Des attentes nombreuses et ambitieuses : tels sont les maîtres-mots qui résument les résultats de la troisième édition annuelle de la Millennial Survey de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL) publiée aujourd’hui.
 

De par le monde, 70 % des dirigeants de demain pourraient « rejeter » ce que les entreprises classiques ont à leur offrir, préférant à l’avenir travailler de façon autonome en exploitant les outils numériques. Ce constat n’est qu’une illustration parmi d’autres révélées par cette étude quant aux défis de taille auxquels sont confrontés les dirigeants d’entreprises s’ils souhaitent répondre aux aspirations de la Génération Y.

Cette génération, qui s’impose déjà dans plusieurs secteurs, dont celui de la technologie, et qui représentera 75 % des effectifs professionnels mondiaux d’ici 2025, aspire à travailler pour des entreprises qui encouragent l’esprit d’innovation, développent leurs compétences et souhaitent les voir jouer un rôle positif dans la société. Selon l’étude, les membres de la Génération Y estiment qu’à l’heure actuelle, les entreprises ne mettent pas tout en œuvre pour développer leurs compétences en matière de leadership et renforcer leur potentiel, alors même qu’ils ne sont pas enclins à attendre d’accéder à des postes supérieurs.

Selon Barry Salzberg, CEO de DTTL, « pour attirer et surtout retenir les talents, les entreprises se doivent de montrer à la Génération du Millénaire qu’elles sont innovantes et en phase avec leur vision du monde. A l’échelle mondiale, notre société est confrontée à nombre de problématiques sensibles et aujourd’hui, il est devenu évident qu’aucun secteur ne doit « faire cavalier seul. En travaillant de concert et en associant leurs compétences respectives, les entreprises, les pouvoirs publics et les organisations non gouvernementales (ONG) ont une chance de galvaniser la Génération Y et de réaliser de réelles avancées dans la résolution des difficultés que rencontrent la société. »
 

Parmi les autres principaux résultats de l’étude, citons :

  • Les entreprises pourraient mieux faire. Si la majorité des membres de la Génération Y (74 %) estime que les entreprises ont un impact positif sur la société en créant des emplois (48 %) et en générant de la croissance (71 %), elle considère que  ces dernières peuvent mieux faire pour relever les plus grands défis de la société : la pénurie des ressources (68 %), le changement climatique (65 %) et l’égalité des revenus (64 %). En outre, 50 % des sondés aspirent à travailler dans une entreprise aux pratiques éthiques.
  • Les pouvoirs publics n’en font pas assez. Selon la Génération Y, les pouvoirs publics échouent totalement à répondre aux problématiques sociales majeures, et ce bien qu’ils soient les mieux placés pour le faire. Près de la moitié des sondés juge que les gouvernements gèrent avec difficulté les thématiques les plus problématiques : le chômage (47 %), la pénurie des ressources (43 %) et l’inégalité des revenus (56 %).
  • Les entreprises doivent promouvoir l’esprit d’innovation. La Génération Y ambitionne de travailler pour des entreprises qui encouragent l’innovation. En réalité, si pour 78 % d’entre eux, l’innovation est un critère important à l’heure de choisir leur entreprise, la plupart affirme que leur employeur actuel ne les incite pas activement à faire preuve de créativité. Ils estiment que les principaux obstacles à l’innovation sont l’attitude de la direction (63 %), les structures et procédures opérationnelles (61 %), ainsi que les compétences, les attitudes et la (l’absence de) diversité du personnel (39 %).
  • Les entreprises doivent cultiver le potentiel des dirigeants de demain. Plus d’un sondé sur quatre demande à ce qu’on lui offre l’opportunité de démontrer ses compétences en matière de leadership. Par ailleurs, 75 % estiment que leur entreprise est loin de faire tout son possible pour former les dirigeants de demain.
  • La Génération Y veut faire toute la différence. Elle juge que la réussite d’une entreprise ne saurait se mesurer qu’à l’aune de sa performance financière. Parmi les principaux objectifs qu’elle se doit de poursuivre figure celui d’améliorer la société. La Génération du Millénaire est encline à mener des actions caritatives et à œuvrer dans la « vie publique » : 63 % font des dons aux œuvres de bienfaisance, 43 % sont des bénévoles assidus ou des membres d’une organisation communautaire et 52 % ont signé des pétitions.

Zoom France

En France les jeunes de la Génération Y se démarquent sur plusieurs points :

Ils sont moins convaincus que la moyenne mondiale de l’impact positif des entreprises sur la société (65% contre 74%). Ils sont nettement plus nombreux  à penser que créer des emplois doit être le premier objectif, à la fois du monde des Affaires (55 % soit + 14% que la moyenne), et des Pouvoirs Publics (43 % soit 11% de plus que la moyenne).

Globalement, les jeunes français sont plus sévères que leurs homologues lorsqu’ils évaluent le comportement des entreprises : 36 % seulement (contre 54%) estiment qu’elles ont un comportement éthique et durable et 44% (contre 56 %) pensent que les leaders sont véritablement impliqués dans la recherche d’une société meilleure.

Ils ont également une vision moins positive sur les dirigeants actuels quant à leur capacité à développer les compétences des jeunes en matière de leadership (37% contre 49%) et la créativité de leurs collaborateurs (32% contre 45%). Pour autant, ils ne sont que 52% à envisager de travailler de façon autonome et quitter l’environnement de travail proposé par les entreprises aujourd’hui (contre 70% en moyenne dans le monde).

Pour Jean-Marc Mickeler, Associé et Directeur des Ressources Humaines Deloitte France

« il est clair que les entreprises devraient être à l’écoute des attentes de la Génération Y en matière d’innovation. Encourager une culture de l’innovation permettra non seulement de retenir les talents à haute performance, mais également de stimuler la croissance

 

Pour télécharger l’intégralité du rapport, veuillez consulter :
www.deloitte.com/MillennialSurvey

logo_Deloitte-copie-1.jpg

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 17:41

Les premières activités de La Maison du Management commencent ce mois-ci. Pour démarrer l’année, elle se propose d'inviter gratuitement aux personnes qui le souhaitent à une de ses réunions durant les trois prochains mois (hors frais éventuels de repas de 20 €).

Activités de janvier
- mercredi 22 janvier 12h45-14h30 : déjeuner avec Sylvain Breuzard, fondateur de la SSII Norsys, ancien président du CJD, président de Greenpeace France. La performance globale est-elle une utopie ?
- mardi 28 janvier 9h-18h : journée de formation-orientation-action
- mardi 28 janvier 19h30-22h : dîner avec Atanase Périfan, créateur de La fête des voisins. Témoignage d’une personnalité extra-ordinaire
- vendredi 31 janvier 8h45-10h30 : matinale d’expert avec Luc Vidal, DG d’Inergie et Pierre Havet, DRH de la RIVP et président de l'ANDRH Ile-de-France : Que pensent les managés de leurs managers ?

Activités de février
- mardi 11 février 8h45-10h30 : matinale d’expert avec Nathalie Debray, DG d’Anaka et Jacques Suart, Dircom d’Elior : Promouvoir le courage en entreprise
- mercredi 12 février 8h30-10h30 : conférence-débat pour top-managers avec Francis Mer, d’abord directeur de Saint-Gobain, président d’Usinor-Sacilor, ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie de 2002 à 2004, actuel vice-président de Safran et bien d’autres responsabilités… La mondialisation de l’économie : quels impacts sur les organisations et le management ?
- jeudi 13 février 9h-17h30 : journée de formation-orientation-action
- vendredi 14 février 9h-midi : Le manager du 21e siècle : à partir de l’identification des changements profonds du monde, quelles conséquences sur le management des organisations et des hommes et quels impacts pour le manager ?
- vendredi 14 février 12h45-14h30 : déjeuner avec Philippe Gabilliet, professeur associé et directeur académique de l’Executive European MBA ESCP Europe, auteur-conférencier. Peut-on faire preuve d’optimisme en période de crise ?
- mardi 18 février 9h-17h30 : journée de formation-orientation-action à fixer 19h30-22h : dîner avec Amaury de Hauteclocque, ancien patron du RAID (unité d'élite de 500 policiers hyper-entraînés), directeur des stratégies coopératives de Covéa. Quels enseignements la direction du RAID peut apporter à l’entreprise ?

Activités de mars
- mardi 4 mars 9h-17h30 : journée de formation-orientation-action
- mardi 11 mars 9h-midi : partage de pratiques managériales (codéveloppement) : Développer son leadership
- mercredi 12 mars 8h30-10h30 : conférence-débat pour top-managers avec Éric Albert, psychiatre et spécialiste du management, éditorialiste aux Échos, auteur de dix livres sur le management et le stress. La mondialisation de l’économie : quels impacts sur les organisations et le management ?
- mardi 18 mars 9h-midi : lancement de l’atelier de recherche : Le management qui me meut : recueil de sources personnelles de motivation d’un manager pour développer son envie de manager et surtout la garder en toute situation
- mardi 18 mars 12h45-14h30 : déjeuner avec Véronique Richard, professeur des Universités, docteur en sciences de l'information et de la communication, directeur du CELSA depuis 2004. Éthique et management, une alliance possible ?
- mardi 18 mars 19h30-22h : dîner avec Maria Nowak, pionnière du micro-crédit en Europe avec l’Adie qui crée aujourd’hui 183 emplois pérennes par semaine. Que l’on soit de droite ou de gauche, public ou privé, noir ou blanc…, la question n’est pas « Pourquoi l’Adie ? », mais « Comment peut-on ne pas y adhérer ? »
- vendredi 21 mars 9h-13h : assises co-organisées avec la Fédération Nationale des Cadres dirigeants au Palais du Luxembourg : Le cadre dirigeant au cœur du dialogue social et de la dynamique managériale
- mardi 25 mars 9h-17h30 : journée de formation-orientation-action

A notez le mardi 1er avril matin, la 1re convention Développer son envie de manager avec Marie-José Kotlicki secrétaire générale de l’UGICT-CGT, Jean-Pierre Deramecourt président de la Caisse d’Épargne Bourgogne – Franche-Comté, Madeleine Ferland directrice du Forum de Management du Groupe La Poste, Céline Fouchard-Chantreuil responsable du département Université des cadres et Formations au management de l’IGPDE, Patrick Gruau président-directeur général du Groupe éponyme et Hervé Sérieyx auteur-conférencier.

Inscription auprès d’Agnès agnes.ollier@lamaisondumanagement.com.

Téléchargez le bulletin d'adhésion

14 rue des Carmes – 75005 Paris
www.lamaisondumanagement.com

la-maison-du-management.png

Repost 0
Published by La redaction de LaRSG - dans Infos de la rédact°

Linkedin-la-revue-des-sciences-de-gestion-copie-1.png

Canalac.jpg

unipresse.jpg

linkfinance Tout emploi en banque finance assurance

300x250_ecofolio_cinq_vies.gif